Interview franchise Ucar

« Participer au développement de la France de demain »

Julien Lolli - le

 A 49 ans, Julien Lolli a mis fin à son mandat de président du Sporting Club de Bastia pour se consacrer à la franchise Ucar. Il a créé sa première agence en Corse à Borgo-Bastia en juin 2011, et la seconde ouvre au début de l'été 2013 à Ajaccio

: Pourquoi avez-vous désiré devenir chef d'entreprise ?

Julien LolliJulien Lolli : Après un Bac Gestion et un DUT d’assistant ingénieur en bâtiment, j’ai été pilote de chasse dans l’Armée durant trois ans. J’ai ensuite intégré une société de BTP employant 500 salariés, pour y occuper durant 18 ans des fonctions d’encadrement à la direction des ressources humaines, ainsi qu’en comptabilité analytique. Ensuite, j’ai géré durant sept ans la société d’exploitation d’une carrière de pierres ornementales, avec pour mission de donner un nouvel essor à l’entreprise.
A l’occasion d’un changement de direction, je me suis dit que le moment était venu pour moi de voler de mes propres ailes. Passionné d’automobile, j’ai orienté mes recherches dans ce domaine. Afin d’être en mesure de m’investir entièrement dans mon projet de création, j’ai cédé la présidence du Sporting Club de football de Bastia que j’assumais depuis cinq ans.

Pourquoi avoir opté pour la franchise ?

Je suis convaincu qu’un indépendant qui travaille avec plusieurs marques évoluera plus difficilement qu’un créateur d’entreprise en franchise. En effet, l’image de l’enseigne est très importante pour la relation au client.

Qu'est-ce qui vous a séduit en premier lieu chez Ucar ?

Dans le milieu de l’automobile, la mécanique me passionne beaucoup moins que la relation avec la clientèle. L’activité de location de véhicules répondait a priori à mes attentes, et Ucar Location n’était pas implanté sur Bastia. J’ai donc téléphoné à Cyrille Laborde, responsable du développement de l’enseigne, qui m’a reçu au siège de Boulogne-Billancourt (92) pour un premier entretien. Après mon deuxième rendez-vous, toujours au siège, j’ai rencontré un franchisé dans son agence. L’enthousiasme de cette personne, et j’ai alors officiellement adressé ma candidature au franchiseur. J’ajoute que le terme « franchise » a deux significations, dont celle de latransparence parfaite dans le contrat qui m’a été proposé, étayée par une passion du rapport humain. Chez Ucar Location, trois maîtres-mots priment : proximité, convivialité et attractivité des prix.

Qu'avez-vous mis en avant pour que le franchiseur mise sur vous ?

Lorsque je me suis rendu au siège de l’enseigne, je pense que mon dossier de candidature a séduit mon interlocuteur. Au moment de prendre congé devant l’ascenseur, j’ai croisé Jean Margerie, directeur commercial et développement. Je me suis alors rendu compte que cette même personne, ancien directeur général chez Fiat, avait été un partenaire commercial de mon ex-employeur, durant plusieurs années. De fait, je pouvais maintenant associer un visage et une présence physique au timbre de la voix ! Compte tenu de la qualité de notre précédente relation professionnelle, la décision du franchiseur a été immédiate. Une dernière rencontre a été organisée avec le président directeur général d’Ucar, Jean-Claude Puerto Salavert, et, au-delà de ma candidature, nous avons beaucoup discuté de bateaux.

Comment Ucar vous aide-t-il au jour le jour ?

J’ai d’abord suivi un stage théorique de cinq jours au siège de l’enseigne, afin d’apprendre mon futur métier, ou encore de me familiariser avec le logiciel de gestion. Deux stages pratiques ont suivi, sur une période d’une vingtaine de jours. J’ai été accueilli à Marseille par un franchisé en charge de trois agences Ucar, puis dans une succursale parisienne. De retour en Corse, il a fallu mettre le turbo, afin de préparer mon centre en respectant le concept de communication et d’agencement de l’enseigne. Le franchiseur fournit un accompagnement pré et post-ouverture que j’ai cependant peu sollicité. En effet, je disposais du financement initial, et ma bonne connaissance du secteur m’avait déjà permis de dénicher un local très bien situé en zone commerçante, sur un rond-point en bordure d’une route nationale très passante. J’ai démarré seul en pleine période estivale, et l’abondance des demandes de locations de véhicules m’a amené très vite à embaucher un agent d’accueil permanent au comptoir. Au quotidien, les échanges avec l’équipe de direction d’Ucar sont faciles et efficaces. Notre avis est pris en compte, par exemple au-niveau de la configuration de notre logiciel de gestion, en fonction des besoins spécifiques de tel ou tel franchisé.

Quel bilan faîtes-vous de vos deux ans passés aux côtés d'Ucar ?

Depuis mon démarrage d’activité en juin 2011, je travaille beaucoup, mais c’est le lot de tout patron qui assume ses responsabilités. En revanche, chaque matin, je me rends dans mon agence avecénormément de plaisir. Je suis heureux de participer au développement de la France de demain. En effet, dans un contexte économique peu favorable, le site de Borgo-Bastia emploie 2 salariés et propose 40 véhicules en location à l’issue de 6 mois d’existence. En avril prochain, les deux agences cumuleront 4 salariés et 80 véhicules. De plus, la relation-client au sein de notre enseigne ne se limite pas à indiquer le numéro de l’emplacement sur lequel le véhicule à louer est stationné. Chez Ucar, l’être humain n’est pas un objet, et chaque client doit être traité avec respect et convivialité.

(Témoignage fourni par l'enseigne)

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Soyez le premier a donner votre avis (note moyenne: 0/5)

Vous souhaitez devenir franchisé Ucar ?

Franchise Ucar
Ucar

Agence de location de voitures et d’utilitaires, de proximité

Apport 70 000 €

Interviews

Actualités