Dossiers de la franchise

Passer du salariat à la création d’entreprise grâce à la franchise

Publié par , le | Franchise restauration

Passer du salariat à l’entrepreneuriat n’est pas si simple. En revanche, en décidant de le faire en franchise, le nouvel entrepreneur s’appuie sur une enseigne et des process qui ont fait leurs preuves. Même si le fait de devenir franchisé n’est pas une assurance tous risques, cette formule semble particulièrement adaptée pour des personnes qui ne sont pas forcément issues du secteur d’activité recherché. Grace à la formation initiale et l’accompagnent proposés par le franchiseur, le franchisé peut ainsi changer d’univers et rebondir professionnellement. Focus cette semaine sur trois franchisés de La Boite à Pizza, Speed Burger et Basilic & Co qui ont réussi leur reconversion.

D’après la 12ème Enquête Annuelle de la franchise Banque Populaire (en partenariat avec la Fédération française de la franchise), sur les 402 franchisés interrogés en amont de cette étude exclusive, cela serait près de 75% d’entre eux qui auraient été salariés avant de sauter le pas. Un pourcentage pour le moins stable depuis plusieurs années.

Parmi les motivations à la création en franchise, les franchisés ont choisi ce modèle économique pour bénéficier de la réputation et de la notoriété d'une enseigne à 30 % (contre 25 % en 2014), de l'encadrement, de l'assistance et du soutien de celle-ci à 21 %, mais également pour s'appuyer sur la force d'un réseau et ne pas être seul à 20 % (contre 17 % en 2014). 

Les visiteurs d’un salon incontournable comme Franchise Expo Paris sont également à plus de 50% des salariés en poste, qui ont décidé de se rendre à la Porte de Versailles pour rencontrer des enseignes en phase de recrutement.

De salarié du réseau à franchisé

franchise la boite à pizzaParmi ces ex salariés, on trouve bien entendu tout un éventail de profils. Certains salariés de l’enseigne (directeur d’unités, managers, animateurs régionaux..) trouvent notamment dans l’opportunité d’ouvrir leur propre franchise, la possibilité de faire fructifier leur expérience professionnelle et leur parfaite connaissance du concept, pour se mettre à leur compte. C’est notamment le cas de David Mathieu qui est devenu franchisé de La Boite à Pizza à Cherbourg en janvier 2016, à l’âge de 37 ans. 

​Même s’il est encore un jeune franchisé, l’enseigne ne lui était pas totalement inconnue. Responsable régional de La Boite à Pizza, il a décidé de rajouter une corde à son arc en devenant lui-même franchisé, tout en continuant à exercer son poste de responsable régional.  « L’unité de Cherbourg était fermée depuis 14 mois, suite à un incendie. Cela constituait un vrai challenge pour moi de redresser cette affaire. Il fallait repartir de 0, en reconstruisant une équipe et en retrouvant la confiance de la clientèle », témoigne David Mathieu. Il a ainsi constitué une équipe de 12 personnes : 7 livreurs et 5 en cuisine. Pour son premier exercice, il table sur un chiffre d’affaires prévisionnel de 600 000 euros

franchise pizza hutIl existe de nombreux autres cas en franchise, comme tout récemment chez Pizza Hut avec la dernière inauguration réalisée à Montreuil (93). Cette unité a été ouverte à l’initiative d’un ancien manager du réseau spécialisé dans la livraison et la vente à emporte de pizzas.

Se lancer dans sa région d’origine

franchise Basilic and coProfessionnel de la restauration depuis plusieurs années, Christophe Caccamo est devenu franchisé Basilic & Co en décembre dernier. Précédemment directeur d’un restaurant traditionnel à Grenoble, il cherchait une solution pour se mettre à son compte, tout en restant dans sa ville. Convaincu par la pertinence du concept de Basilic & Co, il a embauché 3 personnes pour faire tourner son affaire. Pleinement satisfait des premiers mois d’activité, il table sur un chiffre d’affaires de 350 000 euros pour son premier exercice.

franchise speed burgerOriginaire de Quimper, Raphael Le Ny a occupé différents postes chez Quick de 2000 à 2012, en tant qu’employé polyvalent tout d’abord pendant ses études puis pendant deux ans comme manager. Souhaitant se mettre à son compte, il cherchait une opportunité de se lancer, tout en restant « sur le marché du burger qui est extrêmement porteur », témoigne l’entrepreneur quimpérois. Quand il prend connaissance de la possibilité de reprendre un point de vente Speed Burger à Lorient, il n’hésite pas une seconde. Il n’a pourtant alors que 25 ans.  « C’était un vrai coup de chance pour moi. Ce point de vente existait depuis 4 ans mais était en perte de vitesse », se rappelle Raphael Le Ny. La reprise se passe bien. « Au bout d’un an, le chiffre d’affaires progresse de +15% et depuis il  continue de progresser chaque année ». En 2015, l’unité de Lorient a ainsi réalisé un chiffre d’affaires de 440 000 € hors taxes. 

En août 2015, il double la mise avec Speed Burger et reprend l’unité de Quimper. Là encore, les choses se déroulent bien, avec un chiffre d’affaires qui progresse de +10% environ. Pour gérer ces deux unités, Raphael lL Ny a choisi de s’installer dans la ville de Quimperlé, soit à égale distance de ses deux établissements. Il emploie 24 salariés au total mais il continue de mettre la main à la pâte si cela se révèle nécessaire. Cuisine ou livraison, aucun poste n’a de secret pour lui !

franchise speed burger

La franchise reste décidément une excellente voie de reconversion pour les salariés. Elle permet de découvrir un nouveau métier tout en s’appuyant sur l’expertise de sa tête de réseau.

 

Vous pouvez également consulter toutes les offres Hôtellerie Restauration.


Les 15 derniers articles du secteur