Dossiers de la franchise

Ex gendarme, ex avocate... Ils ont changé de vie avec la franchise, pourquoi pas vous ?

Publié par , le | Franchise immobilier

Si les réseaux demeurent friands de profils issus de la grande distribution , rompus au management et à la gestion, ils ne ferment pas la porte aux franchisés plus atypiques. Il arrive donc que des anciens sportifs, des professions libérales ou encore des représentants de l’ordre opèrent une reconversion totale en choisissant la franchise . Quelques exemples concrets dans le secteur immobilier .

Jean-Louis Fiorini, ex gendarme

Jean-Louis Fiorini - franchise Laforêt Qu’il est loin le temps où Jean-Louis Fiorini évoluait au sein de l’escadron de gendarmerie de Vannes. Depuis 2006, il est franchisé du réseau immobilier Laforêt. Avec ses huit employés, il a réalisé un chiffre d’affaires de 750 000 euros en 2012 et entend poursuivre le développement de son agence. Car avec ce nouveau métier, il se fait plaisir. Quand il a décidé de prendre sa retraite il y 14 ans, Jean-Louis avait 36 ans et l’impression d’avoir fait le tour de son métier de gendarme après avoir assuré de nombreuses missions à l’étranger. Son but à l’époque : devenir indépendant. C’est un peu par hasard, à l’issue d’un plan d’accompagnement à l’emploi, qu’il se retrouve agent commercial au sein d’un grand réseau immobilier national. Particulièrement performant dans sa nouvelle activité, il est élu meilleur négociateur de Bretagne en 2000. L’année suivante, le réseau Laforêt, souhaitant s’emparer de ce bon élément, lui propose d’intégrer l’agence de Vannes. Après avoir acquis 50% de la société en 2002, il en devient le dirigeant en 2006 suite au départ à la retraite de son associé.


Découvrez  le témoignage de Jean-Louis Fiorini, franchisé Laforêt

 

Francis Pineaud, ex agriculteur

Suivant la destinée familiale, Francis Pineaud a dirigé pendant une trentaine d’années une exploitation agricole en Charente-Maritime tout en  exerçant parallèlement en tant qu’ingénieur conseil et professeur, dans le domaine agricole et économique. Lassé des aléas de son métier,  il décide de se lancer dans l’immobilier. Un domaine qui ne lui est pas tout à fait inconnu puisqu’en 2006 il a eu l’opportunité d’exercer en tant que marchand de biens.  En mars 2010, Francis se met à la recherche d’une agence immobilière à reprendre en Charente-Maritime. Sur un site spécialisé, il découvre le réseau Côté Particuliers. D’emblée, il est séduit par les valeurs prônées par l’enseigne. Un mois après le début de ses recherches, il rencontre Jean-Philippe Crouau, Directeur associé du réseau. « Je me suis totalement identifié à cette enseigne qui défend des valeurs qui me sont chères. » Francis se lance alors dans la recherche de son local et signe son bail. « J’ai ensuite suivi une formation d’une semaine et un stage de quelques jours au sein des agences de Tarbes et de Castres avant d’ouvrir mon agence à Rochefort. »
 

 

Sandrine Checa, ex avocate

Sandrine Checa - franchise Laforêt Avocat d’affaires spécialisée en droit des sociétés à Lyon de 1998 à 2006, Sandrine Checa n’a pas hésité à laisser tomber sa carrière pour reprendre l’agence immobilière sous enseigne Laforêt dirigée par ses parents depuis 2002. «  En 2006, mon père préparait son départ à la retraite avec deux choix : soit il vendait sa structure, soit je la reprenais. N’étant pas spécialement attachée à mon statut, je n’ai pas hésité.  » Pour celle qui avait vu naître le projet d’entreprise, il n’a pas été évident de s’imposer auprès d’une équipe attachée aux fondateurs. A force de travail, elle  acquiert une légitimité. Après avoir modifié l’organisation du point de vente, Sandrine Checa va de l’avant. Aujourd’hui, ne pensant pas encore à se développer géographiquement, elle souhaite s’implanter sur de nouveaux marchés, comme l’immobilier de commerce, une activité qu’elle ne travaille pas encore.


Découvrez le témoignage complet de Sandrine Checa,  franchisée Laforêt

 

Jean-Pierre Couderc, ex pharmacien

Jean Pierre Couderc - franchise guy Hoquet  Dans sa première vie professionnelle, Jean-Pierre Couderc était indépendant et il a souhaité le rester. Pharmacien salarié de 1990 à 2003, il a dirigé sa propre officine jusqu’en 2012. Lassé des différentes politiques gouvernementales, il a choisi la franchise pour se reconvertir. «  Une bonne façon de bénéficier d’une notoriété et de gagner du temps.  » C’est en 2011 sur le salon Franchise Expo Paris qu’il rencontre son futur franchiseur, ce sera le réseau Guy Hoquet «  essentiellement pour une question de personnes  ». Après avoir effectué sa formation initiale, il ouvre son agence, en association avec un ami, à Avon, en octobre 2012. La franchise est fidèle à ses attentes. Elle lui permet de rester libre tout en étant accompagné.


Découvrez le témoignage complet de Jean-Pierre Couderc, franchisé Guy Hoquet

Vous pouvez également consulter toutes les offres Immobilier.


Les 15 derniers articles du secteur