Interview franchise Everhôtel-L'Auberge

Un entretien avec Gérard Mikaelian, expérience dans le métier

Gérard Mikaelian - le

Gérard MIKAELIAN, avec Dominique DELHAL, son associé de toujours, lance un nouveau concept d’hôtellerie destiné à implanter des établissements dans les petites villes. Expert dans le domaine, puisqu’il a déjà créé une chaîne dans les années 80 et ouvert ou participé à la création de plusieurs centaines d’hôtels, il lance son concept, adossé à un groupe financier. Le principe : créer des établissements qui proposeront des chambres de qualité, alliés à une auberge conviviale à des prix parmi les plus bas du marché. Cette nouvelle enseigne recherche ses premiers franchisés, des couples souhaitant créer leur hôtel dans des villes de moins de 50.000 habitants et disposant d’un apport personnel de 50.000 € pour un investissement global de l’ordre de 150.000 €.

: L’hôtellerie est un secteur que vous connaissez bien. Pouvez vous nous rappeler votre expérience dans ce métier ?

Gérard Mikaelian : En effet, le cumul de nos expériences, à Dominique DELHAL et moi, représente de nombreuses années au service de l’hôtellerie et de la restauration. Pour nous, c’est un retour souhaité à notre métier d’origine, avec l’appui d’un groupe financier solide.
Le Dirigeant d’EVERGROUP, notre partenaire dans ce lancement est également le fondateur du groupe FIDEF qu’il a vendu en 2002. Notre affiliation à EVERGROUP, nous permet donc de réunir le capital nécessaire au démarrage de notre projet hôtelier.
Nous nous situons sur une niche que les mastodontes de l’hôtellerie ne ciblent pas, compte tenu de sa diversification ;
Nous mettons en place une chaîne d’hôtels en franchise qui est le fruit d’une idée qui m’est personnelle… et chère.
Quand Dominique et moi avons quitté le groupe PRIMEVERE, en 1993 (période noire d’après la Guerre du Golfe), nous avions mis en place 175 hôtels dont plus d’une vingtaine à l’étranger. Comme de nombreux créateurs indépendants de l’époque, nous avons été obligés de passer la main à un groupe. Notre enseigne a été reprise par l’américain Choice Hôtel.
A cette époque, le développement de l’hôtellerie s’est arrêté net. Les véritables causes de cette crise étaient financières et immobilières, alors que le parc hôtelier n’était nullement saturé. Une chaîne hôtelière est avant tout une vaste entreprise immobilière, qui dépasse de loin les capacités financières d’un particulier.
Dans les années 80, l’euphorie était un peu malsaine, mais le marché hôtelier se développait sainement. Il faut dire que nous n’avions pas créé à l’époque (de 1980 à 1995), de chambre supplémentaire. Nous remplacions les hôtels indépendants qui disparaissaient. J’insiste, il n’y a jamais eu de surcapacité hôtelière, mais plutôt financière.
C’est une époque à laquelle j’ai contribué à l’ouverture de 150 Campaniles, 150 Climats de France et 175 Primevères. C’est dire si nous avons une expérience dans ce secteur. Je crois que l’on peut dire que nous avons écrit à cette époque l’histoire de l’hôtellerie économique et bien entendu la page « Franchise » de ce secteur. Et disons le, de très nombreux franchisés qui ont fait ces investissements sont des gens heureux aujourd’hui.
Ensuite, j’ai travaillé au développement de différents réseaux de franchise, soit en tant que consultant au sein de la Cegos, soit en interne, dans des réseaux de distribution. Lorsque Bureau Vallée, une enseigne de fournitures de bureaux en moyenne surface, m’a sollicité, elle avait 7 magasins. Trois ans plus tard, je l’ai quittée avec une cinquantaine de points de vente.

Vous entrez dans un secteur d’activité qui est tenu par des groupes internationaux. Quels sont vos outils pour leur faire face ?

