Interview franchise Moa

De la boulangerie à l’accessoire de mode : une reconversion réussie

Hélène et pascal Fontimp - le

Après avoir été franchisés d’une enseigne nationale de boulangerie pendant 20 ans, Hélène et Pascal Fontimp ont fait un pari un peu fou : se lancer dans l’accessoire de mode. En 2007, ils ont ouvert leur boutique sous enseigne MOA, un choix qu’ils ne regrettent pas.

: Vous êtes passés de la boulangerie à l’accessoire de mode… C’est un parcours assez atypique. Quelles ont été vos motivations ?

Hélène et pascal Fontimp : Nous avons toujours été commerçants. De 1989 à 2006, nous avons géré deux boulangeries franchisées… avec les contraintes inhérentes au métier : des horaires difficiles, peu de congés, la gestion d’un personnel nombreux. Au bout de 20 ans, la lassitude est apparue. En 2005, nous avons donc vendu un premier magasin. Nous nous sommes séparés du second l’année suivante. Et il a fallu songer à notre reconversion. Nous avons regardé ce qui se passait dans l’univers de la bijouterie et des accessoires fantaisie. Au cours de nos recherches, nous avons découvert l’enseigne Moa. Nous sommes allés voir un magasin installé à Nice et dans la foulée, nous avons rencontré les dirigeants du Groupe.

Votre décision est-elle intervenue rapidement ?

L’entretien avec la marque s’est très bien passé. Pour autant, nous n’avions pas vraiment le profil pour travailler avec l’enseigne. Issus de la boulangerie, un univers bien différent des accessoires de mode, nous n’étions pas non plus dans la tranche d’âge des autres franchisés. Notre expérience du commerce et notre volonté d’y arriver ont toutefois décidé le franchiseur à nous faire confiance. Depuis, nous avons noué de très bonnes relations avec le franchiseur, bien au-delà d’une simple relation commerciale. Et fait nos preuves sur le terrain !

Votre boutique a finalement ouvert ses portes en mars 2007, par quelles étapes êtes-vous passés ?

La première étape a été de trouver un local. Nous vendons des produits à petits prix, il est donc nécessaire de trouver un emplacement n°1 bénéficiant d’un très fort flux de clients. Nous avions des vues sur Avignon d’où nous sommes originaires mais n’avons rien trouvé dans cette ville. Notre fille habitant Montpellier, nous avons décidé de chercher dans cette commune et avons trouvé les 40m² bien placés nécessaires à notre activité. Ensuite, mon épouse a effectué une formation de trois mois sur le terrain, en remplaçant une responsable de boutique.

Quel investissement vous a demandé l’ouverture de cette boutique ?

Le pas-de-porte de notre local et les travaux ont représenté environ 300 000 euros d’investissement. Nous avions un bel apport émanant de la vente de nos boulangeries et avons financé le reste avec un emprunt sur sept ans.

Comment s’est déroulée l’ouverture et comment jugez-vous votre activité sept ans après son lancement ?

L’ouverture s’est très bien passée. Le franchiseur nous a beaucoup aidés sur la partie merchandising et nous avons rapidement trouvé notre clientèle. Depuis, le franchiseur est toujours à nos côtés pour nous aider à progresser. L’animation réseau est performante et nous permet de mettre en place le bon merchandising. Ce qui est important avec deux collections par an et des thèmes régulièrement mis à jour. Nous bénéficions également pleinement des campagnes de publicité nationales. Par ailleurs, le système de commission-affiliation nous permet d’être totalement libérés de la gestion de stocks et des invendus. Nous pouvons nous concentrer sur la fidélisation de la clientèle, la gestion du point de vente et le développement de l’activité. Et nous profitons d’un excellent sourcing qui nous permet d’être toujours à la pointe des tendances. Les acheteuses du groupe font un excellent travail en dénichant les bons produits qui nous permettent de nous différencier de la concurrence.

L’année passée, nous avons enregistré une progression à deux chiffres et réalisé un chiffre d’affaires de 460 000 euros.

Quels sont vos éventuels projets avec l’enseigne ?

Nous sommes très satisfaits de notre collaboration avec Moa qui nous apporte un bon revenu sans les contraintes de notre activité passée. Désormais, nous pensons adopter le nouveau concept lancé par l’enseigne afin de dynamiser notre point de vente et d’augmenter notre flux de clientèle. Les franchises ouvertes l’année passée avec ce concept enregistrent de très bons résultats. Nous pensons donc réaliser cet investissement de 50 000 euros cette année ou l’année prochaine. Ensuite, nous réfléchissons à l’ouverture d’un second point de vente. Si nous trouvons un local qui correspond à nos besoins, à notre clientèle et dans notre budget à Avignon, nous pourrions saisir l’opportunité de développer notre activité.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

0 vote

Mode et équipement de la personne : ces entreprises en croissance recrutent

Franchise Scotch & Soda
Scotch & Soda

Amsterdam couture

Apport 100 000 €

Franchise Aigle
Aigle

Marque française de vêtements outdoor

Apport 50 000 €

Franchise Moa

Soyez prévenu dès que cette enseigne recrute des franchisés

Pour créer une franchise Moa il faut un apport personnel de 50 000 €.
Vous pouvez également consulter toutes les offres de Franchise bijouterie et les franchises du secteur Mode et équipement de la personne.

Interviews

Actualités

  • 20 mai 2008
    Témoignage d'Hélène et Pascal Fontimp, franchisés Moa Après vingt ans passés à la tête de plusieurs boulangeries, Hélène et Pascal Fontimp ont souhaité changer de domaine d’activité. Doucement, ils regardent ce qui se passe au niveau de la franchise et rencontrent ...

Ces enseignes se développent et recherchent des franchisés

Franchise La Boucherie Restaurant
La Boucherie Restaurant

Apport 120 000 €

Franchise Mail Boxes Etc.
Mail Boxes Etc.

Apport 40 000 €

Franchise Tryba
Tryba

Apport 40 000 €

Franchise Ambiance et Styles
Ambiance et Styles

Apport 100 000 €

Franchise L'Atelier du Chocolat
L'Atelier du Chocolat

Apport 50 000 €

Franchise Cuisines Ixina
Cuisines Ixina

Apport 80 000 €