Interview franchise ADA

Interview de Christophe Plonévez, de la franchise ADA

Christophe Plonévez - le

Pour sa conférence de presse de rentrée, le Directeur Général d’ADA, M. Christophe Plonévez, n’était pas venu les mains vides, puisque trois annonces d’importance furent divulguées au public à cette occasion : la diffusion de tablettes permettant d’établir des états de véhicule fiables et rapides, l’ouverture de la location aux jeunes dès 18 ans, et enfin, et c’est ce qui intéressera en priorité nos lecteurs, le lancement d’une école de la franchise permettant à ces mêmes jeunes d’ouvrir leur agence en étant accompagné par le réseau. Retour sur tous ces points avec M. Plonévez

 

: Pourquoi avoir choisi de créer une offre spécifique pour les jeunes conducteurs ?

Christophe PlonévezChristophe Plonévez : Nous avons commandé une enquête à l’IFOP, qui révèle que les jeunes de 18 à 25 ans trouvent en majorité que la location est chère, difficile d’accès et anxiogène, notamment au moment de la remise du véhicule et de la recherche d’éventuels dégâts. 77% des interrogés n’ont jamais recours à la location, notamment parce que jusqu’ici, les agences ne confiaient les clés des véhicules qu’à des conducteurs âgés de 21 ans au moins. Chez ADA, nous avons décidé, après une période de tests d’un an menés dans plusieurs agences, d’abaisser l’âge requis à 18 ans, c’est-à-dire dès l’obtention du permis.

ADA propose-t-il d’autres services originaux pour cette cible de clientèle ?

Contrairement à nos concurrents, nous ne pratiquons pas de supplément tarifaire pour les jeunes, bien au contraire, puisque le site internet dédié offre une réduction de 15% par rapport à nos tarifs habituels. La gamme de véhicules a été adaptée aux besoins des jeunes adultes, avec deux voitures de petit format, deux utilitaires (pour les déménagements), des scooters 50 cm cube et enfin des voitures sans permis.

Cette offre reste-t-elle rentable ?

Tout-à-fait, car contrairement à une idée reçue, les statistiques relevés dans nos agences démontrent que les jeunes font moins d’accidents que leurs aînés, étant plus sensibilisés aux problèmes d’alcoolémie et de sécurité routière. C’est pourquoi la franchise en cas d’accident est la même que pour nos clients plus âgés : pas de double franchise en cas de dommage comme cela peut être le cas ailleurs. Relayées sur une page facebook et accessibles via un site internet spécifique, nos offres jeunes conducteurs sont disponibles dans 181 agences du réseau, dont 77 en Ile-de-France.

Vous avez également souhaité moderniser la procédure d’inspection des véhicules ?

En effet, nous nous sommes rendu compte que la phase de l’état descriptif, notamment à la restitution du véhicule, est redoutée par nos clients, et peut être source de problèmes. Afin de simplifier les process, nous dotons progressivement nos agences de tablettes tactiles, permettant de prendre en photo avant la mise à la route l’ensemble des défauts de la voiture, et de créer une fiche de renseignements numérique qui sera transmise par email au conducteur et par serveur sécurisé au loueur. En plus d’être écologique (zéro papier), cette solution est plus transparente pour les deux parties, permet un gain de temps appréciable et au final, elle limite les éventuels conflits dus aux différences d’interprétation.

Les tests sont donc probants ?

Actuellement, 130 agences sont équipées et 5.000 clients ADA ont testé le système, qui ne génère en effet que des retours positifs. Nous espérons déployer ces tablettes à l’ensemble du réseau d’ici la fin de l’année prochaine.

Vous avez lancé votre propre école de formation, avec quels desseins ?

Nous avons souhaité donner à tout un chacun la possibilité de devenir chef d’entreprise, y compris des candidats ne disposant pas d’un apport financier suffisant pour se porter acquéreur d’une agence. Ainsi, au sein de notre école, nous formons des jeunes sur des périodes allant de 4 à 6 mois, en les rémunérant tout au long de la période. A la sortie, nous proposons des formules de location-gérance permettant à un jeune d’exploiter une agence sans être propriétaire du fonds de commerce, dont il est simple locataire. Au bout de quelques années, si l’agence fonctionne bien, le directeur pourra opter pour une formule de franchise classique, accédant alors à des conditions d’emprunt privilégiées auprès des banques qui regarderont d’un œil bienveillant un postulant pouvant présenter un ou plusieurs bilans comptables positifs. Nous formons chaque année 40 jeunes de moins de 35 ans dans notre école, par sessions de 10 personnes.

Nous approchons de la fin de l’année, avez-vous un mot à dire sur le développement de votre réseau ?

Notre portefeuille compte 477 agences en activité, dont 50 sont exploitées sur le mode de la location-gérance. Une trentaine d’unités sont situées dans les DOM-TOM, mais nous ne souhaitons pas pour l’instant nous implanter à l’international, notre métier étant difficile à exporter. Nous avons encore de belles opportunités sur le sol français et nous étudions toutes les candidatures qui nous parviennent avec beaucoup de soin, orientant les candidats vers nos différents modes de gestion d’agence en fonction de leur profil.

Propos recueillis par Rodolphe Hatchadourian

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

5 personnes ont donné leur avis sur cet article (note moyenne: 3.5/5)

Vous souhaitez devenir franchisé ADA ?

Franchise ADA
ADA

Le 1er réseau de location de véhicules en France

Apport 25 000 €

Pour créer une franchise ADA il faut un apport personnel de 25 000 €.
Vous pouvez également consulter toutes les offres de Franchise location voiture et les franchises du secteur Automobiles, cycles, motos.

Interviews

Actualités