Dossiers de la franchise

De salariés à franchisés, découvrez le parcours de trois entrepreneurs

Publié par , le

Ils ont fait le choix, à un moment de leur carrière professionnelle, d’entreprendre en franchise. Découvrez le parcours de Laure Saillour, franchisée Attila dans la Sarthe, de Sébastien Cougoulic, franchisé Centre National du Coaching en Bretagne et de Jean-Pierre Gutel, franchisé Dom& Vie dans l’Essonne.

De multiples motivations pour entreprendre en franchise

De salariés à franchisés, découvrez le parcours de trois entrepreneursIngénieur, Sébastien Cougoulic a travaillé pendant 10 ans dans une TPE dans le domaine de l’environnement. Durant sa dernière année d’activité salariée, Sébastien s’est posé beaucoup de questions quant à son avenir professionnel. « Je souhaitais utiliser mon expérience à mon profit et continuer à travailler avec des entrepreneurs. » Laure Saillour a quant à elle exercé durant 20 ans dans le commerce dans le secteur automobile et dans l’événementiel, quand elle a eu envie « de se réaliser et de sécuriser son propre emploi. » Jean-Pierre Gutel possède lui un parcours technique et avait déjà dirigé des TPE et PME dans le bâtiment quand il a rejoint le réseau de services à la personne Dom& Vie. Pourquoi ce choix de la franchise ? « Il s’agissait d’un nouveau « projet de vie à deux, avec ma compagne. »

Choisir sa franchise et créer son entreprise

Laure Saillour est catégorique : elle a choisi d’entreprendre en franchise pour pouvoir bénéficier d’un service déjà éprouvé. Dans ses recherches, elle s’est orientée vers une franchise n’étant pas encore arrivée à maturité et qui pourrait lui laisser une certaine liberté. A l’époque, Attila fait partie de ses clients et Laure trouve que c’est une franchise intelligente, intéressée par l’humain. "Attila cherche à savoir ce que l’on peut apporter au réseau, cela m’a donné confiance. » Sébastien Cougoulic est arrivé à la franchise par hasard, « mais cela m’a permis de repartir dans un nouveau métier sans en avoir d’expérience », confie-t-il. Quand il a rencontré sa franchise, il s’est demandé quelles valeurs il partageait l’entreprise. « Car il faut être en phase avec la vision et la philosophie de la franchise choisie. » A partir du moment où le franchisé a rencontré le Centre National du Coaching, tout est allé très vite. A l’époque, Sébastien est le premier franchisé du réseau, impossible pour lui de se renseigner auprès de collègues déjà installés. Souhaitant conforter son choix, il a décidé de rencontrer des clients des réseaux grâce à une liste fournie par le franchiseur. Une bonne manière de sécuriser sa décision. « Cela donne une bonne perspective de business et ce sont eux qui m’ont convaincu que c’était un super métier. » Malgré tout, le futur franchisé s’est demandé si il allait y arriver. « Et dans ce processus, intégrer une franchise m’a rassuré. Cela voulait dire que le franchiseur croyait en moi et que je pouvais relever ce challenge. » Jean-Pierre Gutel a quant à lui était séduit par la dimension humaine du réseau Dom & Vie. « La rencontre s’est fait sur le salon SME il y a deux ans. J’ai trouvé avec Dom & Vie un jeune réseau de cinq ans avec des dirigeants très à l’écoute des franchisés, qui contribuent grandement au développement de l’enseigne. »

La formation en franchise fait partie intégrante du processus d’intégration

Nos trois entrepreneurs ont tous suivis une formation initiale. Sébastien Cougoulic parle même de formation à vie. « La formation initiale dure deux semaines mais elle se poursuit de manière continue puisque nous sommes coachés en permanence. Cet accompagnement continu constitue sans doute le point le plus important de la franchise. » Laure Saillour, qui ne connaissait pas la toiture son nouveau domaine d’activité, a suivi une formation intensive de deux mois. Et comme Sébastien, elle insiste sur l’expertise de son réseau qui possède deux centres de formation intégrés et dont l’accompagnement continu est assuré par une quarantaine de personnes travaillant à la tête de réseau. Dans la même veine, Jean-Pierre Gutel a suivi une formation initiale de trois semaines et bénéficie lui aussi d’une formation continue.

Aller chercher son financement

Sébastien Cougoulic n’a pas eu besoin de recourir à un emprunt bancaire pour financer sa franchise. « Je ne gère pas une grosse structure et mon apport personnel était suffisant pour démarrer. Toutefois, j’ai beaucoup travaillé mon business plan pour mettre toutes les chances de mon côté et j’ai également comparé les DIP des autres franchises rencontrées. C’est là que j’ai pu m’apercevoir de grosses disparités et que mon choix pour le Centre National du Coaching a encore été conforté. » Laure Saillour a pris le temps d’analyser les bilans présentés par le franchiseur et a pu les adapter à sa zone de chalandise. Pour compléter son apport personnel, elle a multiplié les sources de financement, notamment grâce à l’aide d’Initiative France. Jean-Pierre Gutel a lui aussi bénéficié de l’aide d’Initiative France pour compléter son apport personnel qui représentait 25% de l’investissement global nécessaire. « Le fait d’avoir défendu mon dossier auprès d’Initiative France m’a permis de conforter mon projet et je pense que cela a également constitué un élément déclencheur auprès des banques. »

Rencontrer les autres franchisés d’un réseau

Aller voir les franchisés du réseau choisi fait partie des démarches que doit effectuer tout futur franchisé. « Pas forcément dans une logique de contrôle mais plus pour se rendre compte du métier », analyse Rose-Marie Moins, directrice de la formation et de la promotion à la Fédération française de la franchise (FFF). En effet, rencontrer les autres franchisés d’un réseau permet de se poser les bonnes questions et de mieux appréhender ce que sera sa vie future. Le partage reste un élément essentiel de la franchise. « C’est même là toute la force de la franchise puisque grâce à ce mode de développement, on ne ressent pas la solitude du chef d’entreprise. »

Propos recueillis sur le salon SME

L'observatoire vous recommande :
Franchise Dom&Vie
Dom&Vie

Travaux d'aménagement pour l'accessibilité

Apport 30 000 €

Franchise Le Club Sandwich Café
Le Club Sandwich Café

Lieu de convivialité Cosy pour pause gourmande. Offres sucrée et salée.

Apport 75 000 €

Franchise AGEM Votre intérieur sur mesure
AGEM Votre intérieur sur mesure

Agencement intérieur sur mesure

Apport 25 000 €

Franchise Attila
Attila

Réparation, entretien et maintenance de toitures

Apport 50 000 €

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

0 vote