Dossiers de la franchise

La franchise : combien ça coûte, combien ça rapporte ?

Publié par , le

Plus d’un million dans la restauration ou la grande distribution, beaucoup moins dans l’artisanat ou les services, la franchise nécessite dans tous les cas un investissement financier de la part du franchisé. La franchise, combien ça coûte exactement et, surtout, combien ça rapporte ? La réponse avec les exemples de Franck Astier, franchisé Courtepaille et Stéphane Rétif, franchisé Guy Hoquet l'Immobilier.

Ancien salarié du groupe McDonald’s puis franchisé de l’enseigne, Franck Astier a dû céder son restaurant pour raisons de santé. Il s’est ensuite tourné vers le réseau Courtepaille dont il est franchisé depuis huit ans à Manosque. « La franchise offre une meilleure visibilité sur l’avenir. Avec Courtepaille, j’ai fait le choix de la notoriété, de l’ancienneté et privilégié une enseigne qui offre une belle qualité de relation franchiseur/franchisé », confiait-il lors de la dernière édition du salon Franchise Expo Paris. Pour ouvrir son restaurant, Franck Astier a investi 1,2 million d’euros et financé l’immobilier en crédit-bail.

Comment devenir franchisé Mc Donald's ?
McDonald's dispose d'un réseau de 310 franchisés avec plus de 1300 restaurants implantés dans toute la France. Le processus de sélection privilégie les profils seniors avec une forte expérience et comprend une formation de 12 mois. L'investissement total est élevé, 750 000€ hors pas de porte, et réservé à des profils "investisseur".

Après avoir exercé en tant que salarié pendant dans la grande distribution dans l’univers du textile, Stéphane Rétif s’est orienté vers la franchise en 2008. « La création d’entreprise me trottait dans la tête depuis longtemps. J’ai naturellement choisi le secteur de l’immobilier car je prenais plaisir, parallèlement à mon travail, à faire quelques opérations immobilières », a-t-il livré lors d’une conférence sur Franchise Expo Paris 2014. Ne possédant toutefois pas d’expérience professionnelle dans ce secteur, Stéphane Rétif a préféré se lancer aux côtés d’un réseau qui lui paraissait sérieux. « J’ai fait le tour des enseignes immobilières. Chez Guy Hoquet l’Immobilier, j’ai eu un très bon rapport avec les équipes du siège. Par ailleurs, le concept me paraissait bien cadré et très lisible. Enfin, quand le réseau m’a proposé une opportunité à 300 mètres de chez moi, je n’ai pas pu dire non ! » Apportant 60 000 euros en fonds propre, Stéphane Rétif a réalisé un investissement global de 160 000 euros pour ouvrir son agence à Fontenay-sous-Bois.

Stéphane Rétif Guy Hocquet

Avec son restaurant de Manosque, Franck Astier a atteint son prévisionnel la première année et enregistré une belle croissance en année 2. L’année passée, il a réalisé un chiffre d’affaires d’1,8 million d’euros. « La rentabilité est légèrement plus faible que chez McDonald’s mais je capitalise sur mon emplacement dont je serai, à terme, propriétaire et qui me rapportera un loyer en temps voulu. » Quand Stéphane Rétif a repris son agence, cette dernière réalisait seulement 80 000 euros de chiffre d’affaires, faute d’implication du franchisé de l’époque qui gérait trois autres agences. Pour sa première année d’activité, le franchisé a doublé son prévisionnel et enregistré la même performance en année 2, avec un chiffre d’affaires dépassant les 600 000 euros. En année 3, l’entrepreneur subit une petite perte de chiffre d’affaires en transaction compensée par l’activité de gestion locative. « Ce service apporte des revenus récurrents et permet de payer une partie des charges fixes de l’agence. » Très transparent, le franchisé évoque sa rémunération sans tabou. « Je suis très rapidement arrivé à me payer ce que je gagnais en tant que cadre, c’est-à-dire 4 à 5 000 euros par mois. Par ailleurs, deux ans après la reprise de mon agence, j’ai eu l’opportunité de racheter les murs. Aujourd’hui, je capitalise donc sur mon local. » Et le franchisé aime à rappeler que sa rémunération nette est complétée par des à côté, comme la valeur de son fichier transaction. Entièrement satisfait de son nouveau métier aux côtés du réseau Guy Hoquet, Stéphane Rétif a pris goût à la franchise. D’ici trois ans, il envisage même de se diversifier en investissant dans le secteur de la restauration.

