Interview franchise Point Soleil

Un entretien avec Hervé Corlay, Président de Point Soleil | 1042

Hervé Corlay - le

: De multi-franchisé, vous êtes devenu l’actionnaire majoritaire et le Président de Point Soleil. Racontez-nous votre parcours au sein de cette enseigne ?

Hervé Corlay : En décembre 2006, j’ai cédé la société que j’avais créée à un grand groupe. Je me suis alors intéressé au réseau Point Soleil. Afin de tester le concept, j’ai tout d’abord repris, en accord avec la direction du groupe, un fonds de commerce existant que nous avons repassé sous enseigne Point Soleil. Un an plus tard, j’ai investi dans un nouveau centre à Boulogne-Billancourt. Finalement, entre avril et septembre 2008, j’ai ouvert quatre unités et repris un centre existant à Poissy. Début 2009, j’ai ouvert quatre autres centres et repris un centre à Maisons Laffitte. J’ai donc rapidement monté un petit réseau de 12 centres dans la banlieue ouest de Paris. En 2008, le fondateur, Dominique Olivier, m’a proposé d’entrer au capital à hauteur de 15% afin de prendre part aux décisions stratégiques du développement de l’enseigne. Souhaitant m’impliquer plus fortement dans le groupe, je lui ai proposé de reprendre la société, ce qu’il a accepté. En juillet 2009, nous sommes arrivés à un accord sur ma prise de participation majoritaire au capital. Aujourd’hui, Dominique Olivier reste actionnaire à un peu plus de 24% tout comme Dominique Baumier qui demeure également directeur général.

Quelles sont vos objectifs prioritaires ?

Nous en avons deux. Le premier est de faire de Point Soleil une vraie enseigne nationale. A ce jour, la marque est relativement bien connue en région parisienne du fait de ses nombreuses implantations, elle l’est un peu moins en région. Le premier axe de développement va donc consister à ouvrir des centres en province tant en franchise qu’en succursale. Nous avons d’ores et déjà le projet d’ouvrir un grand centre en propre à Lyon. Nos fonds propres ont été significativement renforcés par l’opération ce qui va nous permettre d’asseoir notre développement. En 2008, nous avons réalisé une vingtaine d’ouvertures. En 2009, nous allons ouvrir plus de 25 points de vente. Point Soleil rencontre de belles réussites en province ce qui prouve que le concept est totalement transposable dans toutes les villes de plus de 40 000 habitants.
Le second axe de développement concerne la mise en place de nouveaux outils, notamment dans le domaine informatique, pour permettre à nos franchisés d’améliorer encore la gestion de leur point de vente. Le concept du bronzage en cabine selon Point Soleil est parfaitement abouti et présente de très nombreux avantages en termes de facilité de gestion (notamment du personnel, de l’absence de stocks, …). Le fait que le concept soit totalement informatisé permet d’aller encore plus loin dans la facilité de gestion. Dans notre métier, la gestion de la relation client est primordiale. La mise en place d’outils de CRM est donc essentielle. Cela va nous permettre de mieux comprendre nos clients et leur mode de consommation pour mieux les conseiller.

En termes de développement, comment voyez-vous le réseau d’ici à 5 ans ?

Point Soleil est le N°1 en France. Son leadership va se renforcer car nos clients viennent dans nos centres car ils savent que la marque est un gage de sérieux, tant dans le respect de la réglementation que de la qualité des conseils qu’ils reçoivent de nos équipes.
Demain il sera toujours n°1 et renforcera son avance et son poids sur ce marché.
Notre objectif est de doubler la taille du réseau avec 100 ouvertures en province et de compléter encore le maillage en région parisienne. Nous visons également quelques emplacements de premier ordre à Paris, à Lyon et dans quelques centres commerciaux.

Dernièrement le CIRC (Centre international de recherche contre le cancer) a classé les UV artificiels comme cancérogènes. Cette annonce, fortement relayée dans les médias, a-t-elle nuit à votre activité ?

