Interview franchise Coldwell Banker France Monaco

"La force de Coldwell Banker se trouve dans son slogan : Global is the Difference"

Développé avec un réseau d'affiliés depuis l'année passée en France, Coldwell Banker a dépassé ses objectifs de croissance en 2012. Cette année, le spécialiste de l'immobilier haut-de-gamme devrait poursuivre son développement à Paris et au sein des grandes capitales régionales. 

: Quel bilan dressez-vous de l’année 2012 ?

Mihai DantanMihai Dantan : L’année 2012 a été marquée par notre volonté de se développer via un réseau d’affiliés. Nous nous étions fixés comme objectif la mise en place des premières structures et pensions recruter entre 5 et 8 affiliés. Au final, nous avons recueilli 16 dossiers de création et d’affiliation. En 2013, nous devrions donc intégrer entre 16 et 20 nouveaux affiliés. Actuellement, 40% de notre marché se situe à Paris et sa première couronne, les 60% restants se partageant entre le Sud-Est et sa riviera, la façade Atlantique, le Sud-Ouest et les stations chics des Alpes. Nous souhaitons renforcer notre présence à Paris mais aussi dans les grandes capitales régionales comme Lyon, Bordeaux, Lille, Rennes. A terme, Paris pourrait compter une dizaine de bureaux sachant que notre réseau a vocation d’ouvrir 70 ou, dans tous les cas, un maximum de 100 structures en France. Nous allons également privilégier le développement de nos affiliés pour mailler le territoire.

Vos affiliés ont un profil assez haut-de-gamme. Comment se déroule leur recrutement ?

Nous nous attachons autant à la qualité des parcours professionnels qu’aux qualités personnelles et de leadership. Nous travaillons sur un métier complexe. Il faut que nos affiliés soient capables d’intégrer nos méthodologies de travail pour diriger une structure qui emploie à terme entre 25 et 30 consultants.
Coldwell Banker a donc mis en place un process qui permet d’éviter les éventuelles « erreurs de casting ». Contrairement à certains réseaux, où le recrutement repose uniquement sur le service développement, voire parfois sur le seul développeur, les dossiers de candidature de nos affiliés passent entre les mains d’une commission nationale puis d’une commission basée aux USA. En moyenne, la validation prend trois mois à partir du moment où l’on rencontre le candidat pour la première fois.

Vous venez de l’évoquer l’immobilier est un métier complexe. Vos affiliés sont-ils rapidement opérationnels après la signature de leur contrat ?

Lorsque le candidat rejoint le réseau, il entre dans un process d’intégration qui dure 12 semaines : six semaines sont consacrées à la théorie pour l’apprentissage métier, les six autres semaines concernent le processus de création. Entre les deux, nos affiliés peuvent faire de la mise en pratique sur le terrain. Pour les agents immobiliers souhaitant affilier leur agence, le programme de conversion dure neuf semaines et peut-être étendu au maximum à douze semaines.

Depuis 2009, l’immobilier n’est pas au mieux de sa forme. Où en est-on aujourd’hui ?

Il faut savoir que l’immobilier est une alternance de cycles favorables aux vendeurs et de cycles favorables aux acquéreurs. Les deux cycles ont des avantages et des inconvénients pour les agents immobiliers. Ainsi, lorsque l’immobilier est favorable aux vendeurs, on se positionne sur un marché opportuniste pour ceux qui désirent créer leur structure : le fait d’avoir des biens à la vente compense les éventuelles notions de professionnalisme (qualité de service, conseil aux clients, outils, marketing). Dans ce type de cycle, le professionnel de l’immobilier doit être très réactif dans la gestion de l’information. Lorsqu’on se trouve dans un cycle favorable aux acquéreurs, le professionnel de l’immobilier doit investir son temps et son argent pour aller chercher le meilleur acheteur. Dans ce cas, les notions de professionnalisme, de travail et d’investissement priment sur la réactivité. Coldwell Banker, réseau ancré dans la qualité de service, permet à ses affiliés de profiter de réelles opportunités de prise de marché.

