Devenir franchisé dans le secteur de la lingerie

  • le

Dentelle, frou frou…Si la lingerie en fait fantasmer plus d’un, ce n’est pas le secteur le plus dynamique en ce moment. Ainsi, le marché français a de nouveau reculé de 1,5 % en 2014, à 3,5 milliards d’euros (vs -1,7 % en 2013 selon l’IFM). Par ailleurs, les ventes du premier trimestre de l’année sont également en baisse de 1,6% pour la lingerie féminine et de 2,1% pour les dessous masculins par rapport au premier trimestre 2014. Pour contrer ces difficultés, les enseignes s’adaptent.

La commission-affiliation comme modèle de développement dans la lingerie

Valège, RougeGorge, Soleil Sucré, Aubade, Chantelle, Princesse Tam Tam, Dim, La Perla…les enseignes de lingerie sont nombreuses mais peu ont choisi la franchise comme modèle de développement. Les marques grandissent soit en propre, soit via la commission-affiliation, une formule qui permet d’ouvrir sa boutique aux côtés d’une enseigne, sans être propriétaire de son stock. A la clé, un investissement réduit et une gestion allégée qui favorise la multiplication des points de vente.

Les avantages du secteur de la lingerie franchisée

La lingerie reste un secteur plaisir et les Françaises demeurent les premières acheteuses de lingerie en Europe. Ces dernières consacrent en effet près de 99 euros à leurs sous-vêtements chaque année,  soit environ 20 % de leur budget habillement annuel.

Pour continuer à croître sur un secteur un peu chahuté, les enseignes ajustent leur stratégie. Certaines privilégient l’international, d’autres diversifient leur activité. C’est le cas de Soleil Sucré qui ouvre désormais des boutiques de 80 à 120 m², contre 30 à 50 m² auparavant, de manière à accueillir l’ensemble de ses collections. En complément de la lingerie pour femmes, qui demeure le cœur de son activité, la marque propose désormais des cosmétiques, des vêtements de nuit, des maillots de bain et un rayon pour les hommes.

Le profil idéal pour se lancer dans le secteur de la lingerie

Pour ouvrir sa boutique de lingerie, mieux vaut être un bon commerçant. Les enseignes ciblent en effet en priorité des détaillants déjà implantés sur leur ville, en franchise ou non. Ces derniers ont en effet l’avantage de bien connaître le tissu local et leur clientèle. Toutefois, la plupart des marques ayant choisi la franchise ou la commission-affiliation ne sommes pas fermées aux personnes extérieures au commerce. Ils s’attachent alors à trouver des partenaires attirés par la gestion de la relation avec vos clients et ayant, si possible, une première expérience de gestion d’un magasin. Enfin, une sensibilité au visuel merchandising et à l’agencement du magasin est appréciée.

Quel apport personnel pour ouvrir sa boutique de lingerie ?

Quel budget pour se lancer : tout dépend des marques. Ainsi, Soleil Sucré recommande un apport personnel compris entre 100 et 150 000 euros pour un investissement global s’élevant à 300 000 euros minimum, local compris. Chez Banana Moon, l’apport personnel nécessaire à la création d’une boutique s’élève à environ 50 000 euros pour une boutique de 70 m², hors achat du pas de porte et hors caution bancaire.

Des exemples de réussite

Si le secteur de la lingerie n’a pas subi de véritables révolutions ces dernières années, il existe quelques belles initiatives. A l’instar du Slip Français, qui crée le buzz avec ses sous-vêtements 100% made in France. La marque a enregistré un chiffre d'affaires d'1,5 million d'euros en 2014. Une première boutique a ouvert ses portes en fin d’année dernière dans le Marais à Paris. Une autre devrait bientôt s’installer de l’autre côté de la Seine.