27% des franchisés gagnent plus de 40 000 euros

En 2013, dans un contexte économique perturbé, les enseignes ont marqué le pas mais ont présenté des résultats tout de même honorables. Ainsi, en 2013, 51% des réseaux ont généré un chiffre d’affaires inférieur à 10 millions d’euros. 40% des franchisés ont déclaré un chiffre d’affaires en progression avec un chiffre d’affaires médian qui s’est élevé à 400 000 euros.

Des secteurs plus rémunérateurs que d'autres

On le sait, certains secteurs en franchise sont plus rémunérateurs que d'autres. C'est notamment le cas de la restauration qui réclame toutefois de gros investissements pour se lancer. Ainsi, pour ouvrir une franchise McDonald's, les porteurs de projet doivent disposer d'un apport personnel d'au moins 200 000 euros pour pouvoir concrétiser leur création. Certaines enseignes, qui promettent de belles rémunérations aux entrepreneurs, sont plus abordables. Vous pouvez donc parier sur des réseaux tels que Memphis Coffee, Mythic Burger ou encore Pizza Hut pour entreprendre avec des apports personnels variant de 60 à 150 000 euros.

Télécharger

Livre blanc franchise

Télécharger gratuitement le livre blanc (édition 2016-2017) qui vous expliquera la franchise étape par étape et vous donnera toutes les clés pour réussir votre projet.

Un franchisé, ça gagne combien ?


En 2013, le revenu individuel moyen annuel des franchisés s’est élevé à 32 700 euros :

- 35% des franchisés ont eu un salaire inférieur à 20 000 €,
- 38% un salaire compris entre 20 000 et 40 000 €,
- 27% un salaire supérieur à 40 000 €.

Le versement de ce revenu provient à 87% de l’activité et 11% d’un versement de dividendes.

Enfin, dernier élément à prendre en compte : en 2013, les franchisés considéraient à 47% qu’ils gagnaient mieux leur vie qu’un salarié et à 48% mieux qu’un commerçant isolé.

​ Source : 10ème enquête annuelle de la franchise réalisée par la Banque Populaire en partenariat avec la Fédération française de la franchise

EnseignePosteRémunération moyenneSourcesDevenez votre propre patron
CarrefourDirecteur supermarché32 500 à 36 400 euros /anSite enseigne

Demander une documentation

CasinoDirecteur supermarché38 400 à 43 200 euros /anPôle Emploi

Demander une documentation

CastoramaDirecteur magasin37 500 euros /anIndeed

Demander une documentation

IntermarchéDirecteur supermarché39 000 à 52 000 euros /anApec

Demander une documentation

MrBricolageDirecteur magasin30 000 à 40 000 euros /anApec

Demander une documentation

McDonad’sDirecteur restaurant36 000 euros brut/anPôle Emploi

Demander une documentation

KFCDirecteur restaurant40 000 euros /anIndeed

Demander une documentation

PaulResponsable magasin2045 euros/moisIndeed

Demander une documentation

O2Responsable agence succursale25 000 euros/anGlassdoor

Demander une documentation

SubwayManager1669 euros/moisIndeed

Demander une documentation

Données extraites d’un tableau du JDN

Découvrez le salaire des franchisés en 2016

Découvrez le salaire des franchisés en 2015

Intéressé par le secteur franchise pas chère ?