Dossiers de la franchise

Entretien avec Jean-Alexis Ferrant, de Cegma Topo, à propos du marché de l’occasion

Publié par , le | Franchise commerce

Jean-Alexis Ferrant est directeur de clientèle chez Cegma Topo. L’institut vient de publier une enquête portant sur les Français et le marché de l’occasion, un segment bien représenté en franchise à travers de nombreuses enseignes de dépôt-vente notamment.
Entretien.


- Bonjour M. Ferrant. Quelles raisons vous ont poussé à réaliser une étude sur le marché de l’occasion en cette année 2009 ?

Nous avons assisté au cours des derniers mois à des changements dans les modes de consommation.

La crise mais aussi la prise de conscience écologique ont été à l’origine d’une modification des comportements des ménages.
Cette étude sur le marché de l’occasion a permis de mesurer l’importance des échanges entre particuliers.


- Pour quelles raisons principales les Français se tournent-ils vers les biens d’occasion ?

En quête d’optimisation de leurs achats, l’engouement des ménages pour l’occasion tient avant tout aux économies réalisées. (8 acheteurs sur 10 se tournent vers l’occasion pour des raisons financières). La démarche écologique constitue une motivation secondaire mais non négligeable.
Les produits à utilisation limitée (puériculture, vêtement enfant, outillage) s’acquièrent davantage d’occasion. Situant les raisons de cette affection dans le registre de la rationalisation, de l’arbitrage des dépenses de consommation et des « bonnes affaires ».


- Les magasins en dur (Cash Converters, Easy Cash, etc…) se dotent d’extensions sur internet.  Troc de l’Ile est même allé jusqu’à se rebaptiser Troc.com en 2007 pour être plus présent sur ce média. Est-ce que cette tendance s’accentue ? Les magasins et internet peuvent-ils co-exister ?

Ils ont intérêt à coexister : le web est devenu rapidement un support incontournable pour les distributeurs et il continue sa progression. Notre enquête révèle qu’internet est utilisé par la majorité des répondants acheteurs ou vendeurs d’occasion.
L’outil internet constitue un relai important pour la vente d’articles d’occasion, permettant une diffusion large, en mettant plus facilement en contact acheteurs et vendeurs.
Qui plus est, être présent sur le web permet aux dépôts-vente de lutter à armes égales face aux sites d’enchères ou d’annonces en ligne qui sont les supports les plus utilisés pour la vente d’occasion.
Les dépôts-vente ont l’avantage de pouvoir offrir des services, du conseil et de la proximité, un atout à mettre en avant sur leur site.


- On imagine que les tourments financiers actuels donnent un coup de pouce passager au marché de l’occasion, mais les professionnels du secteur préparent-ils déjà l’après-crise ?

On peut penser que ces nouveaux comportements subsisteront après la crise.
A la fin de la crise, le pouvoir d’achat ne s’améliorera que progressivement. Quand les perspectives d’avenir et la confiance des ménages reviendront, la préoccupation écologique se sera encore renforcée et la perception de l’achat d’occasion aura changé, les habitudes seront prises. L’achat d’occasion sera devenu un acte d’achat à part entière, décomplexé et synonyme de bonnes affaires.


- L’écologie est également un argument favorisant la montée des échanges de biens d’occasion. De quelle manière les enseignes et les sites internet surfent-elles sur cette valeur ?

La valeur Ecologie n’est pas réellement exploitée par les professionnels du secteur (web ou magasin). Les aspects financiers et pratiques primant sur le reste dans la communication.
En parallèle, le respect de l’environnement reste une motivation secondaire pour les particuliers.
Mais tous ensemble contribuent in fine au développement durable en pratiquant l’occasion.


- Aimeriez-vous ajouter un mot de conclusion ?

La pratique de l’occasion a de l’avenir : 85% des répondants de l’étude déclarent qu’ils pourraient dans le futur être amenés à réaliser un ou plusieurs achats d’occasion.
Les professionnels du secteur ont une carte importante à jouer, en prouvant leur savoir faire et leur pertinence, notamment comme facilitateur des échanges.

Propos recueillis par Rodolphe Hatchadourian

Pour lire l’étude complète

Vous pouvez également consulter toutes les offres Commerces spécialisés.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

0 vote

Les 6 derniers articles du secteur