Interview franchise BabyChou Services

Vous souhaitez devenir franchisé BabyChou Services ?
  • Apport personnel : 15 000 €
  • Investissement : 40 000 €
Voir la fiche BabyChou Services

Service à la personne, assistance, aide à domicile



Quatre ans après son lancement en franchise, le réseau spécialiste de la garde d’enfants à domicile de 0 à 12 ans Babychou Services comptera bientôt 30 agences sur le territoire national.


Mélanie Kessous : En 2010, le réseau a poursuivi son développement tant en propre qu’en franchise. Allez-vous poursuivre dans cette voie ?

Claire Lanneau : Notre réseau a effectivement grandi durant cette année 2010 pour atteindre prochainement les 30 agences. En septembre, une agence a vu le jour à Toulouse Nord. Une ouverture suivie par la création, en novembre, d’une nouvelle unité sur Toulouse Ouest. Nous nous sommes également récemment implantés à Rouen. En 2010, nous avons aussi développé une succursale à Lille. Et nous envisageons d’ouvrir une nouvelle agence en propre à Lyon. Sur ces deux villes, et d’autres en France, il y a le potentiel pour développer un réseau mixte. Ce double mode de développement nous permet d’être particulièrement présents sur une zone et de mettre en place une mutualisation des moyens.

En 2010, le réseau s’est également ouvert à la multi-franchise…

Deux de nos principales agences se sont effectivement développées sur d’autres zones. Ainsi, Sabrina Belarbi, franchisée à Arras, a ouvert une seconde agence à Marcq-en-Baroeul devenant la première multi-franchisée du réseau. Une autre de nos franchisées a quant à elle repris une agence dans les Hauts-de-Seine et a ouvert deux autres agences à Puteaux et Rueil-Malmaison dans le même département.
Au sein du réseau, la multi-franchise va se développer en fonction de la motivation de certains de nos franchisés et de leur capacité à présenter un business plan ambitieux pour l’ouverture de nouvelles agences. Cela donne aussi de nouvelles perspectives aux franchisés qui vont rejoindre notre réseau.

Quelles sont vos ambitions pour les années à venir ?

Il faut savoir être raisonnable dans son développement. Nous restons donc sur l’objectif d’ouvrir entre 8 et 10 franchises annuellement mais nous souhaitons avant tout rester proches de nos franchisés déjà en place et de ceux qui nous rejoindront. Avec l’expérience et l’ancienneté, nous nous permettons d’être très sélectifs dans les candidatures que nous recevons. Nous privilégions ainsi les personnes ayant l’esprit réseau et souhaitant travailler dans cette dynamique. Notre réseau a acquis une vraie maturité. Notre premier franchisé, dont le contrat arrive à terme en juillet, a d’ores et déjà demandé à renouveler son contrat. Le fait que certains de nos partenaires se réengagent sur une durée de 5 ans est un élément extrêmement favorable pour l’enseigne.

En termes d’innovation, que prévoyez-vous ?

Nous prévoyons des innovations majeures en 2011. Mais il est encore un peu tôt pour en parler puisque nos franchisés eux-mêmes n’ont pas encore été informés ! Notre réseau a mis en place une politique de communication et de partenariats très réguliers que nous allons bien entendu poursuivre. Actuellement, tous les deux mois, une opération soutient le réseau. Nous allons installer ces partenariats dans la durée. Notre réseau se différencie avec des angles de communication innovants. Cela est très apprécié par nos franchisés qui ne pourraient pas organiser seuls de telles opérations. Enfin, en 2011, nous allons axer notre communication sur la cible « intervenants ». La fidélisation et la professionnalisation de nos intervenants constitue en effet un élément clé de notre réussite.

Quel est l’avenir de la spécialisation garde d’enfants sur le secteur des services à la personne ?

Notre spécialisation rassure énormément nos clients. Les parents sont à la recherche d’acteurs spécialistes. Nous répondons donc à un réel besoin. Depuis quatre ans, la progression de nos agences est constante ce qui nous conforte dans le choix de notre spécialisation. Aujourd’hui, nous sommes administrateur actif de la commission garde d’enfants auprès de notre syndicat et de notre fédération. Nous sommes ainsi au plus proche des évolutions de notre métier.
 

Vous êtes montée au créneau lors de l’annonce du projet de loi Baroin concernant la suppression des exonérations sociales dans les services à domicile…

Au moment de l’annonce, nous avons vivement réagi pour montrer que notre réseau se sentait vivement concerné par les projets du gouvernement. N’oublions pas que les enseignes de services à la personne demeurent étroitement liées à l’environnement réglementaire. Il était de notre devoir en tant que réseau leader du secteur de s’inquiéter de ce projet, même si nous comprenons que, lorsqu’un secteur commence à se structurer et à se professionnaliser, les aides qui lui étaient attribué soient diminuées très progressivement.


Les dernières Interviews BabyChou Services

Voir toutes les interviews : VIDEOS | ECRITES