En quoi le marché de l’immobilier est-il différent aujourd’hui ?

Le monde a changé et la façon de faire de l’immobilier aussi. Notre univers de travail n’a plus rien à voir avec celui du 20ème siècle. Aujourd’hui, tout va plus vite. Nos clients sont ultra connectés. Alors que l’on avait l’habitude de travailler avec une organisation verticale en faisant descendre l’information vers le client, nous nous trouvons aujourd’hui dans de l’horizontalité. Ce qui signifie que l’on privilégie l’échange d’informations avec les consommateurs. L’évolution des médias sociaux a révolutionné l’approche des professionnels de l’immobilier. Nous n’avons jamais eu autant d’opportunités de se connecter avec des millions de gens. Créer une communauté virtuelle et des cercles d’influence pour diffuser notre information, parallèlement aux autres outils traditionnels, est devenu incontournable. Aujourd’hui, le professionnel de l’immobilier doit être un expert du marketing. Les structures qui ne s’adaptent pas à cette réalité n’ont pas d’avenir. En conclusion, il ne faut pas se tromper d’époque. Il s’agit d’être dans le 21ème siècle avec les outils du moment, des approches marketing nouvelles et un service consommateur ad hoc.

Comment se positionne Coldwell Banker par rapport aux médias sociaux ?

Coldwell Banker fut la première entreprise à avoir son propre site Internet en 1995. Nous disposons d’un canal sur You Tube et sommes les premiers à avoir remis à nos consultants des manuels dédiés à l’utilisation des médias sociaux, de manière à ce qu’ils puissent marketer leurs biens sur les médias sociaux. Toute notre stratégie est désormais orientée vers le multi screen. Cela nous permet de tisser une toile pour trouver le plus rapidement possible le meilleur acquéreur, où qu’il se trouve. Or, cet acheteur peut se situer au coin de la rue comme à l’autre bout de la planète. Concrètement, lorsque l’on rentre dans nos bases de données un nouveau bien, une vidéo est réalisée. Cette vidéo est à la fois diffusée sur nos sites Internet mais aussi sur notre chaîne You Tube. En cliquant sur la vidéo, le client peut également faire une recherche géographique aidé d’une carte. Cela lui permet de retrouver tous les biens disponibles dans le secteur recherché. Par ailleurs, toutes nos annonces sont parallèlement diffusées sur Tweeter, Facebook, Linkedin et Pinterest. Cela ne nous empêche pas d’utiliser des approches marketing plus classiques. Mais nous avons totalement intégré les nouvelles technologies qui représentent des opportunités de travail formidables, à des coûts insignifiants. Rappelons que Facebook nous apporte aujourd’hui plus de contacts acquéreurs qu’un site comme Se loger.

Quelles sont vos prévisions pour 2013 ?

Cette année va rester une année compliquée pour l’immobilier. Positionné sur l’immobilier de prestige, Coldwell Banker profite de ce segment différenciant, qui attire toujours les investisseurs du monde entier. Les règles fiscales sont désormais connues des investisseurs étrangers. Ils sont capables de prendre une décision. L’incertitude que l’on a connue en 2012 est derrière nous. Quant aux acheteurs français, nous sommes capables de les accompagner partout dans le monde pour trouver le bien qu’ils recherchent. La force de Coldwell Banker se trouve dans son slogan : Global is the Difference.

Comment ouvrir une franchise Coldwell Banker France Monaco ?
Demandez une documentation

Franchise Coldwell Banker France Monaco
Apport
75 000 €
Ca 2ans
500 000 - 700 000 €
Droit d'entrée
A partir de 35000 €

Leader mondial de l'immobilier luxe et prestige

Voir la ficheRecevoir une doc

Pour créer une franchise Coldwell Banker France Monaco il faut un apport personnel de 75 000 €.
Vous pouvez également consulter toutes les offres de Franchise d'agence immobiliere et les franchises du secteur Immobilier.

Les dernières interviews Coldwell Banker France Monaco

Les dernières actualités Coldwell Banker France Monaco