Dossiers de la franchise

Franchise : quelle rémunération espérer ?

Publié par , le

Le dernier baromètre réalisé par l’Indicateur de la franchise et la Caisse d’Epargne nous apprend que seuls 6 % des franchisés gagnent entre 50 et 80 000 euros/an, quand 33% gagnent entre 10 et 30 000 euros et 14% sont dans la fourchette 30/50 000 euros. Des montants qui peuvent paraître faibles pour d’anciens cadres habitués à un certain niveau de rémunération. Etant donné le niveau de responsabilité et d’engagement financier nécessaires, la franchise est-elle une si bonne alternative que cela au salariat ? Combien gagne vraiment un franchisé ? Avec quels autres éléments doit-on mettre en rapport cette rémunération ? Et surtout, vers quels secteurs se tourner pour espérer avoir un revenu convenable ? Des éléments de réponse avec Laurent Delafontaine, associé et co-fondateur du cabinet Axe réseaux et membre du Collège des experts de la Fédération française de la franchise.

Mise à jour : découvrez la rémunération des franchisés en 2015.

Quand on se lance dans une nouvelle activité, il est tout à fait légitime de penser à sa future rémunération. Qui plus est quand on investit parfois lourdement pour créer son entreprise en franchise. Mais pour Laurent Delafontaine, associé et co-fondateur du cabinet Axe Réseaux, « choisir de devenir franchisé avec la seule logique financière peut réserver des surprises, tant dans l’exploitation que dans les résultats économiques espérés. » Outre sa future rémunération, le franchisé doit prendre en compte d’autres éléments avant de prendre la décision de s’engager auprès d’une enseigne.

Rentabilité des franchises : les secteurs qui fonctionnent

Selon l’expert, en moyenne depuis cinq ans, « les quatre secteurs les plus rentables, sont l’immobilier, l’optique, la coiffure et l’hôtellerie. » Mais à peine a-t-il livré cette information, qu’il précise : « cette information touchant aux secteurs les plus rentables souvent demandées par les candidats ne veut pas dire grand-chose et ce pour plusieurs raisons.

EnseignePosteRémunération moyenneSourcesDevenez votre propre patron
CarrefourDirecteur supermarché32 500 à 36 400 euros /anSite enseigne

Demander une documentation

CasinoDirecteur supermarché38 400 à 43 200 euros /anPôle Emploi

Demander une documentation

CastoramaDirecteur magasin37 500 euros /anIndeed

Demander une documentation

IntermarchéDirecteur supermarché39 000 à 52 000 euros /anApec

Demander une documentation

MrBricolageDirecteur magasin30 000 à 40 000 euros /anApec

Demander une documentation

McDonad’sDirecteur restaurant36 000 euros brut/anPôle Emploi

Demander une documentation

KFCDirecteur restaurant40 000 euros /anIndeed

Demander une documentation

PaulResponsable magasin2045 euros/moisIndeed

Demander une documentation

O2Responsable agence succursale25 000 euros/anGlassdoor

Demander une documentation

SubwayManager1669 euros/moisIndeed

Demander une documentation

Données extraites d’un tableau du JDN

Quel chiffre d'affaires pour quel salaire ?

Basiquement, une rentabilité de 20% sur un chiffre d’affaires de 400 euros sera toujours moins intéressante qu’une rentabilité de 5% sur un chiffre d’affaires de 2 000 000 €. Cela peut paraître évident, mais pas pour tout le monde !

D’autres aspects financiers à prendre en compte

Créer son entreprise, oui mais pas à n’importe quel prix. Ainsi, les futurs franchisés, qu'ils choisissent une enseigne d'alimentation de proximité comme Picard, un grand réseau comme la FNAC ou une enseigne mondialement connue comme KFC, doivent être particulièrement vigilants quant au niveau des investissements nécessaires, qui engendre parfois une prise de risque élevée. « Par exemple, investir tout son capital disponible, hypothéquer ses biens propres ou encore emprunter à des proches pour construire un hôtel de luxe constituera une épreuve beaucoup plus difficile à surmonter en cas d’échec que si l’investissement porte sur une agence immobilière à moindre effort financier », explique Laurent Delafontaine.

