Ouvrir sa franchise dans le secteur des arts de la table

« Top Chef », « Master Chef », « Un dîner presque parfait »…  Grâce à ces émissions à succès, la cuisine redevient tendance. Et avec elle, les arts de la table.

 

Quelques chiffres sur le marché des arts de la table

 

En 2012, ce marché représentait, selon l’Institut I+C en collaboration avec le Comité Francéclat, 4,8 milliards d’euros, en baisse de 2,5% par rapport à 2010. Il y a trois ans, la baisse de consommation des particuliers n’avaient pas été compensée par l’augmentation des ventes aux professionnels.  En 2014, le marché s’est inscrit en baisse de près de 4 % par rapport à l’année 2013.

 

Malgré un regain de la demande observé  en décembre dernier, le début d’année a été plutôt difficile. Les professionnels des arts de la table restent néanmoins partagés. Il y a ceux, à l’instar des détaillants indépendants et groupements, ainsi que les chaînes et franchises, qui accusent une baisse sensible d’activité. Et les spécialistes des meubles, les hypermarchés et les grands magasins qui maintiennent leurs ventes.

 

Les avantages du secteur

Aujourd’hui, le marché semble répondre à une logique d’achat rationnel, de renouvellement et de nécessité, loin des achats coup de coeur et plaisir. « Le marché recèle sans doute là un réservoir de croissance », note le cabinet d’études Xerfi dans sa dernière étude dédiée au secteur. Le marché des arts de la table et de la cuisine pourrait donc entrer dans une nouvelle dynamique de croissance.

Les enseignes spécialisées, et particulièrement les franchises, ont tout intérêt à se positionner sur le web. En effet, alors que les ventes en ligne aux particuliers affichent des taux de croissance à deux chiffres, les distributeurs d’arts de la table et de la cuisine semblent être en retard en matière d’e-commerce. Selon les estimations de Werfi, les ventes en ligne d’arts de la table et de la cuisine représentaient déjà 10% du marché en 2011 (soit environ 350 millions d’euros) dont 8% seulement assurés par les click & mortar.

 

Profil requis

 

Les franchisés souhaitant se lancer sur le secteur des arts de la table doivent être capables de gérer du personnel, leur stock et leur trésorerie. Bien entendu, ils doivent également démontrer un intérêt particulier  pour la cuisine et la décoration et avoir un très bon sens commercial.

 

Apport  personnel moyen pour ouvrir un magasin d'accessoires de cuisine

 

Nécessitant de belles surfaces pour exprimer pleinement leur concept, les enseignes dédiées aux arts de la table sont assez gourmandes en investissement. Le franchisé doit apporter en fonds propres entre 80 et 150 000 euros en moyenne pour ouvrir sa boutique.

 

Des franchises spécialistes des arts de la table qui fonctionnent

Positionné sur le segment du haut de gamme, le réseau Culinarion, qui appartient au groupement EK France, regroupe une trentaine de points de vente et espère en ouvrir deux à trois de plus cette année. Appartenant également au groupe EK France, l’enseigne Ambiance et Styles est quant à elle positionnée sur un créneau moyen haut de gamme. Les ustensiles de cuisine, les articles pour la table et les articles déco du réseau sont distribués dans des magasins relativement grands : 250 à 300 m² en centre commerciale et 300 à 500 m² en périphérie des villes. Il existe d’autres franchises ou chaînes réputées sur le secteur des arts de la table à l’instar de l’incontournable Guy Degrenne ou encore TOC (Trouble Obsessionnel Culinaire), Kitchen Bazar, La Bodida, Geneviève Lethu…

Vous souhaitez en savoir plus ?
Consultez les enseignes qui se développent dans le secteur franchise Décoration et équipement de la maison et Art de la table - Articles cuisine.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

0 vote