Interview franchise Les Savants Fous

« Il s'agit d'un domaine d’activité enthousiasmant »

Cédric de la Morandière, Franchisé à Clamart - le

C'est en 1999 que Cédric de la Morandière est entré dans la vie professionnelle, oeuvrant successivement pour divers organismes et sociétés. Il est franchisé chez les Savants Fous dans la ville de Clamart (92) depuis 2015, et revient sur son parcours et sur ce qui l'a attiré chez son franchiseur, à l'occasion de cet entretien...

: Pourquoi avoir décidé de créer votre entreprise ?

Cédric de la MorandièreCédric de la Morandière : Cela fait depuis plusieurs années que je nourris l’idée de me mettre à mon compte, de devenir indépendant. Mes 5 années au C.J.D., passées à travailler en permanence avec des dirigeants de TPE/PME, m’ont donné envie de franchir ce pas. Je le vis comme un besoin d’évolution après avoir passé 15 ans en tant que cadre salarié, et un besoin de renouvellement et d’épanouissement à travers un projet personnel et un challenge à relever qui me stimule. La franchise est l’opportunité idéale pour moi, car cela permet de démarrer une activité en partant d’un existant, d’un vécu réalisé par le franchiseur. Je ne dispose ni d’associé, ni d’un réseau, donc c’est la voie de la raison. C’est un partenariat que j’entrevois comme étant gagnant / gagnant.

Pourquoi avoir choisi LSF ? Qu’est-ce qui vous a séduit dans le concept ?

Le secteur d’activité correspond exactement à ce que je recherche. J’adore les enfants et les loisirs, et j’ai pris beaucoup de plaisir à travailler dans l’événementiel, en tant qu’organisateur et/ou animateur. Votre enseigne allie parfaitement ces univers. J’apprécie particulièrement le fait qu’il s’agit de loisirs intelligents pour les enfants, permettant de jouer un rôle éducatif. C’est typiquement le genre d’activités que j’aime faire découvrir à mes filles de 5 et 8 ans. J’ai l’habitude depuis longtemps de faire travailler des vacataires, plus encore que des salariés, et c’est un type de relation que j’apprécie et dans lequel je me sens très à l’aise. J’apprécie le fait qu’il n’y ait pas obligatoirement de local propre à gérer.

Comment avez-vous été accompagné par la tête de réseau ?

 Avant la signature, j'ai eu plusieurs rendez-vous avec Patrick Rougeon, où nous avons mis noir sur blanc la cohérence du projet financier en conséquence de l’activité projetée. Durant la formation, j'ai pu bénéficier de visites au siège pour une formation théorique et pratique (observations d’animations puis animations sous observations), et ce pendant trois semaines. Après la formation, j'ai reçu la visite de l’animateur du réseau sur mon territoire,  et j'ai eu de nombreux échanges physiques et téléphoniques, notamment pendant les premiers mois.

Quelles sont les principales difficultés que rencontrez actuellement ? Quelles sont les solutions mises en place ?

La principale difficulté actuelle est de constituer une équipe d’animateurs pérenne et pleinement mobilisée dans ces missions. Pour cela, l’enjeu pour moi est de définir à l’avenir des contrats de travail moins précaires, plus stables et plus valorisants. L’autre objectif est de pouvoir reprendre pleinement possession de ma mission de prospection sur mon territoire, ce qui implique de me dégager du temps opérationnel.

Quel rôle occupe la tête de réseau à vos côtés aujourd’hui ?

Un rôle de conseil, de coopération (soutien mutuel sur certains événements par exemple) et d’assistance logistique et technique (gestion des achats, solutions web et outils technologiques de vente / marketing).

Comment se porte le développement de votre activité ? Votre point de vente ?

L’activité se développe d’année en année pour mon agence, donc l’évolution est positive. J’ai un local depuis désormais deux ans et c’est une aide précieuse, son coût généré (location mensuelle) est compensé par un développement du chiffre d’affaires notamment via les activités réalisées dans ce local.

Quels sont selon vous les grands avantages de votre métier ? Et les contraintes ?

Parmi les avantages, je citerais le fait que j'ai une certaine liberté d’action, une souplesse dans la gestion de mon entreprise au fur et à mesure de son évolution, et qu'il s'agit d'un domaine d’activité enthousiasmant. Quant aux contraintes : le métier est soumis à une grande variabilité de l’activité selon les périodes, et mon planning personnel est souvent chamboulé par les aléas et événements.

Quels sont vos projets ?

Je souhaite prolonger le contrat de franchise pour sept années supplémentaires à partir de l’année prochaine, afin de pérenniser l’activité et de disposer d’une agence référente, présentant un modèle organisationnel et économique.

15. Quels conseils donneriez-vous aux candidats désireux de rejoindre le réseau ?

De bien se renseigner sur les avantages et contraintes de ce réseau et métier, après avoir effectué des comparatifs, et de ne pas être uniquement attiré par le business mais réellement désireux d’être au contact régulier d’enfants, avec le désir de transmission.

Si c’était à refaire, que changeriez-vous ?

Absolument rien. Quand on est chef d’entreprise, il faut avoir conscience qu’on fait toujours des erreurs mais il faut s’en servir pour rebondir et aller de l’avant, donc les épreuves traversées sont utiles dans le cheminement.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Soyez le premier a donner votre avis (note moyenne: 0/5)

Vous souhaitez devenir franchisé Les Savants Fous ?

Franchise Les Savants Fous
Les Savants Fous

Ateliers ludiques et éducatifs pour enfants

Apport 15 000 €

Pour créer une franchise Les Savants Fous il faut un apport personnel de 15 000 €.
Vous pouvez également consulter toutes les offres de Franchise loisirs et les franchises du secteur Commerces spécialisés.

Interviews

Actualités