Interview franchise Dorotennis

Entretien avec Isabelle de Bardies enseigne Dorotennis

Isabelle de Bardies - le

Dorotennis, créée en 1978, est considérée comme l’une des marques historique de la mode féminine sportswear et bénéficie d’une forte notoriété. Vendue chez les détaillants multimarques, l’enseigne s’est lancée en franchise depuis quelques années. Isabelle de Bardies, présidente de Dorotennis, fait le point sur le développement de l’enseigne, un développement réalisé pas à pas.

: Comment se développe le réseau Dorotennis ?

Isabelle de Bardies : Nous nous sommes consacrés récemment à développer des succursales. Plusieurs magasins ont été inaugurés cette année, en juin dernier à Bordeaux et en février à Boulogne Billancourt. Notre prochain magasin ouvrira Rue de Sèvres, à Paris. Il s’agit presque du berceau historique de notre marque. Nous pensons y toucher une clientèle complémentaire, plus « parisienne », comme dans notre magasin de Boulogne, qui attire nombre de parisiennes de l’Ouest. Ce type d’implantations nous permet de cultiver une image différente de celle induite par notre présence dans des magasins de sport. Tous ces dossiers ont nécessité beaucoup d’énergie. Nous développons parallèlement des contacts dans le secteur de l’affiliation. Nous avons quelques dossiers bien avancés, dans des grandes villes de plus de cent mille habitants et dans une ville de résidences secondaires à haut pouvoir d’achat. Notre marque fonctionne dans des univers de centre de loisir, de vacances, tout ce qui touche aux stations balnéaires, aux stations de montagne, dans un contexte de détente un peu chic. Notre structure a été renforcée, avec le recrutement d’une nouvelle responsable d’exploitation : Myriam Batoni. Nous avons également beaucoup travaillé sur le sujet des cartes de fidélité, des opérations commerciales et pas uniquement sur le développement pur de l’enseigne.

Quels sont vos projets en terme de développement ?

Nous avons l’ambition d’ouvrir quatre à cinq boutiques chaque année, en fonction des opportunités en terme de locaux. Nous avons quelques dossiers en cours sur Toulouse, Avignon, Nantes, des grandes capitales régionales. Nos projets concernent tout autant l’affiliation que le développement en succursale, en fonction des profils recherchés.

Quel type de profils recherchez vous ?

Nous sélectionnons des candidats qui ont un profil de commerçant, avec une expérience dans le secteur textile. L’accueil est fondamental, il faut être performant dans la vente et capable de fidéliser la clientèle. Nous recherchons de préférence des commerçants femmes, qui possèdent déjà des locaux bien situés et amortis financièrement. Le montant de l’investissement dépend directement de l’emplacement du magasin et de la taille de la ville choisie. Il dépend également du montant du droit au bail et du coût des travaux, qui est généralement de l’ordre de mille euros le m2. Nos magasins ont, en moyenne, une surface de cinquante à soixante dix mètres carrés hors local de stockage. Aujourd’hui, on considère que le fond de roulement nécessaire doit être de trente à quarante pour cent de l’apport individuel, une somme qui permet de travailler tranquillement.

Envisagez-vous de développer Dorotennis à l’étranger ?

Notre prochaine étape concernera le développement de l’enseigne à l’étranger. J’attendais de bien rôder notre concept en France avant d’envisager toute implantation à l’étranger. Nous avons des propositions, mais nous préférons avancer prudemment.

Quels types de diversifications avez-vous envisagé ?

Nous avons mis en place dernièrement un contrat de licence pour une collection de chaussures avec Nordsud. La collection est en cours d’élaboration et devrait être vendue en magasin avec la collection été 2007. Les expériences que nous avons eues par le passé en terme de partenariat n’ont pas toujours été satisfaisantes dans ce domaine. Cette fois, les produits sont de très belle qualité, la collection fort belle. Elle sera distribuée chez les chausseurs, dans les magasins Citadium et les boutiques du Club Med, les magasins de sport, ainsi que dans nos magasins. Dans ce domaine également, je préfère jouer la carte de la prudence. Nous sommes encore une petite structure et la priorité reste de consolider l’entreprise sur ses points forts.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Soyez le premier a donner votre avis (note moyenne: 0/5)

Prêt à porter femme : ces entreprises en croissance recrutent

Franchise La Fée Maraboutée
La Fée Maraboutée

Vêtements pour toutes les personnalités

Apport 50 000 €

Franchise Banana Moon
Banana Moon

Maillot de bains et articles de plage femme - fille + prêt à porter femme

Apport 50 000 €

Franchise Dorotennis

Soyez prévenu dès que cette enseigne recrute des franchisés sur notre site.

Politique de Confidentialité

Intéressé par le secteur franchise Prêt à porter femme ?
Pour devenir franchisé Dorotennis il faut un apport personnel de 45 000 €.
Vous pouvez également consulter toutes les offres de Franchise vetement et les franchises du secteur Mode et équipement de la personne.

Interviews

Ces enseignes se développent et recherchent des franchisés

Franchise Deeluxe
Deeluxe

Apport 50 000 €

Franchise ESPRIT
ESPRIT

Apport 50 000 €

Franchise Blue Box
Blue Box

Apport 150 000 €

Franchise La Fée Maraboutée
La Fée Maraboutée

Apport 50 000 €

Franchise Banana Moon
Banana Moon

Apport 50 000 €

Franchise VAUBECOUR
VAUBECOUR

Apport 15 000 €

Franchise KOKER
KOKER

Apport 30 000 €