Interview franchise Jacadi

Un entretien avec Xavier DIGEON

Xavier DIGEON - le

Créé en 1976, Jacadi est l’une des marques de prêt à porter enfants les plus implantées et renommées en France. Son taux de notoriété était déjà, en 1997 de 71%, date de la dernière étude connue. Jacadi est également la première marque française de vêtements pour enfants à s'exporter. A la fin des années 90, le groupe a connu des difficultés et a été repris par Marcel FRYDMAN, puis cédé à une structure indépendante en 2001, dirigée par Gérald et Jean-Pierre FRYDMAN, fils du fondateur du groupe Marionnaud. Plusieurs mois de travail ont permis au groupe de mettre en place une nouvelle politique de développement pour la France dont Xavier DIGEON est l’un des pivots et à l'international, dirigé par Philippe LAUGA.

: Vous êtes entrés chez Jacadi à une période ou de nouveaux chantiers sont en cours. Quelle va être la nouvelle politique du groupe ?

Xavier DIGEON : Faire de Jacadi la référence de l’élégance française pour les enfants.

Xavier DIGEON : L’objectif des dirigeants n’est pas de révolutionner Jacadi, mais de capitaliser sur des acquis forts. L’enseigne possède 365 points de vente dont 50 succursales et une notoriété incontestable. Certains de nos magasins ont plus de vingt ans, il est donc nécessaire de repositionner l’ensemble.

C’est ce qui a débuté ces derniers mois, tout d’abord par l’arrivée d’une nouvelle équipe.

Objectif : stabiliser, consolider l’image et actualiser les collections. Notre volonté est de faire de Jacadi la référence de l’élégance française pour les enfants.

Plusieurs mesures ont été prises dont la plus visible est la réalisation d’un nouveau concept de magasin. Le premier a ouvert ses portes en décembre dernier. Pour cette rénovation, nous avons choisi la première boutique de l’enseigne, à Boulogne.

Les chiffres réalisés depuis novembre nous confortent dans nos choix, même si certains éléments sont encore en cours de validation.
Pour ce nouveau concept, la surface passe de 65 m² (qui était la norme moyenne lorsque le réseau a été lancé) à des surfaces de l’ordre de 100 m² + 20 m² de réserve.

Faites vous également évoluer les gammes de produits ?

Le concept JACADI est basé sur une offre globale « enfants » : vêtements de 0 à 12 ans, puériculture, papier peint, chaussures, accessoires... L’ensemble des produits sera commercialisé par chaque boutique, en tenant bien sûr compte des surfaces des points de vente.

Il y a en France 167 points de vente. Pensez-vous possible d’implanter d’autres points de vente ?

Le travail que nous faisons depuis ces derniers mois est destiné a conforter l’enseigne. Il n’est pas question d’ouvrir des boutiques pour le simple plaisir. Il y a des villes où nous ne sommes pas ou plus présent, d’autres où nous souhaitons modifier l’implantation. Il y a donc des opportunités, mais nous sommes particulièrement sélectifs sur le type d’ouverture et le choix des partenaires. Aucun réseau ne peut espérer se pérenniser s’il n’est pas fondé sur le principe « gagnant gagnant ». C’est pour cette raison que nous souhaitons un développement calculé.

C’est pour ces mêmes raisons que nous recherchons des candidats qui expriment une réelle volonté de création de leur activité et un goût certain pour la mode enfantine et la puériculture et qui soient également motivés par la franchise.

Être commerçant, c’est s’engager dans un vrai métier, qui nécessite des compétences dans de nombreux domaines : gestion, sélection des collections, recrutement, animation et formation du personnel, vente, conseil, accueil… et j’en oublie.

La réussite d’un point de vente passe par le souci du détail, du travail bien fait. Nous insistons, lors de nos formations sur le fait que le client doit sentir qu’il est le bienvenu. Et surtout qu’il ne sente pas, une fois la vente faite que son interlocuteur ne s’intéresse plus à lui. C’est le souci du détail qui doit motiver le responsable d’un point de vente. On voit trop souvent, dans les boutiques que le vendeur ne dit même pas au revoir à un client qui vient de régler ses achats. L’autre message que nous voulons inculquer à nos partenaires est qu’il n’y a pas de petit client. On sait tous qu’un client satisfait parle de son achat à 4 personnes alors qu’un client mécontent en parle à une dizaine !

Quels vont être les points forts de l’année 2002 ?

Elle débute par la convention JACADI qui va se dérouler du 18 au 23 janvier au cours de laquelle nous présenterons les nouveaux objectifs et les supports mis en place. Des campagnes de communication seront présentés, comme celle que nous avons réalisée en décembre sur les taxis parisiens : « Jacadi vous souhaite de passer de joyeuses fêtes de Noël dans les plus beaux de vêtements pour enfants ».



* Xavier DIGEON
29 ans.
Études de droit et diplômé de l’Institut Supérieur Européen de la mode (ISEM) groupe ESMOD

S’est occupé du développement du réseau de bijoutiers Megalithes (55 points de vente) pendant 3 ans.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

2 personnes ont donné leur avis sur cet article (note moyenne: 4.5/5)

Enfant : vetement pour enfants : devenez franchisé avec ces concepts porteurs

Franchise DPAM
DPAM

Vêtement de mode enfant et bébé

Apport 60 000 €

Franchise Z
Z

Collection de vêtements enfant de 0 à 14 ans

Apport 10 000 €

Franchise Jacadi

Soyez prévenu dès que cette enseigne recrute des franchisés

Pour ouvrir une franchise Jacadi il faut un apport personnel de 75 000 €.
Vous pouvez également consulter toutes les offres de Franchise vetement enfants et les franchises du secteur Mode et équipement de la personne.

Ces enseignes se développent et recherchent des franchisés

Franchise KIDILIZ
KIDILIZ

Apport 20 000 €

Franchise Z
Z

Apport 10 000 €

Franchise DPAM
DPAM

Apport 60 000 €

Franchise Sergent Major
Sergent Major

Apport 60 000 €