Dossiers de la franchise

Grâce à la franchise, ils ont donné un nouvel élan à leur vie professionnelle

Publié par , le

En France, on compte aujourd’hui plus de 69 000 franchisés en activité, ce qui témoigne de la vitalité de ce mode de développement. Parmi ces entrepreneurs indépendants, la plupart ont eu recours à la franchise pour se reconvertir et se relancer professionnellement. Présente dans tous les secteurs et correspondant à des niveaux d’apport personnel très variés, la franchise est un modèle gagnant qui s’adresse à tous les profils professionnels. Retour d’expérience cette semaine avec des franchisés qui ont réussi leur reconversion en rejoignant des enseignes aussi diverses que Tout & Bon, Attila Système et Temporis.

S’épanouir dans un nouveau métier après une reconversion

Quand on veut de changer de cap, la franchise se révèle être un formidable moyen. Pour Yoann Cros, franchisé Attila Système depuis août 2011, il s’agissait même de sa vraie première expérience professionnelle. Quand il saute le pas à 24 ans, le réseau Attila Système ne compte alors qu’une quinzaine d’unités franchisées. A peine sorti de ses études, il se met à penser à la création d’entreprise. « J’ai consulté plusieurs enseignes de différents secteurs d’activité. Mais j’ai réfléchi en cible clientèle et non en secteur d’activité. Est-ce que j’avais envie de cibler une clientèle de particuliers ou de professionnels ? La seconde option me stimulait davantage », témoigne Yoann Cros. Partant de ce constat, un réseau comme Attila Système correspondait à ses critères. « Les très bonnes relations avec le franchiseur ont fait le reste », souligne-t-il.

Depuis son lancement il y a maintenant plus de 5 ans, les contours de son métier ont évolué, avec désormais une équipe de 15 personnes à manager. « J’exploite deux secteurs géographiques en parallèle. Il a bien fallu nous structurer. Mon métier a ainsi changé. Je passe désormais plus de temps à m’occuper de la fidélisation de notre clientèle, tout en assumant le management des équipes ». Sur l’ensemble de l’année 2016, il table sur un chiffre d’affaires d’1,3 M€ environ.

Donner un nouvel élan à sa carrière : comment faire une reconversion ?

Comme nous l’avons vu précédemment, la franchise permet de se lancer sur un secteur d’activité dont le franchisé n’est pas forcément originaire. Mais pour certains, devenir franchisé d’une enseigne dans leur secteur de prédilection est une option qui s’avère fructueuse/payante. Franchisé Temporis depuis janvier 2011, David Baldini en est la parfaite illustration….Ayant quasiment fait tout son début de carrière dans le travail temporaire, cet entrepreneur lyonnais a occupé de nombreuses responsabilités dans un groupe, avec des fonctions de commercial, chef d’agence mais aussi de directeur de région. A 37 ans, il décide que c’est le bon moment de monter sa boîte et de « travailler vraiment pour lui et non plus pour un patron ». Le lancement de sa première agence a nécessité un investissement de 160 000 euros environ. « J’avais volontairement maximisé cette somme, afin d’éviter tout problème de trésorerie », précise-t-il. Une démarche qu’il a reproduite pour l’ouverture de ses 3 autres agences. Aujourd’hui à la tête de 4 agences Temporis, David Baldini est forcément moins dans l’opérationnel et se concentre sur les fonctions managériales et de conquêtes commerciales. Très impliqué dans la vie du réseau, il reconnait avoir des relations quasi permanentes avec son franchiseur. Il s’est également investi dans des réseaux professionnels locaux comme la CGPME Loire ou des réseaux d’accompagnement comme Initiative Loire ou Réseau Entreprendre.

D’une manière globale, certains secteurs comme l’optique, l’hôtellerie et plus ou moins l’immobilier recherchent des profils de franchisés issus de leur secteur d’activité réciproque. Cela passe souvent par une phase de ralliement, qui consiste à « convertir » des établissements existants.

Bilan : utiliser au mieux ses compétences acquises

La franchise permet de se former à un nouveau métier. Certains franchisés y voient aussi le moyen de valoriser leurs compétences acquises précédemment. C’est qui a notamment motivé de Baptiste Lélouard, franchisé Tout & Bon à Merignac depuis le 1er septembre 2016. Ce jeune entrepreneur a multiplié les formations (BTS force de vente, Maitrise de communication à l’EFAP, MBA hospitality & management à l’Ecole Supérieure de Savignac..). Ce qui lui a plu chez Tout & Bon ? « L’aspect BtoB et la possibilité de démarrer son activité seul », précise le jeune franchisé. A ceci s’ajoute une affinité pour les produits vendus et le fait d’exercer une activité qui est concentrée du lundi au vendredi ! Après une formation de 5 semaines chez Tout & Bon, il s'est lancé à Mérignac, dans une zone de bureaux. Il emploie à ce jour 2 personnes et table sur un chiffre d'afaires prévisionnel de 200 000 en année 1.

On l’a donc vu. La franchise s'adapte à tous les profils. En fonction de ses centres d’intérêt, de son appétence pour un secteur ou un produit, de son niveau d’apport personnel, il est possible de trouver une franchise qui correspond à ses critères. Prochain rendez-vous pour s’en convaincre : Franchise Expo Paris du 19 au 22 mars 2017.