Autre élément à prendre en compte : le retour sur investissement, qui doit être mis en correspondance avec la durée du contrat de franchise. « Le bénéfice généré par l’exploitation doit permettre de rembourser au plus vite ses apports, et dans tous les cas bien avant la date de fin de contrat. »

Enfin, « la capitalisation ‘in fine’ représente la valeur de revente du point de vente à une date donnée. C’est un point capital et trop souvent sous-estimé, car cette valorisation représente souvent plusieurs années de bénéfices, en particulier lorsque le concept valorise un local commercial et qu’il existe une récurrence de revenus. »

Télécharger

Livre blanc DE LA franchise

Télécharger gratuitement le livre blanc (édition 2016-2017) qui vous expliquera la franchise étape par étape et vous donnera toutes les clés pour réussir votre projet.

Jauger les possibilités de croissance

Ouvrir un point de vente c’est bien. Avoir l’opportunité d’en ouvrir plusieurs, c’est mieux. « Le futur franchisé doit considérer la capacité à pouvoir bénéficier d’un grand territoire géographique et, surtout, la possibilité de devenir multi-franchisé. En effet, comme dans tous les commerces, certaines économies d’échelles peuvent se mettre en place à partir d’un volume minimum, tout l’intérêt est donc de créer un mini-réseau de points de vente pour une même enseigne », indique Laurent Delafontaine. Le futur franchisé doit également prendre en compte les spécificités d’exploitation du domaine choisi, certains secteurs étant plus faciles que d’autres au quotidien. « Le territoire géographique proposé doit aussi être considéré, car déménager femme et enfants pour une nouvelle vie suppose des concessions et une prise de risques significative pour tous. »

Choisir un secteur adapté à ses envies

Le futur franchisé doit être cohérent dans ses choix. « Inutile d’opter pour l’univers des enfants si l’on ne supporte pas le bruit, la restauration rapide anglo-saxonne si le management n’est pas un point fort, l’hôtellerie si l’on n’est pas du matin, la restauration si l’on veut diner en famille tous les soirs, les fleurs si l’on craint le froid… », conseille Laurent Delafontaine. Le futur franchisé doit avant tout comprendre le métier, bien appréhender ses contraintes et ses facteurs clés de succès pour d’une part recruter et conserver les bons managers et d’autre part pour être crédible vis-à-vis des banquiers et partenaires.

Si elle reste un moyen efficace pour réussir professionnellement, la franchise ne doit donc pas être envisagée d’un seul point de vue financier. « Les plus belles réussites sont souvent rencontrées chez des franchisés impliqués dans l’exploitation de leurs affaires, fins connaisseurs des difficultés sectorielles et qui agissent à long terme », rappelle enfin Laurent Delafontaine.

Se faire une idée de sa future rémunération malgré tout

La rémunération demeure une question essentielle quand on crée son entreprise. Si, comme on vient de le voir, d’autres aspects entrent bien entendu en ligne de compte, rien n’empêche le futur franchisé de rencontrer des entrepreneurs ayant déjà fait le choix de la franchise. En ciblant et en rencontrant des franchisés installés sur une zone de chalandise semblable à celle que vous rêvez d’exploiter et positionnés sur le même secteur d’activité, vous pourrez vous faire une idée concrète de leur rémunération.

Quelques exemples de rémunération moyenne

Franchise L'Orange BleueL’Orange Bleue, réseau de clubs de sport fondé en 2006 qui regroupe 246 clubs, dont 12 succursales. Rémunération moyenne des licenciés comprise entre 30 et 60 000 euros, hors dividende. Demander une documentation

Franchise Dépil TechDepil Tech, enseigne spécialiste de la dépilation et du rajeunissement à la lumière pulsée créée en 2011 qui compte 50 centres ouverts, dont quatre en propre. Dix unités sont en cours d’ouverture. Rémunération moyenne des gérants franchisés comprise entre 36 et 60 000 euros net. Demander une documentation

Franchise Fitness BoutiqueFitnessboutique, réseau dédié à la vente d’appareils de fitness et de nutrition sportive lancé en franchise en 2011 qui regroupe 32 unités en propre et 26 franchisés. Rémunération moyenne des franchisés évaluée à 30 000 euros en début d’activité. Demander une documentation