Interview franchise Bureau Vallée

Un entretien avec Christophe Labaeye

Christophe Labaeye - le

Seul réseau structuré de moyenne surface de distribution de fournitures de bureau. L'enseigne qui se développe en franchise et en propre est appuyée par des capitaux bancaires. Elle compte aujourd'hui 35 magasins. Nous avons rencontré le franchisé de Quimper, ancien dirigeant marketing de grands groupe dans l'agro-alimentaire.

: Quel a été votre parcours avant de deveniru franchisé Bureau Vallée ?

Christophe Labaeye : Après une école de commerce, j'ai passé ma carrière dans des grands groupes, comme Procter et Gambler et Nestlé, aux directions commerciales et marketing. Mais, depuis longtemps j'avais cette volonté de créer ma propre entreprise.
A 40 ans, je me suis décidé à franchir le pas, et j'avais dans l'idée de m'installer en Bretagne et de reprendre une entreprise d'agro-alimentaire. Mais je suis quelqu'un de pressé et je me suis aperçu que j'aurai du mal à m'entendre avec les vendeurs de la société qui m'intéressait. J'ai fait deux ou trois tentatives, il fallait que je m'associe, les négociations prendraient deux ou trois ans pour que cela aboutisse. Et quitte à prendre un associé… autant choisir un franchiseur. Là, au moins on est sur de ses compétences !

Pourquoi avoir choisi cette enseigne ?

Après quelques recherches, j'ai pris contact avec Mc Donald's où j'ai suivi le parcours traditionnel du candidat McDo. J'y ai fait mon apprentissage de la franchise et de la création d'entreprise. Pour diverses raisons, nous n'avons pas finalisé le contrat. La taille des restaurants proposés ne convenait pas à mon projet.
Quand j'ai rencontré Bureau Vallée, ils m'ont pris pour un fou parce que j'ai immédiatement été séduit par le concept. Il correspondait parfaitement au type d'entreprise et d'investissement que je souhaitais lancer, à la rentabilité attendue…
Mes critères étaient assez simples :
Un produit noble, valorisant et agréable à travailler.
Des gens qui mettent le contact humain et la valeur humaine au dessus de tout.

Alors évidemment quand on se lance dans ce type d'activité, il faut être humble, c'était entièrement nouveau pour moi, mais le fait d'avoir géré des équipes, et notamment 130 commerciaux vous rend humble. Et vous savez, à la sortie de mes études, quand je suis entré chez Procter, j'ai débuté par la mise en avant dans les rayons des supermarchés. J'ai charrié des palettes, puis je suis devenu vendeur de base… Pourtant, j'avais fait des études, mon père était médecin, je parle 3 langues… c'est le profil du jeune qui pense qu'il va débuter immédiatement dans un grand bureau entouré de cadres et secrétaires à sa disposition !
Donc, pour lancer ma boîte, j'ai appris respectueusement mon nouveau métier. Le franchiseur a été un excellent soutien en amont, pour la préparation des dossiers, la recherche du site. Il vous met en situation. Ensuite, vous êtes dans votre entreprise, et c'est à vous de faire vos preuves. Mais en sachant que vous avez toujours une logistique, des hommes et des femmes qui sont à votre disposition pour répondre à vos demandes.

Ensuite, il y a une autre composante qui comptait énormément pour moi, c'et l'adhésion de ma famille à ce projet de création d'entreprise. J'avais une poste qui me permettait de bénéficier d'avantages, d'une belle carte de visite, de responsabilité dans les clubs comme le Diner's. Je descendais dans des palaces à Cannes (j'était directeur de la communication et du marketing). J'avais besoin que mes enfants, ma famille adhèrent au projet.
Il y a plusieurs composantes qui permettent le succès d'une entreprise et l'environnement familial en et un des principaux.
Mon épouse était professeur d'histoire géo… maintenant nous travaillons ensemble, dans notre entreprise.

Quelles sont les qualités nécessaires pour réussir dans ce métier ?

Etre un bon gestionnaire, bien entendu, mais aussi un bon animateur d'équipes. Et celle qui me parait primordiale, c'est d'être un bon vendeur. Il ne s'agit pas seulement de "savoir vendre", mais aussi savoir s'analyser, savoir se remettre en question. J'ai fait cela pendant 20 ans. Et ce un travail sur soi permet de bien connaître ses compétences, de s'améliorer.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Soyez le premier a donner votre avis (note moyenne: 0/5)

Vous souhaitez devenir franchisé Bureau Vallée ?

Franchise Bureau Vallée
Bureau Vallée

Spécialisée dans la papeterie, matériel informatique, fournitures et mobiliers de bureau.

Apport 70 000 €

Pour créer une franchise Bureau Vallée il faut un apport personnel de 70 000 €. Vous souhaitez créer une entreprise dans le secteur Franchise informatique
Découvrez les chaines spécialisées sur la page franchise Franchise informatique

Actualités

Interviews