Dossiers de la franchise

Enquête FFF / Banque Populaire

Publié par , le

Enquête FFF / Banque Populaire
« La franchise se joue de la crise »

Pour la sixième année consécutive, la Banque Populaire et la Fédération française de la franchise se sont associés à l’institut de sondage CSA pour dresser l’évolution du paysage de la franchise en France.
Sujet d’actualité, la crise était sur toutes les lèvres. Selon Michel Roux, Directeur du développement, BPCE, Banque Populaire, « le contexte économique reste difficile mais des signaux positifs de la franchise poussent à l’optimisme ».


Michel Roux, Directeur du développement, BPCE, Banque Populaire

La franchise, résistante à la crise ?

Selon l’étude menée entre le 30 juin et la mi-août 2009, 73% des franchisés interrogés estiment que leur chiffre d’affaires s’est maintenu, voire a augmenté entre 2007 et 2008. « La franchise fait preuve d’une stabilité globale et, en période de crise, les atouts de la franchise sont indéniables », assure Guy Gras, Président de la Fédération française de la franchise. La première force de la franchise en période de crise, c'est certainement l'existence même du réseau. « Le franchisé ne se sent pas seul et n’est pas seul », rappelle Jean-Christophe Sozza, Responsable franchise et commerce associé, BPCE, Banque Populaire. Est-ce pour cela que 77% des franchisés ont le sentiment de mieux résister à la crise qu’un commerçant isolé ? En outre, plus de la moitié des franchisés interrogés ont le sentiment de mieux gagner leur vie qu’un commerçant isolé (53 % contre 51% en 2008). Dans les faits, la différence est bien présente puisque, par exemple, « le revenu moyen d’un artisan est de 2000 euros contre 2400 euros pour un franchisé » .

Résistance et pouvoir d’adaptation

Dans un contexte économique morose, la franchise a également montré sa capacité à sauvegarder des emplois. Ainsi, moins de 10% des franchisés ont procédé à des licenciements durant les 12 derniers mois. « La franchise est un système réussi de commerce parfaitement adapté aux périodes de crise », souligne Guy Gras.
Et si la franchise fait preuve de résistance, elle fait également preuve d’adaptation. Après la rupture du printemps, le réseau El Rancho observe un retour progressif à la normale. Pour Laurent Caraux, Pdg de l’enseigne, «les réseaux doivent s’adapter à la conjoncture. En ce qui concerne la restauration traditionnelle, nous devons développer de nouvelles stratégies pour contrer le dynamisme de la restauration rapide ». C’est ce qu’à entrepris l’enseigne qui, dans cette période difficile, n’a ouvert pas moins de 5 nouveaux restaurants, soit une année record pour elle.
Enfin, selon l’enquête, 74% des franchisés se déclarent optimistes quant à l’avenir de leur affaire dont 12% de franchisés « très optimistes ». « D'un naturel plutôt confiant, les franchisés font face à la crise avec des affaires qui résistent plutôt mieux que le commerce traditionnel. Ils en sont conscients, et de façon naturelle, ils en tirent cet optimisme bienvenu en ces temps moroses », indique Jean-Christophe Sozza.

Les efforts des franchiseurs

Si la franchise résiste, c’est notamment grâce aux efforts entrepris par les franchiseurs. En cette période de crise, ils ont intensifié la formation, avec une durée de formation initiale passant de 1,3 jour en 2008 à 2,5 jours en 2009. Force est également de constater que les outils d’animation sont désormais bien implantés. Ainsi, 94% des franchiseurs ont mis en place des animateurs de réseau et 100% des franchiseurs interrogés indiquent avoir développé au moins un outil de dialogue au sein de leur réseau. Finalement, selon Jean-Christophe Sozza, « dans cette période, la franchise a mis en avant ses fondamentaux et sa spécificité : au delà d'un lien entre un franchiseur et un franchisé, il existe un réseau ». Pour ce spécialiste, « cette crise aura donc eu pour effet de rapprocher franchiseurs et franchisés, avec un effet réseau renforcé. »

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Soyez le premier a donner votre avis (note moyenne: 0/5)