Caution

Bonjour J'envisage de créer ou reprendre un magasin franchisé Bricomarché . Si je prends comme hypothèse un apport de 100 000 euros, combien à votre avis les banques me demanderont de cautionner si je suppose un investissement global de 300 000 euros ?

Caution : La réponse de Laurent Delafontaine

Bonsoir Monsieur,

Difficile de répondre avec certitude sur votre point, je vais tâcher de vous éclairer sur les grandes lignes d'un financement.

Sur l'un investissement global de 300 000€, isolez les coûts liés à la franchise (en l'occurence au Groupement) comme le droit d'entrée, la formation du personnel avant ouverture, les frais d'établissements,... faîtes de même avec les différentes cautions (loyer, matériel,...). Souvent, ces différentes charges ne sont pas pris en considération par les banques, cela dépend des enseignes et des partenaires financiers et devront donc être pris sur vos apports.

Isolez les coûts liés à l'activité (droit au bail, mobilier, matériel, agencement, stock initial,...) qui sont généralement bien financés par les banquiers.

Reste le fond de roulement et d'autres frais que les banques n'aiment pas trop financer.

Retenez ensuite que le financement repose sur: la qualité et l'historique de l'enseigne, le profil du franchisé et son adéquation avec son nouveau métier, l'emplacement du magasin et le potentiel de la zone, le niveau des apports du candidat et de sa situation financière personnelle, ...

Retenez aussi qu'une banque doit gérer des en-cours par secteur d'activité, et qu'un refus par une banque déjà très présente dans le bricolage sera peut-être un accord avec une autre banque qui souhaitera venir sur ce secteur.

Retenez enfin que les organismes tels OSEO ont un rôle clé dans le financement de tels projets.

En résumé, financer votre magasin va être un exercice long et difficile, qui mérite de vous entourer d'un expert-comptable compétent et aguerri à l'exercice. Lui seul sera à même de construire votre prévisionnel financier, votre plan de financement et il vous accompagnera probablement aux rendez-vous avec les banquiers.

Bien cordialement.

Laurent Delafontaine AXE RESEAUX