Dossiers de la franchise

Choisir une petite commune pour installer sa franchise

Publié par , le

Si la majorité des réseaux souhaitent s’implanter dans la plupart des grandes agglomérations françaises, certaines enseignes adaptent leur concept pour développer des petits points de vente de proximité. Une occasion pour les franchisés de créer du lien social dans leur commune et de profiter de coûts d’installation moins onéreux.

Selon l’enquête annuelle de la franchise des Banques Populaires, en 2013, 56% des installations en franchise se font dans des agglomérations de plus de 25 000 habitants et 28% dans des petites et moyennes agglomérations de 5 000 à 25 000 habitants. Une situation relativement stable depuis 2010. Et au final, on trouve autant de franchisés installés dans des communes de moins de 5000 habitants que d’entrepreneurs ayant choisi d’investir des villes de 40 à 100 000 habitants (14% dans chaque cas).

Si les enseignes choisissent d’investir de plus petites communes, c’est pour toucher une autre clientèle et parfois d’autres franchisés. Pensé pour celles et ceux qui désirent s’implanter dans les petites villes ou dans les quartiers des grandes métropoles, sans prendre d’employé(e), le nouveau modèle économique de l’enseigne spécialiste du rééquilibrage alimentaire Dietplus s'appuie sur des franchisés qui ont la possibilité de devenir « nutritionniste dietplus » grâce à la formation apportée par le réseau. Ils sont ensuite capables d’assumer seuls toutes les fonctions de leur centre.

Des résultats au rendez-vous, même en zone rurale

franchise naturhouse village petite ville ​Dans le secteur de la diététique, Naturhouse prend lui aussi le virage. L’enseigne vient en effet de lancer Naturhouse Village, un nouveau format de centre lui permettant d’accéder à des zones de chalandise plus réduites. Testé depuis 2010 dans plusieurs villages de France accueillant de 3 000 à 10 000 habitants comme Lavaur, Gaillac, Millau, Questembert ou encore Lannion, Naturhouse Village est une version « réduite » d'un centre Naturhouse, mais uniquement sur le plan des ressources humaines. Ces unités fonctionnent en effet avec une seule diététicienne nutritionniste diplômée qui travaille en totale autonomie. Après deux ans de test, les centres concernés ont réalisé entre 150 et 190 000 euros de chiffre d’affaires. Des résultats très satisfaisants qui permettent  de lancer le concept à grande échelle mais avec des restrictions : ce format de boutique, qui vise principalement les zones rurales, ne sera pas disponible dans les agglomérations de plus 100 000 habitants et restera ouvert uniquement aux candidats à la franchise étant diplômés en diététique et aux diététiciennes-nutritionnistes diplômées déjà membres du réseau Naturhouse. L’enseigne compte ouvrir une trentaine de Naturhouse Village en 2014, et 250 à terme.

L’enseigne O2 s’intéresse elle aussi aux implantations en zone rurale. « D’abord parce qu’il existe une forte demande de la part de nos clients, aussi bien de la part des seniors que des actifs », précise François Gourc, Responsable développement franchise. Le réseau profite également d’opportunités parfois délaissées par la concurrence. Et les franchisés qui choisissent ces territoires sont favorisés : ils bénéficient d’un droit d’entrée réduit à 27 000 euros dès lors qu’ils s’installent sur une zone regroupant moins de 30 000 foyers. Petite commune n’est pas synonyme de mauvaise performance, au contraire. Pour preuve, l’unité implantée à Brumath, une commune du Bas-Rhin qui compte moins de 10 000 habitants, fait partie des agences qui ont connu le plus fort démarrage au sein du réseau.

Un seuil de rentabilité plus vite atteint

Ces enseignes rentables recrutent
Franchise Confiez-Nous
Confiez-Nous

Services à la personne avec abonnement mensuel

Apport 10 000 €

Franchise Hubliss
Hubliss

L'entretien de la maison à du talent

Apport 10 000 €

Franchise Canibest L'Ecole des Chiens
Canibest L'Ecole des Chiens

Le premier réseau d'éducateurs canins aux méthodes positives

Apport 13 000 €

Franchise MERCI+
MERCI+

Acteur majeur des services à la personne : ménage et repassage, garde d'enfants, bricolage, jardinage et maintien à domicile

Apport 15 000 €

Pour se développer Shiva cible autant les grosses métropoles que les petites communes. « Nos métiers réclament énormément de proximité », explique Régine Macé, Directrice réseau Franchises chez Shiva. Le réseau, qui compte quelque 80 agences réparties sur le territoire, vient de s’installer à Cahors et Montélimar et sera bientôt présent à Pamiers. « D’une grosse ville à une petite agglomération, la manière de travailler peut être différente mais les résultats de l’entreprise sont les mêmes. Les franchisés implantés dans de petites communes bénéficient de coûts d’installation et de communication moindres et atteignent leur seuil de rentabilité plus rapidement. Certes, une grande ville apporte plus de clients potentiels mais ce qui importe lorsqu’on est chef d’entreprise, c’est le résultat de l’entreprise. Et l’on peut être autant rentable sur une petite commune que sur une grosse métropole. »

Il y a peu de temps, le réseau de services à la personne Générale des Services a créé un nouveau concept baptisé le comptoir Général des Services. « C’est un modèle plus allégé en matière de coûts et de charges qu’une agence classique et qui ne comprend pas les prestations liées à la dépendance. Ce nouveau format nous permet de toucher les zones rurales. Dans ce type de secteur, le service est souvent absent pourtant les bassins de vie à exploiter sont très importants », explique Didier Chateau, Co-fondateur de Générale des Services. Profitant d’une concurrence plus faible sur ces zones, l’enseigne installe des agences qui développent des chiffres d’affaires inférieurs à ceux des grandes métropoles mais qui sont en cohérence avec le coût d’installation allégé. « Et la rentabilité reste au rendez-vous », conclut le chef d’entreprise. C’est bien là l’essentiel.

Si le centre-ville reste très prisé malgré un coût d’installation élevé, il est encore préféré à 46% par les porteurs de projets et les enseignes. Et les locaux commerciaux ayant pignon sur rue demeurent également les grands favoris choisis par 85% des franchisés. Les points de vente installés en périphérie se développent (19% versus 15% en 2012), tout comme les locaux sans vitrine (14% versus 10% en 2012). Source : enquête annuelle Banque Populaire/FFF

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Note moyenne 3.5/5 basée sur 7 votants