Interview franchise BODY'minute

« Un potentiel de progression élevé »

Gilles Kalensky - le

Si le réseau Body Minute vise à terme les 500 unités, il n’en reste pas moins vigilant sur son recrutement. Et sur la formation de ses franchisées.

: Le réseau Body Minute s’est fortement développé depuis sa création en 2007. Quelles sont vos ambitions pour les années à venir ?

Gilles Kalensky : Créé en 1997 par Jean-Christophe David, le réseau Body Minute regroupe à ce jour 270 instituts. Nous comptons ouvrir encore une trentaine d’unités d’ici la fin 2011. Et finir 2012 avec 350 instituts en activité. Le réseau Body Minute a pleinement profité de la crise et de la reconversion des femmes qui ont subi des plans de licenciements. Ces femmes, qui ont des compétences à être chef d’entreprise, cadrent parfaitement avec notre cible. Notre réseau, qui n’a fermé aucune unité durant la crise et qui repose sur des bases solides, rassure également les bailleurs qui ont été plus enclins à nous louer des locaux sur lesquels nous n’aurions pas pu nous installer il y a quelques années.

Vous venez d’évoquer les franchisées. Quel profil ont les femmes qui rejoignent votre enseigne ? Quel investissement faut-il prévoir pour ouvrir un institut ?

Elles ont les compétences nécessaires pour diriger une entreprise. 75% des femmes qui nous rejoignent ne sont pas esthéticiennes. Ce sont majoritairement des personnes qui ont une vision globale de l’entreprise, qui maîtrisent le management et qui sont bien entendu particulièrement attirées par le monde de l’esthétique et de la beauté. Concernant l’investissement, nos franchisées doivent prévoir une enveloppe de 130 000 euros hors pas de porte avec une moyenne de 30% d’apport personnel. Nous implantons nos instituts au plus près des flux naturels de consommation car notre métier ne repose pas sur un achat d’impulsion. Nous nous positionnons donc sur des emplacements où les femmes viennent consommer naturellement, que ce soit sur leur lieu de travail, d’habitation ou sur un lieu de prédilection pour leur consommation.

Vos franchisées ne sont pas à la base des professionnelles de l’esthétique, comment apprennent-elles le métier ?

Nous avons créé dès 1997 une école de formation interne qui nous permet de former les franchisées et les esthéticiennes au protocole et aux process Body Minute. Durant les huit semaines de formation, les franchisées abordent les soins, les produits mais aussi le management, les outils informatiques… Ces deux mois de formation permettent par la suite de rendre au sein de leur institut un service rentable et de qualité, conforme aux standards de Body Minute.

Reste-t-il des zones prioritaires à pourvoir sur le territoire national ? A combien estimez-vous le potentiel de Body Minute en France ?

Body Minute a réussi à démocratiser l’univers de la beauté et à fidéliser sa clientèle grâce aux abonnements. Mais aujourd’hui, seules 10% des femmes fréquentent les instituts de beauté. Le potentiel de progression est donc relativement élevé. Nous estimons que notre maillage sera complet lorsque le réseau aura atteint les 500 instituts. Il y a donc encore beaucoup de positions à prendre. A l’instar de grandes villes comme Toulouse, Rennes, Grenoble ainsi qu’en région parisienne où la demande est très forte. Ceci étant, nous misons sur la qualité et visons la réussite de nos unités. Nous ouvrons donc un institut seulement lorsque nous sommes surs d’avoir trouvé la franchisée adéquate. Cette politique de recrutement nous a permis de ne fermer aucun institut ces dernières années.

A l’origine basé sur l’épilation, le concept Body Minute a-t-il évolué ?

Notre cœur de métier repose sur l’épilation. Mais nos 270 000 clientes qui se sont abonnées pour de l’épilation consomment désormais du soin. Aujourd’hui, le réseau réalise 60% d’épilation et 40% de l’activité est réservée aux soins. Nous effectuons donc environ 70 000 soins par an sur l’ensemble du réseau. Body Minute commence donc à se transformer. Nous travaillons également beaucoup sur nos gammes de produit. Nous allons d’ailleurs distribuer nos produits au sein d’enseignes de la grande distribution afin d’avoir un nouveau relai de communication et de toucher un public encore plus grand, à qui on donnera sans doute envie de pousser la porte d’un institut.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

2 personnes ont donné leur avis sur cet article (note moyenne: 5/5)

Vous souhaitez devenir franchisé BODY'minute ?

Franchise BODY'minute
BODY'minute

Mon nouveau luxe ? Je deviens une Chef d’Entreprise.

Apport 30 000 €

Pour ouvrir une franchise BODY'minute il faut un apport personnel de 30 000 €.
Vous pouvez également consulter toutes les offres de Franchise esthétique et les franchises du secteur Beauté, santé, remise en forme.

Interviews

Actualités