Dossiers de la franchise

Combien gagne réellement un franchisé ?

Publié par , le

C’est sans doute la question qui taraude le plus les futurs franchisés : combien vais-je gagner en me lançant en franchise ? Si les franchiseurs n’ont évidemment pas de droit de regard sur la rémunération des membres de leur réseau, les franchisés eux-mêmes ne communiquent pas forcément volontiers sur ce sujet qui demeure très personnel. Il existe toutefois plusieurs études concernant le salaire des franchisés. La dernière émane du Baromètre de la franchise réalisé par l’Indicateur de la franchise et la Caisse d’Epargne. Selon cette enquête, un franchisé sur trois déclare gagner entre 10 et 30 000 euros.

En 2015, selon les chiffres de l’Enquête annuelle de la franchise réalisée par la Banque Populaire avec la Fédération française de la franchise, le revenu annuel net moyen des franchisés s’est élevé à 32 120 euros. Une étude réalisée entre le 1er septembre 2015 et le 26 septembre 2016 par l’Indicateur de la franchise en collaboration avec la Caisse d’Epargne vient compléter cette donnée. Ainsi, sur la période, 33% des 2 053 franchisés issus de 51 réseaux interrogés ont déclaré avoir un revenu net annuel avant impôt compris entre 10 et 30 000 euros et 16,22% déclarent un revenu net compris entre 30 et 50 000 euros. Plus on monte en rémunération, moins les franchisés sont nombreux. Ainsi, près de 9% des franchisés déclarent gagner entre 50 et 150 000 euros. Et s’ils sont 0,29% à déclarer un revenu net annuel avant impôt supérieur à 150 000 euros, un peu plus de 12% affichent un revenu inférieur à 10 000 euros.

Quel apport personnel pour créer sa franchise ?

La moitié des franchisés interrogés déclarent avoir consacré un apport personnel de moins de 30 000 euros pour créer leur activité. Au total, 69% affirment avoir apporté moins de 50 000 euros. Pour près de 9% des sondés, l'apport personnel est compris entre 75 et 150 000 euros et seuls 2,44% ont apporté plus de 150 000 euros. « Nous notons que les apports personnels sont plus faibles qu’il y a quatre ans. Ceci est lié à plusieurs phénomènes. Ainsi, on trouve désormais en franchise des concepts plus légers et moins coûteux réclamant un investissement moins élevé. Les franchiseurs ont également optimisé les frais de lancement. Enfin, on trouve désormais beaucoup de concepts dans le secteur des services qui ne nécessitent pas forcément de local, limitant l'investissement nécessaire à leur lancement. Cela se répercute bien évidemment sur les niveaux d’apport personnel », précise Florent Lamoureux, Directeur du marché des professionnels - Caisse d'Epargne

Au bout de combien de temps peut-on se rémunérer en franchise ?

C’est une bonne nouvelle pour les futurs franchisés : 26,5 % des sondés ont réussi à se rémunérer en moins de 6 mois. Pour 19,63 % des franchisés, il a fallu une année pour dégager un premier salaire. A noter, seul 8,48% ont mis entre deux et cinq ans pour s’offrir une rémunération. Par ailleurs, près d’un tiers des franchisés interrogés déclare un chiffre d’affaires supérieur à 200 000 euros et 33% des sondés affichent un CA inférieur à 100 000 euros. Enfin, 28,69 % ont déclaré ne pas encore avoir atteint leur chiffre d’affaires prévisionnel. Et ils sont près de 20% à l’avoir atteint en deux ans.

Des franchisés satisfaits et optimistes

Pour autant, il faut noter que les franchisés interrogés affichent un taux de satisfaction global de 83,35%. Cet optimisme se vérifie avec le sentiment de réussite qui domine chez 90% des franchisés interrogés. Mieux, ils seraient 88% à recommander leur réseau à un proche et plus de 97% des franchisés considèrent leur tête de réseau comme un bon franchiseur. « Nous sommes face à des partenaires qui se font confiance et savoir que 89% des franchisés resigneraient un contrat de franchise s’ils se lançaient aujourd’hui constitue un très bon signe pour la franchise. Car ce type d’information est sans doute l’information la plus utile pour savoir si l’on est face à un bon franchiseur dès lors qu’on souhaite ouvrir sa franchise », se réjouit Florent Lamoureux. Les franchisés ont le moral et font preuve d’un bel optimiste. Si se lancer en franchise leur coûte plus cher que de créer en solo, ils considèrent ce mode de développement comme une formule gagnante qui leur apporte toute une panoplie de services qui leur permet de performer dans le temps.

A lire aussi : Le salaire des franchisés en 2014