Annuaire

franchise soin des ongles

La franchise bar à ongle est un créneau porteur et en plein développement. L'engouement pour le soin des ongles, la manucure, et plus particulièrement le stylisme ongulaire offre de nombreux opportunités aux franchisés et futurs franchisés du secteur. Vous recherchez une franchise de soin des ongles / manucure qui marche pour créer votre propre salon de manucure ? Découvrez l'ensembles des franchises de bar à ongles qui recrutent pour trouver des idées de boutique et contacter les franchiseurs.

Depuis longtemps associé à de la manucure basique, le secteur des franchises de soin des ongles tend à se faire une place à part entière sur le secteur de la beauté et de l'eshétique corporelle. Les bars à ongles, qui historiquement se sont développés principalement sur paris en franchise, continuent d'étendre leur réseau de franchises sur tous le territoire français.

Loin d'être saturé, il y encore de la place pour de futurs bar à ongles franchisé souhaitant repondre qualitativement à la forte demain en milieu urbain. Certains réseaux de manucure ont fait le choix de se spécialiser : soins des ongles incarnés, manucure rapide sans rendez-vous, vente de produits opi en boutique... Trouver une idée de franchise de bar à ongle est facile, il suffit simplement de naviguer parmis notre annuaire des franchises de soins des ongles et de contacter les meilleures franchises du secteur.

Bar à ongle : concept de franchise importé des Etats-Unis

Le concept du bar à ongle importé des Etats-Unis dans les années 70 connaît un réel engouement en France. Cette nouvelle tendance fait cependant l'objet d'une législation pas toujours explicite et nécessite le soutien d'un réseau de franchise pour ne pas virer au parcours du combattant.

La tendance bar à ongles ! Un succès non démenti

Le principe du bar a lentement fait son chemin en France avant d'exploser littéralement depuis le milieu des années 2000. Le concept est simple et consiste, généralement sans rendez-vous, à pousser la porte de la boutique et, comme dans un bar classique de s'installer quelques minutes pour ressortir avec des ongles joliment transformés par un motif unique.

L'apparition à l'aube des années 2010 de la technique du gel, plus résistant que le vernis classique, a considérablement boosté l'essor des bars à ongles qui s'affichent désormais à tous les coins de rue. Un succès grandissant qui s'explique en quelques mot : rapidité, tarifs attractifs et effet garanti ! Cependant, devant le véritable raz-de-marée des bars à ongles, des voix se sont élevées pour exiger une réglementation plus stricte de la profession. Il est apparu dès lors nécessaire d'éviter que soit fait un amalgame entre la prothésie et le stylisme ongulaires.

Vrai ou Faux : faut-il un diplome pour ouvrir un bar à ongle ?

Depuis quelques semaines une rumeur court selon laquelle l'obtention d'un diplôme spécifique serait exigée pour ouvrir un bar à ongles. Cette rumeur, est bien entendu fausse.

La Confédération Nationale de L’Esthétique Parfumerie (CNEP) et l’UPCOM, syndicat affilié à la CNEP, qui représente les métiers « artistiques » et non réglementés de l’embellissement, sont clairs à ce sujet. Aucune loi n'a été votée en ce sens ! Pour bien comprendre, il faut revenir à la genèse du problème, l'amalgame souvent fait entre deux professions proches mais différentes :

  • La prothésie ongulaire (le cœur de métier des bars à ongles) peut être exercée par une personne non titulaire d’un CAP, mais ayant suivi une formation qualifiante de minimum 105 h (CCP - Certificat de Compétence Professionnel)
  • le stylisme ongulaire ne peut être exercé que par une personne titulaire d’un CAP complété de préférence par un Certificat de Compétence Professionnel, délivré dans le cadre de la Convention Collective de l’esthétique cosmétique - ou un CCP (Certificat de Compétence Professionnel).

Outre ces différences diplômantes, l'UPCOM précise dans un communiqué celles existant entre les deux métiers :

  • Le ou la prothésiste ongulaire est spécialisé dans l’embellissement et l’extension des ongles des mains et des pieds. «L’embellissement des mains et des pieds fait appel à des techniques de bien-être et de confort sans finalité médicale».
  • Le ou la styliste ongulaire réalise des soins esthétiques de type manucure et beauté des pieds.


Ces deux définitions montrent combien la frontière entre l'embellissement et le soin peut être mince ! Depuis 2014, l'autorité administrative a considéré que l'activité de décoration de faux ongles n'entrait pas dans le champ d'application de l'article 16 de la loi du 5 juillet 1996 dès lors qu'elle n'impliquait aucune intervention sur un élément du corps humain, ce qui n'est pas le cas des soins esthétiques de manucure.

Il reste que, en pratique, les activités habituellement qualifiées de «prothésie ongulaire» ou de «stylisme ongulaire», apparentées l'une et l'autre à la notion d'«activité de soins esthétiques à la personne», impliquent nécessairement, au préalable, avant toute opération sur l'ongle artificiel, une intervention du professionnel sur des éléments du corps humain que sont les ongles.

La DGCCRF a cependant interprété la prothésie ongulaire comme étant un soin esthétique et l’a notifié aux Chambres des Métiers et de l'Artisanat. Depuis, les Chambres de Métiers font pression sur les nouveaux entrants et exigent un CAP pour l'immatriculation au registre professionnel !

A cela s'ajoutent d'autres rumeurs infondées relatives à la fermetures de bars à ongles existants. Pour couper court à ces rumeurs, l'UPCOM multiplie les communiqués et martèle qu' «En l’état actuel de la législation, aucune formation diplômante n’est nécessaire pour exercer la prothésie ongulaire sous réserve de ne pratiquer ni manucure, ni soin des pieds ». Si la Chambre des métiers refuse l'immatriculation, et menace de dénonciation à la DGCCRF, les candidats à la création d'un bar à ongles ne doivent pas céder au chantage !

Créer son bar à ongles en réseau pour plus de tranquillité

Sachant que les difficultés s'accumulent sur les épaules des indépendants souhaitant se lancer seul dans l'ouverture d'un bar à ongles, la solution consiste, pour plus de tranquillité, à se lancer avec le soutien d'un réseau développé en franchise notablement mieux armé contre l'adversité. Outre le modèle économique bien rôdé des réseaux ayant pignon sur rue et les accords de partenariats scellés avec les fabricants de gels et prothèses ongulaires, le réseau apporte un vrai plus et représente un véritable atout au moment de l'immatriculation et de