Interview franchise Confiez-Nous

« Le chiffre d’affaires de mon agence Confiez-Nous est en progression constante »

Laetitia Buisson, le | Franchise Services particuliers

Après un parcours en tant que salariée dans le secteur social, Laetitia Buisson a décidé de créer son entreprise de services à la personne avec le réseau Confiez-Nous. Témoignage.

: Qu’avez-vous fait avant de vous lancer aux côtés du réseau de services à la personne Confiez-Nous ?

Laetitia Buisson : ​Travailleur social de formation et conseillère en économie sociale et familiale, j’ai exercé en tant que responsable de secteur dans une association de maintien à domicile puis en tant que déléguée à la tutelle.

Vous êtes passée du salariat à la création d’entreprise et vous avez choisi pour cela la franchise. Pour quelles raisons ?

Cela faisait un long moment que je réfléchissais à l’opportunité de créer mon entreprise dans le secteur du service aux particuliers. Ne souhaitant pas démarrer toute seule, j’ai pris des renseignements et au fil de mes investigations, j’en ai appris un peu plus sur la franchise. J’ai consulté beaucoup de sites Internet spécialisés et j’ai épluché pendant pas mal de temps les offres des réseaux. J’ai eu des contacts téléphoniques avec bon nombre d’entre eux mais à chaque fois, ces enseignes ne me correspondaient pas. Je ne me retrouvais pas dans leurs valeurs et dans leur manière de travailler. Par ailleurs, l’aspect humain que je recherchais était totalement absent de leur discours. Enfin, j’avais envie de travailler dans la continuité et je me suis aperçue que beaucoup de ces réseaux ouvraient des agences qui fermaient peu de temps après. Finalement, c’est Confiez-Nous qui répondait le mieux à mon cahier des charges.

Comment s’est déroulée votre création d’entreprise ?

J’ai rencontré Laetitia et Richard Gaugoin, les fondateurs du réseau, en octobre 2013. Notre rendez-vous a été vraiment constructif et a duré plus d’une demi-journée ! Ensuite, ils m’ont laissé le temps de réfléchir pour savoir si j’avais vraiment envie de travailler avec eux et inversement. J’ai apprécié ce respect et cette volonté de recruter les bonnes personnes. D’ailleurs, je trouve assez exceptionnel que le franchiseur ne réclame son droit d’entrée uniquement lorsqu’il est sûr que le projet est viable.

Bien décidée à me lancer, j’ai débuté la réalisation de mon étude de marché. Cette étape m’a permis de me resituer dans mon projet, d’être sûre et certaine que c’était ce que j’avais envie de faire. Cette étude m’a également permis d’appréhender où en était le secteur du maintien à domicile. Cela m’a également permis de faire mes premiers pas aux côtés du franchiseur et de me rendre compte que je n’étais pas seule. Ils ont répondu à chacune de mes questions. Ensuite, j’ai entamé les démarches pour trouver mon financement.

Financer sa franchise constitue une étape clé du parcours. Vers qui vous êtes-vous tourné ?

Au tout début de mon projet, je suis allée voir ma banque avec un pré projet. Séduit par le concept et le parcours du franchiseur, elle a accepté de me suivre et m’a orienté vers Limousin Actif, une plateforme de financement et d’aide au projet. Devant le jury de cet organisme, j’ai obtenu un prêt à taux zéro de 5 000 euros qui est venu en complément de mon emprunt bancaire de 47 000 euros pour un apport personnel de 10 000 euros. Par ailleurs, affectée par une maladie génétique, je bénéficiais du statut de travailleur handicapé. De peur d’être mal perçue ou de compliquer les choses, je n’en avais parlé à personne, pas même à mon franchiseur. Finalement, tout le monde m’a mise à l’aise et j’ai pu l’évoquer. Cela m’a ouvert les portes d’un nouveau complément de financement de 6 000 euros émanant du réseau d’accompagnement BGE Limousin-Agefiph qui accompagne les travailleurs handicapés s’orientant vers la création d’entreprise.

