Dossiers franchise de nos Experts

Devenir franchisé : les étapes essentielles

Publié le 04.02.2013

Créer son entreprise, même en franchise, comporte une part de risque. Faire le grand saut de l’entrepreneuriat aux côtés d’un réseau mérite donc une réflexion poussée qui vise à déterminer si la franchise correspond bien à votre ambition et, le cas échéant, avec quelle enseigne vous allez décider de vous installer. Pour devenir franchisé, il est nécessaire de se poser les bonnes questions et d’avancer par étapes.

1 – Faire le point sur ses capacités

Le futur franchisé doit avant toute chose déterminer s’il est un véritable entrepreneur. « Pour devenir franchisé, le candidat doit se demander s’il possède l’état d’esprit d’un futur chef d’entreprise. Est-il capable de prendre des risques ? De manager du personnel ? De faire vivre un concept mis au point par un autre ? Voilà autant de questions qu’il ne doit pas négliger», explique Christophe Bellet, membre du Collège des Experts de la Fédération française de la franchise et président du cabinet de conseil Gagner en franchise. Le futur franchisé doit également appréhender la maturité de son projet. S’il a une idée bien précise de ce qu’il souhaite faire, il pourra avancer plus librement et plus rapidement. En revanche, un candidat en début de réflexion aura tout intérêt à se faire accompagner par un cabinet spécialisé dans le recrutement de franchisé.

2- Choisir son secteur

Il existe plus de 1569 réseaux de franchise en France et faire son choix n’est pas si simple. « Il faut que le candidat à la franchise sélectionne dans un premier temps des secteurs qui l’intéressent et pour lesquels il a une affinité particulière car on ne fait bien que ce que l’on aime », conseille Christophe Bellet.  Au-delà de ça, pour devenir franchisé, il faut déterminer les domaines qui lui paraissent les plus porteurs et se demander si son profil est adapté aux secteurs choisis. « Le candidat à la franchise ne doit pas omettre de sélectionner un secteur qui soit en cohérence avec ses capacités financières», rappelle Christophe Bellet. L’entrepreneur en devenir devra aussi s’interroger sur sa volonté à rejoindre un réseau naissant ou une enseigne bien établie. Autant être clair, alors que les jeunes réseaux recrutent des pionniers, des candidats « défricheurs » qui aideront le franchiseur à grandir, les enseignes à forte notoriété recherchent essentiellement des futurs franchisés prêts à rentrer dans un moule bien établi. 

3- Sélectionner son enseigne

Rares sont les secteurs qui ne regroupent qu’une ou deux enseignes. Faire son choix parmi toute la concurrence peut donc relever du parcours du combattant. Pourtant, en faisant preuve de méthode et en s’attachant à des indices probants, le futur franchisé doit être en mesure de choisir l’enseigne la plus adaptée à son projet. « Le candidat à la franchise doit se demander si le concept choisi est pertinent. Est-il différenciant, pérenne dans le temps, quelle est sa valeur ajoutée… Voilà les questions à se poser. » Autre aspect important : les chiffres du franchiseur qui doivent être étudiés avec la plus grande précaution. Pour devenir franchisé il faut aussi se poser la question de sa zone de chalandise. S’il n’est pas mobile dans son projet, l’entrepreneur n’a pas intérêt à solliciter une enseigne déjà présente là où il souhaite s’installer. Lorsqu’il a établi une short list, le futur franchisé doit continuer à travailler son analyse du marché. « A cette étape, l’entrepreneur peut aller à la rencontre des franchiseurs sélectionnés et profiter d’une journée découverte. A l’issu de cette immersion, si le futur franchisé est en phase avec le franchiseur, il ne doit pas négliger d’aller rencontrer quelques franchisés du réseau. » Sans se contenter de la liste fournie par la tête de réseau, qui favorise souvent les meilleurs éléments.

4- Analyser la performance du franchiseur

Pour devenir franchisé, il faut clairement mesurer l’adéquation entre la stratégie marketing et le coût des royalties de publicité . Dans la même logique, il doit mettre en rapport l’animation commerciale et les royalties de fonctionnement. « Le futur franchisé doit analyser les services réels apportés par le franchiseur et le droit d’entrée à régler. S’il parait parfois important, ce dernier doit être mis en perspective avec les marges que peut dégager l’activité et le chiffre d’affaires réalisable », préconise Christophe Bellet. L’entrepreneur doit également se renseigner sur la formation fournie. Est-elle comprise dans le droit d’entrée ? Quelle est sa durée ? « Le franchiseur doit transmettre un réel savoir-faire. Il faut donc se méfier des enseignes qui proposent deux ou trois jours de formation. Quelle est la nature du savoir-faire s’il peut se transmettre sur un délai très court? » 

5- Signer son DIP (Document d’Information Précontractuelle)

Le DIP en main, le candidat à la franchise a naturellement plus d’informations sur les chiffres. « Il faut profiter des 20 jours de réflexion obligatoires pour travailler sur la rentabilité du dossier. Le futur franchisé doit simuler son retour sur investissement. »  C’est aussi le temps de faire son étude du marché local. Le franchisé doit analyser le potentiel de son activité en fonction de l’emplacement, de la zone de chalandise ou encore de l’état de la concurrence. « L’étude du marché local constitue une étape clé du projet sur laquelle l’entrepreneur a tout intérêt à se faire accompagner par une société spécialisée. Cela représente un investissement modeste en regard des erreurs que cette étude peut permettre d’éviter. »

6- Rechercher son local

Le franchiseur peut s’associer à la recherche du local. Dans tous les cas, il sera chargé de valider l’emplacement sélectionné. « Le local doit correspondre en tout point au cahier des charges défini par le franchiseur. Si l’emplacement n’est pas à la hauteur des attentes du franchiseur, le business plan en sera forcément impacté», met en garde Christophe Bellet.

7- Trouver son financement

Une fois son business plan monté, le futur franchisé, qui ne doit pas hésiter à se faire accompagner par un expert-comptable pour cette étape, va présenter son projet au monde bancaire en vue de trouver son financement. Avant de pousser la porte des établissements bancaires, le candidat à la franchise ne doit pas omettre de recenser les différentes aides auxquelles il peut avoir droit tout en tentant de réunir un maximum de fonds propres. 

8- Signer son contrat

Son financement trouvé, le futur franchisé peut enfin signer son contrat de franchise. A lui de choisir s’il souhaite le faire relire par un expert. « Lorsqu’on signe avec une franchise sérieuse, bien souvent le contrat a été rédigé par un avocat spécialisé. Il n’est donc forcément nécessaire de le faire réétudier. »