Interview franchise Happy

Interview de Christophe Huet, multifranchisé Happy

Christophe Huet - le

Multifranchisé Happy, Christophe Huet exploite 3 magasins franchisés dans la région bretonne : 2 à Rennes et 1 Saint Malo. Début mai, il a accepté de répondre aux questions de l’Observatoire de la Franchise et nous a fait partager son parcours professionnel sous enseigne.

: Pouvez-vous nous expliquer ce qui vous a conduit à rejoindre le réseau Happy? Comment avez-vous connu Happy (presse, salon, internet..) ?

Christophe HuetChristophe Huet : Nous avons découvert, avec mon épouse, le concept Happy par la presse spécialisée, c’était en 2006.. Il se trouvait en effet que nous étions franchisés La Mie Câline et juste à côté de notre magasin il y avait un local vacant. Nous avons donc cherché une activité qui soit complémentaire et tout aussi motivante. Happy nous a immédiatement séduit par son côté novateur.

Ce métier était donc nouveau pour vous. Pouvez-vous nous détailler comment s’est déroulée la formation avant de vous lancer ?

Métier novateur, oui et non car les fleurs se gèrent comme un produit frais tout comme dans notre activité de boulangerie et viennoiserie. Quant à notre formation elle a été très concrète, dans deux magasins situés sur Paris.

Quels sont les principaux aspects du concept Happy qui vous ont séduit d’emblée ? Quel investissement cela a –t-il représenté ?

Nous avons été séduits par l’originalité du concept, sa qualité et le fait que Happy était unique et ne ressemblait à aucun autre magasin de fleurs. La vente de fleurs et de bouquets prêts à être emportées était également un élément novateur. Et puis, l’activité était complètement complémentaire avec celle de la Mie Câline. Selon les magasins, puisque nous en avons 3 aujourd’hui, l’investissement a été entre 200 et 280 000 €, selon le prix des pas-de-porte.

Qu’est-ce qui vous a motivé à ouvrir une nouvelle unité assez rapidement ?Puis une autre ?

A chaque fois c’est parce que nous avons eu de bonnes opportunités d’emplacement !

Un mot sur le démarrage de votre activité ? A chaque fois, quelle est l’étape la plus sensible selon vous ? Pour quelle satisfaction ?

Il y a deux points importants : le calage de l’offre selon la situation géographique de l’emplacement et par conséquent la typologie différente des clients, tout en respectant le concept bien évidemment et le calage des équipes. Sur les 3 magasins, cela représente 12 salariés. Il faut que tous apprennent à bien travailler ensemble. La bonne entente, au-delà des compétences professionnelles, est essentielle.

Pour nous la satisfaction est réelle, sinon nous n’aurions pas ouvert 3 magasins.

Et l’avenir ? Quelles perspectives anticipez-vous pour les prochaines semaines ?

Notre objectif est de poursuivre le développement du chiffre d’affaires afin d’améliorer en permanence la rentabilité de chaque magasin et consolider notre activité afin de pérenniser l’entreprise.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Soyez le premier a donner votre avis (note moyenne: 0/5)

Fleurs : ces entreprises en croissance recrutent

Franchise Coeur de Fleurs
Coeur de Fleurs

Concept de libre-service en fleurs coupées

Apport 40 000 €

Franchise Le Jardin des Fleurs
Le Jardin des Fleurs

Fleuriste en libre-service

Apport 50 000 €

Franchise Happy

Soyez prévenu dès que cette enseigne recrute des franchisés

Pour créer une franchise Happy il faut un apport personnel de 60 000 €.
Vous pouvez également consulter toutes les offres de Franchise fleuriste et les franchises du secteur Commerces spécialisés.

Interviews

Actualités

Ces enseignes se développent et recherchent des franchisés

Franchise Carrément Fleurs
Carrément Fleurs

Apport 60 000 €

Franchise Monceau Fleurs
Monceau Fleurs

Apport 70 000 €

Franchise Le Jardin des Fleurs
Le Jardin des Fleurs

Apport 50 000 €

Franchise Coeur de Fleurs
Coeur de Fleurs

Apport 40 000 €

Franchise Oya Fleurs
Oya Fleurs

Apport 30 000 €