Quelle formation avez-vous suivi ?

Avant de débuter ma formation initiale avec le réseau, j’ai effectué une formation via la Chambre des métiers qui fut très intéressante. J’ai pu rencontrer d’autres futurs chefs d’entreprise, approfondir certains aspects de la création et m’informer sur toutes les aides financières que l’on peut avoir en tant que gestionnaire d’entreprise. Ma formation au sein du réseau Confiez-Nous s’est déroulée sur une semaine. Cela m’a permis d’aborder toute la partie gestion. J’ai découvert le logiciel interne, la communication, les méthodes de commercialisation, les parties comptabilité, mise en place de l’agence…

Vous avez finalement ouvert votre agence en avril dernier. Comment avez-vous été accompagnée par le franchiseur ?

Le réseau nous fournit toute la charte à respecter au niveau de l’aménagement de l’agence. A l’ouverture, la référente qualité est venue m’épauler durant deux jours pour la mise en place du logiciel et de la méthodologie. Le franchiseur est quant à lui resté à tout moment joignable par téléphone ou par email. Il a mis en place avec moi toute la communication d’ouverture que nous avons axée sur la distribution de flyers avec une distribution boîte aux lettres et une distribution sous enveloppe personnalisée. Nous avons également communiqué dans le journal local et dans l’annuaire santé de la région et réalisé beaucoup de mailings partenaires. Sur le terrain, j’ai aussi rencontré les prescripteurs et l’ensemble des partenaires. Enfin, j’ai mis en place toute la méthodologie d’intégration donnée par le franchiseur.

Comment a démarré votre activité et comment se poursuit-elle aujourd’hui ?

A l’ouverture, j’avais déjà une cliente. C’est très motivant. Depuis tout va bien. Nous sommes en progression constante et notre chiffre d’affaires est en phase avec le prévisionnel. Cette activité réclame beaucoup de travail mais me correspond parfaitement. Le franchiseur anticipe toutes les difficultés auxquelles nous pouvons être confrontés. Il exerce une veille juridique fondamentale dans nos métiers et nous mâche vraiment le travail comme dans le cas de la mise en place de la convention collective. C’est vraiment appréciable.

Aujourd’hui, mon agence emploie huit personnes dont une coordinatrice que j’ai réussi à recruter grâce à une subvention obtenue par le Conseil Régional du Limousin qui m’a permis d’assurer sa rémunération et de payer ses charges sociales. Cette arrivée, qui n’était envisagée si tôt dans mon prévisionnel, va nous permettre d’ouvrir la partie multi-services et de répondre aux demandes émanant des professionnels.

Prochainement, grâce aux encouragements de mon franchiseur qui m’a poussée à présenter mon dossier, je vais passer un grand oral devant le jury du réseau Entreprendre au féminin du Limousin. Je serai lauréate ou non mais, dans tous les cas, cela va renforcer ma visibilité et ma notoriété. C’est très positif.

Quel conseil donneriez-vous à un futur franchisé du secteur ?

Je lui dirais que s’il choisit la franchise, il faut qu’il soit prêt à suivre les méthodes de son franchiseur. C’est la clé de la réussite. Aujourd’hui, ma réussite est pleinement liée à l’application des méthodes mises en place par Confiez-Nous, des méthodes qui ont fait leurs preuves au sein de toutes leurs agences.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Note moyenne 3/5 basée sur 4 votants

Vous souhaitez devenir franchisé Confiez-Nous ?

Franchise Confiez-Nous
Confiez-Nous

Services à la personne avec abonnement mensuel

Apport 10 000 €

Intéressé par le secteur franchise pas cher ou faible apport ?
Pour devenir franchisé Confiez-Nous il faut un apport personnel de 10 000 €.
Vous pouvez également consulter toutes les offres de Franchise service à la personne et les franchises du secteur Services aux particuliers.

Interviews

Actualités