Interview franchise DESSANGE

Un entretien avec Benjamin Dessange

Benjamin Dessange - le

Natexis Private Equity est entré dans le capital du groupe Dessange International à hauteur de 20 %. Société familiale depuis sa fondation le capital du groupe est désormais réparti comme suit : Famille Dessange, 61 %, Natexis, 20 % et minoritaires opérationnels : 19 %. Objectif de cet accord : donner les moyens au groupe d’acquérir de nouvelles parts de marché en France, par croissance externe et par la poursuite du maillage national des marques Dessange, Camille Albane et Frédéric Moreno. En France, un millier de salons devraient couvrir le territoire sous les trois enseignes d’ici 3 à 4 ans contre 519 actuellement. Dans le monde, le groupe possède actuellement 885 salons implantés dans 39 pays.

: Pouvez vous nous présenter votre groupe ?

Benjamin Dessange : Le premier salon a été créé par Jacques Dessange en 1954. Aujourd'hui le groupe compte 885 salons sous ses trois enseignes et réalise 45 % de son chiffre d'affaires à l'exportation. Le groupe emploi 7 400 collaborateurs, dont 2 900 à l’étranger et le chiffre d'affaires développé par le groupe (Dessanges International et l'ensemble des franchisés) a été de 683 millions d'€ en 2003.
Dessange International gère trois activités :

  • La gestion des salons implantés en filiale sous les trois enseignes, Dessange, Camille Albane et Frédéric Moréno, ainsi que les instituts de beauté Dessange, pour lesquels nous avons une volonté de développement.
  • L’activité de franchiseur pour ces trois enseignes, en France et à l’étranger.
  • La mise au point et la distribution des produits de soin que nous fabriquons, ainsi que les licences avec Loréal pour la diffusion en GMS.
    Les produits de beauté constituent un relais de croissance important. Et nous visons, à terme, un doublement de la part des ventes de produits en salon.

La franchise de coiffure est une activité dans laquelle le transfert de savoir faire est un élément clé. Qu’apportez vous à vos partenaires ?

Nous proposons tous les services qu’un franchiseur se doit d’apporter à son réseau. Nous avons même une gamme de services assez impressionnante.
L’idée est de proposer tous les moyens possibles pour développer la marge des magasins. Si nous voulons que les clients aient réellement la perception d’enseignes de qualité, nous nous devons d’apporter des services également de qualité à nos franchisés. Et si nous voulons également que nos franchisés… et nos salons se développent, nous devons leur apporter des outils de croissance. Les prestations annexes, comme la manucure, le maquillage, la vente de produits font partie de ces outils de croissance. Le réseau apporte une aide globale aux salons, notamment des formations et des conseils en maquillage, des formations à la revente, au management des équipes… Nous voulons créer également un environnement qui facilite la vente de produits, sans grever les charges des partenaires. C’est pour cette raison que les meubles de présentation des produits, par exemple, sont offerts. Tous ces services représentent aujourd’hui plus de 18 % du CA des salons.
Il faut se souvenir que dans les années 90, les salons de coiffure proposaient la coupe et la couleur. Nous avons été les premiers à apporter des maquillages en harmonie avec la couleur des cheveux.
Je précise par ailleurs que chaque enseigne possède son propre centre de perfectionnement. Nos principes ont été dupliqués à l'international par les master franchisés. Dessange International compte ainsi 9 écoles de formation en France, Belgique, Italie, Espagne et Japon. Plus de 4.000 collaborateurs sont ainsi formés chaque année.

Comment situez vous vos différentes enseignes sur le marché ?

Avec nos trois enseignes nous couvrons l’ensemble du marché. Le panier moyen est un bon indicateur. Chez Dessange, il est de 85 €, chez Camille Albane, de 40 € et chez Frédéric Moreno de 30 €. Nous sommes les seuls sur cette pyramide. En France, la moyenne est inférieure à 30 €.
Notre démarche est une démarche globale et ce que nous proposons permet de fidéliser notre cliente. D’ailleurs les résultats sont là, puisque les clientes Dessange viennent en moyenne 12 à 13 fois par an.

La gestion d'un salon de coiffure nécessite un management performant des équipes. Quelles sont vos méthodes ?