Depuis de nombreuses années, j’ai l’idée qu’il fallait développer une hôtellerie spécifique dans les petites villes. Nous avons assuré la rénovation du parc hôtelier dans les grandes villes, mais rien ne s’est passé dans les villes où les grands groupes ne souhaitent pas s’investir. Or, il existe de nombreuses auberges qui restent mal connues, donc assez inconfortables et vieillottes. Les grands groupes ne savent pas faire des unités qui ne comportent que 25 ou 30 chambres.
De plus, notre idée est de marier la rénovation du parc des petites villes aux valeurs de l’hôtellerie familiale que demande de plus en plus le consommateur. Les clients attendent non seulement que leur hôtel soit fonctionnel, mais aussi qu’il ait une ambiance familiale, chaleureuse. Vous savez, de très nombreux voyageurs professionnels en ont un peu assez de ces hôtels stéréotypés dans lesquels ils vivent une grande partie de l’année. Nous allons donc allier le confort (literie confortable) à la modernité (prise internet dans toutes les chambres…).
D’autre part, notre concept fonctionne en parallèle avec une auberge.
Nos implantations se font dans les petites villes et nous voulons que l’Auberge soit également un lieu convivial où viendront les gens des alentours pour passer une soirée agréable.
L ’Auberge est un bâtiment indépendant des chambres. Elle comporte un coin bar, un grill et une rôtissoire à poulets. Le tout, à la vue du client. C’et une véritable auberge avec son spectacle, sa convivialité.
C’est un lieu de rendez-vous. Nous ouvrirons des établissements en proche périphérie des villes, ayant une zone de chalandise de 50.000 habitants à 30 kilomètres à la ronde.

Nous nous appuyons sur un groupe financier et également sur une société de promotion qui est en charge de la construction des établissements. Ce montage, conçu et piloté par Dominique DELHAL, DIRECTEUR GENERAL de la société de Promotion et de Financement du Groupe, nous permet de proposer à nos franchisés de ne pas avoir à investir dans le foncier, ni dans l’immobilier, mais seulement dans le fonds de commerce. J’insiste, nous avons un concept d’hôtellerie de qualité allié à une restauration à une restauration à thème. Il n’y a aucun équivalent structuré dans ce secteur et le fait d’être adossé un groupe financier nous permet de créer notre concept exactement comme nous l’avons programmé.
Nous offrirons un produit de confort supérieur à celui de nos concurrents directs et moins cher. Les concepts créés il y a une dizaine, voire un quinzaine d’années ont vieilli. C’est également l’un de nos atouts.

Quelle formation proposez vous à vos futurs franchisés ?

Nous avons mis en place un programme très strict de formation, avec une innovation qui ne manquera pas de surprendre et certainement d’être copiée…
Entrer dans une salle de restaurant, c’est comme entrer en scène. On le voit bien, dans les établissements où le patron a du charisme. C’est le plus difficile dans notre métier. Il faut proposer une uniformité, bien entendu, mais aussi laisser les personnalités s’exprimer ! C’est tout un art.
Une partie des formations sera faite par des spécialistes, professionnels du théâtre.

Quel est le profil de vos franchisés ?

Tout le monde peut devenir aubergiste… à condition d’avoir le goût des autres. Le fonctionnement est prévu pour que l’établissement fonctionne avec un couple. Nos partenaires devront également avoir la capacité et la volonté de s’intégrer à un groupe et en accepter les règles de fonctionnement. C’est ce qui fait la réussite des enseignes. Les franchisés sont les porte bannières de leur enseigne.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Soyez le premier a donner votre avis (note moyenne: 0/5)

Les franchises qui recrutent dans le même secteur :

Franchise KIOUT
KIOUT

Fast Good - Sandwichs, salades, plats du jour - A mi-chemin entre restauration rapide (sur place, à emporter ou livré) et traditionnelle (100% fait maison, produits frais, locaux et de saison)

Apport 60 000 €

Franchise Pizza Bonici
Pizza Bonici

Livraison de Pizza et Burger artisanaux

Apport 15 000 €

Pour ouvrir une franchise Everhôtel-L'Auberge il faut un apport personnel de 150 000 €. Vous souhaitez créer une entreprise dans le secteur Franchise hotel
Découvrez les chaines spécialisées sur la page franchise Franchise hotel

Actualités

Interviews

Ces enseignes se développent et recherchent des franchisés

Franchise Cuisines Omega
Cuisines Omega

Apport 15 000 €

Franchise CENTURY 21
CENTURY 21

Apport 50 000 €

Franchise Tout et Bon
Tout et Bon

Apport 50 000 €

Franchise Babychou Services
Babychou Services

Apport 20 000 €

Franchise Bastide Franchise
Bastide Franchise

Apport 90 000 €

Franchise Rainéa
Rainéa

Apport 10 000 €