Dossiers de la franchise

Une année 2008 en demi-teinte mais le potentiel reste énorme

Publié par , le | Franchise décoration

22,5 milliards d’euros. C’est le poids du marché du bricolage et des rayons jardins des magasins de bricolage en 2008. L’an passé, ce secteur a enregistré pour la première fois un recul de son activité mais l’avenir ne semble pas sombre pour autant.

Le secteur du bricolage n’est pas épargné par la crise. En 2008, il a en effet vu son activité reculer de -1,1% (à surface constante) selon l’indice Banque de France et selon Unibail connu un repli de – 0,7% en euros constants (volume).
Pour la première fois de son histoire, la croissance du marché du bricolage ralentit donc. « Il faut se souvenir que sur les 20 dernières années, le secteur avait l’habitude de progresser régulièrement de + 3 à 4% par an », tient à préciser Claire Beauvais, secrétaire générale de la FMB.
Parmi les raisons avancés par les pros du secteur : l’inévitable argument de la baisse du pouvoir d’achat des ménages, la météo…et le retournement du marché de l’immobilier. Ne s’agirait-il pas au final qu’un simple effet conjoncturel ?

Une activité qui pèse 22,5 milliards d’euros. Le bricolage reste un secteur poids lourd de l’économie française. En 2008, le marché global (dont le rayon jardin des magasins et hors jardineries) a représenté 22,5 milliards d’euros et celui du jardinage 6,1 milliards d’euros. Au total, les deux activités ont pesé 28,6 milliards d’euros. Un secteur dans son ensemble qui emploie 72 000 collaborateurs
En 2008, la totalité des points de vente français ont enregistré une fréquentation annuelle supérieure à 600 millions de personnes, mais en diminution d’environ 20% par rapport à l’année précédente.

Un potentiel colossal. Aujourd’hui, selon le Cetelem 82% de la population française déclarent pratiquer le bricolage (contre 66% en 2002), avec un pourcentage toujours plus important de femmes parmi les clients. Bien entendu, il convient de ne pas prendre pour argent comptant ces chiffres. Qu’entend-on vraiment par « pratiquer » le bricolage ?
Selon la FMB, il y aurait des raisons d’y croire. Malgré le contexte de crise, le bricolage reste le 1er secteur d’équipement des ménages (672 euros par ménage et par an), loin devant le secteur de la Tv-Hifi, le meuble et le jardinage.
Depuis plusieurs années, les magasins de bricolage ont également étendu leurs gammes. Ces acteurs se présentent aujourd’hui à juste tire davantage comme des spécialistes de l’aménagement de la maison. Dans les points de vente, on y trouve toujours des matériaux bruts, de la peinture, l’électricité mais aussi des éléments de décoration et même des meubles.

L’impact fort du développement durable. Les exigences du Grenelle de l’Environnement vont être un formidable levier d’activité pour la profession. En 2008, les éco-produits ont représenté 10% des ventes des magasins de bricolage. Mais le marché potentiel est estimé à 600 milliards d’euros !


QUELQUES REPERES (2008)
  • - 1,1% (à surface constante), selon la Banque de France
  • + 1,7 % en euros courants (valeur) et – 0,7% en euros constants (volume), selon Unibal
  • 22,5 milliards d’euros : marché global du bricolage et rayon jardin des magasins de bricolage
  • 6,1 milliards d’euros : marché global du jardinage
  • 28,6 milliards d’euros : marché global du bricolage et du jardinage
  • 16 milliards d’euros (+2,5%) : chiffre d’affaires annuel des grandes surfaces de bricolage (avec le rayon jardin)

Répartition des parts de marché du bricolage :
  • GSB (Grandes Surfaces de Bricolage) = 71%
  • Négoces = 19,6%
  • GSA (Grandes Surfaces Alimentaires) = 5,6%
  • Traditionnels = 3,5%
(Source Fédération des Magasins de Bricolage et de l’Aménagement de la Maison)

Vous pouvez également consulter toutes les offres Décoration et équipement de la maison.


Les 3 derniers articles du secteur