Dossiers de la franchise

Quel avenir pour le secteur de la coiffure ?

Publié par , le | Franchise beauté & bien être

Pour essayer de revaloriser une profession qui souffre, le Conseil National des Entreprises de Coiffure lance une campagne de sensibilisation. Avec un objectif : attirer l’attention du grand public sur le professionnalisme des employés du secteur.

Ces enseignes rentables recrutent
Franchise Tchip Coiffure
Tchip Coiffure

Numéro 1 de la coiffure à petits prix

Apport 25 000 €

Franchise Camille Albane
Camille Albane

Segment haut de gamme du marché de la coiffure

Apport 40 000 €

Franchise RNPC - Groupe Ethique et Santé
RNPC - Groupe Ethique et Santé

Prise en charge de la surcharge pondérale en relation avec les médecins

Apport 20 000 €

Franchise Quick Epil
Quick Epil

Institut de beauté

Apport 20 000 €

« Le secteur de la coiffure est en crise », analyse Franck Provost, Président du Groupe Provalliance et du Conseil National des Entreprises de Coiffure (CNEC). Dans les faits, les entreprises du secteur ont vu leur chiffre d’affaires chuter de 21% en 2011 et ont perdu 10% de leur effectif. Alors que les clients se rendaient en moyenne six fois chez le coiffeur avant la crise de 2008, aujourd’hui les Français visitent en moyenne 4,5 fois par an les salons de coiffure. Pourtant, avec une prestation de base (shampooing/coupe/brushing) de 45 minutes facturée en moyenne 34 euros TTC, le secteur affiche des tarifs horaires parmi les plus bas des métiers de service . Et c’est bien là que le bât blesse. « Le secteur n’a pas augmenté ses prix depuis 10 ans et a aujourd’hui du mal à payer ses nouvelles recrues. » Un jeune coiffeur gagne en moyenne 1580 euros brut par mois. En quelques années, la profession s’est précarisée. Le secteur regroupe avant tout des petites structures puisque une entreprise sur deux n’a aucun employé. Un salarié sur trois reste moins de cinq ans dans l’entreprise et un salarié sur quatre travaille à mi-temps.
franchise coiffure Sous fond d’érosion de la clientèle et de précarisation des employés, le CNEC souhaite revaloriser la profession de coiffeur et l’ensemble du secteur. En lançant une campagne de sensibilisation, il espère interpeller et questionner les consommateurs sur le rapport coût/prestation dans les salons. « Il faut absolument revaloriser le professionnalisme des coiffeurs et attirer l’attention des consommateurs sur les difficultés économiques qui fragilisent le secteur », explique Franck Provost.

Car avec plus de 70 000 entreprises et un chiffre d’affaires estimé à 5,6 milliards d’euros, la coiffure représente un secteur majeur de l’économie française. Il emploie aujourd’hui près de 160 000 actifs et quelque 110 000 salariés. « Notre profession est en mutation. Nous exerçons un métier de mode qui nécessite de suivre les tendances. La formation de nos salariés est permanente, coûte cher et n’est pas assez valorisée auprès du consommateur final. » Alors que nombre de salons sont à reprendre après le départ de leur dirigeant à la retraite, la profession a du mal à trouver des jeunes qui doivent nécessairement être qualifiés et à qui elle ne peut promettre des salaires décents. « Il faut que les politiques s’intéressent aux problématiques de notre secteur » , implore Franck Provost.


La profession regroupe 76% d’indépendants alors que la Fédération française de franchise dénombrait, en 2011, 143 réseaux et 6228 franchisés dans le secteur coiffure/esthétique.
 

Vous pouvez également consulter toutes les offres Beauté, santé, remise en forme.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

15 personnes ont donné leur avis sur cet article (note moyenne: 3/5)

Les derniers articles du secteur

rejoignez ces réseaux en croissance
Numéro 1 de la coiffure à petits prix
Tchip Coiffure

Numéro 1 de la coiffure à petits prix

Apport 25 000 €

Segment haut de gamme du marché de la coiffure
Camille Albane

Segment haut de gamme du marché de la coiffure

Apport 40 000 €

Les essentiels beauté et minceur pour elle et lui
JFG Clinic

Les essentiels beauté et minceur pour elle et lui

Apport 30 000 €

Cuisines Gusto est un concept unique dans le secteur des cuisinistes.
Cuisines Gusto

Cuisines Gusto est un concept unique dans le secteur des cuisinistes.

Apport 50 000 €

Inventeur du concept de "Démission conventionnelle", NEGOANDCO accompagne les salariés souhaitant quitter leur entreprise à faire en sorte que l'entreprise prenne l'initiative de la séparation.
NEGOANDCO

Inventeur du concept de "Démission conventionnelle", NEGOANDCO accompagne les salariés souhaitant quitter leur entreprise à faire en sorte que l'entreprise prenne l'initiative de la séparation.

Apport 15 000 €