Tout d’abord, il faut remettre les choses dans leur contexte. Cette annonce s’appuie sur des études datant de 2005 et faites dans des pays ne disposant pas de réglementation spécifique en matière de bronzage en cabine. Ainsi, les échantillons ayant servi à ces études incluent des populations d’enfants, des proportions importantes de phototype 1 (à la peau très fragile), des populations faisant plus de 100 séances par an, et sans protection oculaire systématique… Dans ces pays la puissance des solariums est plus du double de la limite autorisée en France. Le ministre de la santé, Mme Roselyne Bachelot, a par ailleurs rappelé que la France s’est dotée depuis 1997 de la réglementation la plus stricte au monde et que cette réglementation permet de parfaitement réguler la pratique des UV en cabines. Cela fait 12 ans qu’en France les UVs sont interdits aux mineurs et aux phototypes 1, que le port des lunettes de protection est obligatoire, que les solariums sont déclarés en préfecture et la puissance des machines est contrôlée, etc… Cette même réglementation recommande des plans de bronzage de 33 à 60 séances par an.
Tous les professionnels du bronzage en cabine en France se réjouissent donc de l’annonce du CIRC car elle est totalement justifiée au regard des pratiques dans ces pays. Mais elle est, dans la pratique, sans effet pour la France. Il est intéressant de constater d’ailleurs que la polémique du mois d’août a donné naissance à une très vive polémique entre experts eux-mêmes. Je déplore que les medias n’aient pas pris la peine de la relayer car elle est d’une toute autre portée sur le plan de la santé publique. En effet, les experts du CIRC ont été violemment attaqués par les experts mondiaux de la vitamine D. Les UVs (naturels ou artificiels) sont aujourd’hui la principale source de vitamine D en raison de la pauvreté de l’alimentation dans les pays industrialisés. Or ces experts dénoncent les messages de santé publique véhiculés dans les pays européens. Selon eux, ils ont eu pour résultat involontaire ces dernières années de faire en sorte que les gens prennent peur du soleil. Les experts de la vitamine D commencent à s’alarmer des conséquences de ces messages de santé publique qui, selon eux, posent autant de problème qu’ils ne tentent d’en résoudre puisqu’ils auraient pour conséquence de générer des carences en vitamine D. Certains spécialistes recommandent même des séances d’UV en cabine pendant l’hiver pour conserver un niveau adéquat en vitamine D.
En tant que docteur en sciences, et pour avoir analysé en détail la littérature scientifique en la matière, je considère que le marché du bronzage en cabines a de très beaux jours devant lui.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

0 vote

Esthétique, Epilation : ces enseignes tendances recrutent

Franchise Citron Vert
Citron Vert

Epilation, soins, bronzage UVA et pose d'ongle

Apport 40 000 €

Franchise Dépil Tech
Dépil Tech

Technique d'élimination définitive des poils et embelissement de la peau

Apport 40 000 €

Franchise Point Soleil

Soyez prévenu dès que cette enseigne recrute des franchisés

Intéressé par le secteur franchise Aquabiking ?
Pour devenir franchisé Point Soleil il faut un apport personnel de 30 000 €.
Vous pouvez également consulter toutes les offres de Franchise esthétique et les franchises du secteur Beauté, santé, remise en forme.

Interviews

Actualités

Ces enseignes se développent et recherchent des franchisés

Franchise BODY'minute
BODY'minute

Apport 20 000 €

Franchise Boudoir du Regard
Boudoir du Regard

Apport 30 000 €

Franchise Dépil Tech
Dépil Tech

Apport 40 000 €

Franchise RELOOKING BEAUTE MINCEUR
RELOOKING BEAUTE MINCEUR

Apport 15 000 €

Franchise Citron Vert
Citron Vert

Apport 40 000 €

Franchise Carlance
Carlance

Apport 30 000 €

Franchise JFG Clinic
JFG Clinic

Apport 30 000 €

Franchise DEPIL & YOUNG
DEPIL & YOUNG

Apport 25 000 €