Si nous parvenons à ces résultats, ce n’est pas seulement parce que nous faisons bien notre métier, mais aussi parce que nos collaboratrices aiment leur enseigne. Notre cliente est fidèle parce que nos collaborateurs apportent un service de qualité, connaissent leur métier, leurs clientes, ont une formation qui leur permet d’être au top de la profession.
Plusieurs éléments sont en jeu. Le savoir faire technique, la qualité de l’accueil et la compréhension du souhait de la cliente. Il y a une part de psychologie importante que nous essayons de transmettre.
Une anecdote intéressante à ce sujet. Il y a quelques temps, nous avons proposé à tous les collaborateurs du salon de l’avenue Franklin Roosevelt de réaliser une enquête qualité… dans les magasins de luxe de l’avenue Montaigne. A leur grande surprise ils n’ont pas été particulièrement bien reçus dans ces boutiques. Certains sont revenus en nous disant qu’ils n’avaient sans doute pas le « look » des clients habituels des grandes marques.
Dans un salon traditionnel, lorsqu’une cliente arrive, vêtue d’un vison, le monde s’arrête… elle est accueillie en grandes pompes. Si une jeune femme arrive habillée simplement, personne n’y fait attention. Alors qu’elle paiera le même prix. Ce n’est pas acceptable.
Chez nous, chaque cliente est importante et doit être reçue comme les meilleures d’entre elles. Nous avons des jeunes femmes qui économisent pour venir une fois par an. Nous leur devons le même accueil, le même respect. Ce doit être une règle de conduite et nos collaborateurs l’ont bien compris. Nos formations, ces enquêtes, les jeux de rôles que nous avons organisés ont créé ce savoir-faire. Et pour nous assurer que les règles sont bien suivies, nous organisons 7 visites annuelles de clients mystères dans chaque salon. Les franchisés en bénéficient également. C’est un excellent outil pour maintenir la qualité et améliorer sans cesse notre image de réseau haut de gamme.
Les franchisés reçoivent le rapport de passage, ainsi que les analyses par région et nationales. Ces études sont comparées à des visites mystères effectuées chez nos concurrents. Ce qui nous permet de nous placer par rapport au marché.
Tous ces outils ne sont pas innocents… quand on perd une cliente, ce sont 12 visites sur l’année qui disparaissent. Il est évident qu’un mauvais accueil a des conséquences qui ne sont pas neutres.
Un salon Dessange fonctionne comme une pièce de théâtre. Vous devez être à la hauteur du début au tombé de rideau. Et toute l’équipe doit participer au succès de chaque journée.

Quels sont vos objectifs de développement ?

En France, la croissance régulière est assurée par le potentiel de développement des enseignes Camille Albane et Frédéric Moreno. D'ici 3 ou 4 ans, le réseau français devrait atteindre 1000 salons sous les trois marques.
Le groupe compte 885 salons dans le monde. 497 Dessange, (auxquels il convient d'ajouter 108 instituts de beauté et 350 points de vente de produits).
Camille Albane, créé en 1994 pour se positionner sur le marché du milieu haut de gamme possède 277 salons dont 75 à l’international.
Frédéric Moréno, dont nous avons pris le contrôle en 2002, compte à ce jour 111 salons.
Notre objectif est de développer chaque enseigne, Camille Albane devrait atteindre 350 salons en 2007, et Frédérique Moréno 450.
Le potentiel pour chacune de ces marques est important. Si sur un territoire, il y a la place pour un Dessange, il est possible d’y implanter 2 Camille Albane et 3 Frédéric Moréno.
A l'international, Dessange poursuit son déploiement de la master franchise.

A l’étranger, nous avons également implanté des centres de fitness. Chypre est développé sur 1800 m², Bahreïn sur 2300 m², Rabat, ouvert récemment sur 1800 m² et Tripoli que nous avons ouvert en janvier dernier, également sur 1800 m².

Qui sont les candidats que vous recherchez ?

Nous ne proposons notre partenariat qu’à des coiffeurs. C’est un métier d’artisan et un bon artisan se doit d’être présent dans son magasin. Il doit pouvoir conseiller son équipe, la manager, la motiver, la diriger. Nous créons des équipes et tous doivent parler le même langage. Nous sommes dans un monde où la relation humaine est la base de la réussite. L’investisseur ne peut apporter cette indispensable présence.

Vous parlez de plans de carrière pour vos collaborateurs. Que leur proposez vous ?

Le fait de disposer d’un réseau aussi important que le nôtre, sous trois enseignes différentes nous permet de proposer des postes évolutifs, non seulement en France, mais aussi à l’étranger. Plus de 400 personnes sont en poste à l’étranger.
Un collaborateur peut entrer pour une formation, puis évoluer à différentes fonctions, jusqu’à devenir directeur de salon, en France comme à l’export et pourquoi pas créer son propre salon. Les exemples sont nombreux de belles carrières dans notre groupe.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

1 personne a donné son avis sur cet article (note moyenne: 5/5)

Vous souhaitez devenir franchisé DESSANGE ?

Franchise DESSANGE
DESSANGE

Leader du marché de la coiffure de luxe dans le monde

Apport 50 000 €

Pour créer une franchise DESSANGE il faut un apport personnel de 50 000 €. Vous souhaitez créer une entreprise dans le secteur franchise de salon de coiffure
Découvrez les chaines spécialisées sur la page franchise franchise de salon de coiffure

Actualités