Interview franchise Un Eté à la Campagne

Entretien avec Catherine Secq

Catherine Secq - le

L’enseigne Un été à la campagne, née en 1998, renouvelle le style des franchises de magasins de fleurs. Pas question de libre-service ici, l’accueil, le savoir faire et le conseil client font partie des clefs du concept. Catherine Secq revient sur l’évolution et le développement de l’enseigne.

: Quel est le rythme de développement d’Un été à la campagne ? Comment se fait le choix d’implantation des magasins ?

Catherine Secq : Nous continuons à avancer. Un été à la campagne ouvre à Morlaix la semaine prochaine, puis au Nord de Lyon, en novembre. Nous ouvrons également une deuxième franchise à Valence, qui nous permettra d’asseoir la marque dans la région et de porter à vingt-quatre le nombre de nos concessionnaires. Du point de vue géographique, notre implantation progresse également. Le siège d’Un été à la campagne est à Tours, les boutiques sont implantées essentiellement dans la région parisienne et le grand Ouest. Nous nous installons également de plus en plus dans la région Rhône-Alpes. Notre ambition est de couvrir toute la France, à l’exception du Sud, pour des raisons de logistique mais aussi parce que le marché y est très différent, avec un taux de consommation moindre et un nombre plus élevé de magasins spécialisés dans les fleurs qu’ailleurs.

Quel est votre positionnement par rapport à des enseignes concurrentes comme le jardin des fleurs ou Monceau qui fonctionnent en libre-service ?

Nous ne proposons pas le même produits, ni le même savoir-faire. Notre positionnement est celui du fleuriste artisan, du savoir faire, du service. Les enseignes libre service vendent du volume de fleurs. Nous avons fait le choix d’acheter des fleurs originales, des variétés nouvelles. Nous évitons le tout venant même si nous sommes également capables de faire un beau bouquet classique. D’autre part, nous n’avons pas à faire à la même clientèle : le libre service s’adresse aux hommes pressés, qui cherchent des compositions déjà prêtes, un été à la Campagne attire davantage les femmes.

Quel est, selon vous, le candidat idéal à la franchise ?

Le point le plus important selon nous, c’est qu’il ait la passion du métier, la notion de rentabilité ne doit venir qu’en seconde position. Nous travaillons dans le domaine du plaisir. Les candidats sont majoritairement des femmes, attirées par le produit, par la composition florale et l’envie de se reconvertir. Il faut également avoir envie de travailler dans la boutique. Notre concept ne s'adresse pas à des investisseurs.

Comment voyez-vous l’enseigne dans l’avenir ? Avez-vous des projets à l’international ?

Au rythme de six à huit ouvertures annuelles, nous pensons atteindre la cinquantaine de magasins dans trois ans. Nous bénéficions d’une croissance stable. Le concept peut sans doute être implanté à l’étranger, mais c’est encore trop tôt pour songer à se lancer. Nous bénéficions d’une bonne image, d’une certaine notoriété et cela nous pousse vers des projets plus ambitieux, comme l’implantation de magasins dans les galeries des centres commerciaux. Nous avons notamment de bons contacts avec Auchan et Leclerc. Les grandes surfaces ont toujours voulu travailler le produit « fleur », sans grand succès d’ailleurs. Aujourd’hui la demande en grande surface est forte, elle s’oriente vers des produits un peu plus élaborés et ne trouve pas de réponse. L’autre axe de développement de l’enseigne passe par la vente en ligne de bouquets. Les magasins de l’enseigne s’assureront de la livraison.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Soyez le premier a donner votre avis (note moyenne: 0/5)

Les franchises qui recrutent dans le même secteur :

Franchise Carrément Fleurs
Carrément Fleurs

Entreprendre dans la composition florale

Apport 60 000 €

Franchise Un Eté à la Campagne

Soyez prévenu dès que cette enseigne recrute des franchisés sur notre site.

Politique de Confidentialité

Pour ouvrir une franchise Un Eté à la Campagne il faut un apport personnel de 40 000 €. Vous souhaitez créer une entreprise dans le secteur Franchise fleuriste
Découvrez les chaines spécialisées sur la page franchise Franchise fleuriste

Actualités

  • 15 janvier 2004
    BILAN 2003 LARGEMENT POSITIF BILAN 2003 LARGEMENT POSITIF MALGRE LA MOROSITE DU SECTEUR FLEURS A magasins constants, le réseau un été à la campagne affiche une progression de chiffre d’affaires de + 5%. C’est une réelle performance ...
  • 27 mai 2003
    Les ouvertures se poursuivent REIMS (51) C’est en plein centre-ville à deux pas de la fameuse place d’Erlon qu’un été à la campagne s’est installée, dans un superbe bâtiment en pierre. L’immeuble en angle permet une exposition extérieure ...
  • 25 mars 2003
    UN ETE A LA CAMPAGNE s’implante en galeries marchandes ANGERS (49) LES PAYS DE LOIRE sont une région de tradition horticole, où on connaît et on aime les fleurs. Dans la capitale régionale, bercée par la célèbre douceur angevine, vient d’ouvrir la jolie boutique ...
  • 04 juin 2002
    Premier point de vente en centre commercial C’est une première pour un été à la campagne Après avoir validé son concept en centre-ville et en quartier, l’enseigne installe son premier point de vente en centre commercial. C’est dans le Centre Commercial ...
  • 00 février 2002
    NOUVELLES CREATIONS : Folklore Nostalgiques des années 50-60, nous avons, paraît-il, en ce moment envie de retrouver nos racines européennes, de manière aussi agréable qu’inattendue. Un peu de folklore quoi, pour égayer un printemps ...

Cette enseigne se développe et recherche des franchisés

Franchise Carrément Fleurs
Carrément Fleurs

Apport 60 000 €