Actualités de la franchise

« Viens jouer à la maison a été pensé pour être dupliqué » Camille Huyghues Despointes, fondatrice du réseau

le
Quand Camille Huyghues Despointes a imaginé son concept, c’est à ça qu’elle a pensé, la vraie vie. « Je voulais un lieu qui ressemble à mon univers de maman, avec un peu de bazar, des jolies choses, des ateliers intelligents et culturels, de la convivialité et du plaisir ».
Quand elle travaillait chez TV5 Monde à un poste plaisant et aux horaires aménagés, Camille « ne s’amusait pas assez». Elle se projette alors dans la création d’entreprise et imagine un concept lié à ce qu’elle aime et qu’elle connaît : les enfants.
D’emblée, elle voit les choses en grand. Viens jouer à la maison est né. « Il a toujours été question qu’il y ait plusieurs boutiques. Je souhaitais proposer des activités de qualité. Or, la rentabilité d’un concept de qualité se fait sur le nombre avec une possible mutualisation des coûts. » La franchise s’impose alors et Camille, bien entourée, travaille un an à la duplication de son concept, grisée par l’idée de travailler avec des entrepreneurs motivés.

Une première franchise

Trois ans après sa création, son enseigne s’apprête à ouvrir les portes de la première franchise du réseau, une belle boutique située à Saint-Germain-en-Laye. Et d’autres boutiques devraient prochainement voir le jour, notamment à Dijon. L’enseigne organise sa première session de formation et s’apprête à participer pour la seconde fois consécutive au salon parisien de la franchise. « Nous espérons y séduire de nouveaux candidats. Avec un objectif, les recruter rapidement pour démarrer avec eux l’année scolaire dès septembre. » Si la jeune créatrice souhaite dans un premier temps mailler l’Ile de France, le concept est également voué à se développer en province. « Notre boutique type comprend une partie atelier et une partie boutique sur une surface d’environ 85 m². Viens jouer à la maison est un vrai concept de centre-ville qui s’implante en emplacement 1 bis. » Si le rythme de travail est soutenu durant les six jours d’ouverture hebdomadaire, selon les périodes, l’activité laisse aussi la liberté aux jeunes mamans qui seraient emballées par le concept de profiter de leur vie de famille. « Selon les quartiers et l’emplacement de la boutique, nos franchisés peuvent compter sur des périodes plus calmes. Notre unité pilote ferme ainsi ses portes tous les étés durant un mois, les enfants profitant à cette période de leurs grandes vacances », confie Camille.
Pour ouvrir une boutique Viens jouer à la maison, les franchisés doivent prévoir un minimum de 60 000 euros d’apport personnel pour un investissement global, hors pas de porte, allant de 150 à 180 000 euros. Si le réseau séduit en priorité les femmes, les hommes sont également les bienvenus. Leurs points communs nécessaires : aimer les enfants et avoir le goût des relations humaines. « Nos espaces sont restreints, les gens se croisent et se parlent, partagent un café…Cela favorise la proximité et la création de lien social en centre-ville. Nos franchisés doivent partager ces valeurs. »

Une jeune entrepreneuse et un concept déjà récompensés

Tout juste récompensée par le prix Mercure HEC Management, la jeune entrepreneuse se réjouit de cette formidable aventure et de sa rencontre avec d’autres créateurs d’entreprise. « En tant qu’entrepreneurs, on reste fascinés par les idées des autres ! » Son coach HEC, Jean-Luc Roux, vice-président dans l’agence de publicité MC Saatchi, l’a fait progresser. Le lien n’est d’ailleurs pas rompu puisqu’ils continuent très régulièrement à s’appeler. Cette entraide entre entrepreneurs a rassuré la jeune créatrice. « C’est toujours fort de voir que des personnes sont capables de donner de leur temps car ils croient entre votre projet. Cette récompense est un gage de crédibilité pour le réseau. A l’occasion de ce prix, notre concept a été décortiqué, étudié et validé par les membres du jury HEC. »
Des journées découvertes , trois semaines de formation, des jours d’intégrations…Rien n’a été laissé au hasard pour former au mieux les futurs partenaires du réseau. « Après leur formation, nous les accompagnons à l’ouverture avec le renfort d’une directrice pédagogique pour la partie atelier. Nous sommes très organisés pour que nos franchisés réussissent le mieux possible. »
Si l’enfant de 2 à 10 ans reste au cœur du concept Viens jouer à la maison, le pôle maman, structuré de puis peu de temps, fonctionne très bien depuis sa mise en place. Encore naissant, le concept continue donc son évolution. Une évolution qui passe par un nouvel aménagement des boutiques. « Celle de Saint-Germain-en-Laye va ouvrir avec un concept plus modulable et une charte plus arrondie. Les autres boutiques seront aménagées de la même manière et l’unité pilote d’Asnières-sur-Seine sera relookée d’ici l’été », précise Camille.
En partenariat avec Reed Expositions, organisateur du salon Franchise Expo Paris, Viens jouer à la maison accueillera le dimanche 20 mars, 1er jour de prochaine édition, les enfants de 3 à 10 ans. Au programme, des ateliers ludiques pour les bambins. Une bonne façon de présenter son concept et de donner envie à de nombreux entrepreneurs de se lancer dans l’aventure.


Loisirs créatifs : devenez franchisé avec ce concept porteur

Franchise Les Savants Fous
Les Savants Fous

Ateliers ludiques et éducatifs pour enfants

Apport 15 000 €

Franchise Viens Jouer à la Maison

Soyez prévenu dès que cette enseigne recrute des franchisés sur notre site.

Politique de Confidentialité

Interviews

Actualités

Cette enseigne se développe et recherche des franchisés

Franchise Les Savants Fous
Les Savants Fous

Apport 15 000 €