Dossiers de la franchise

Franchise : comment financer son projet ?

Publié par , le

Trouver un financement bancaire pour créer sa franchise est une étape quasi incontournable pour les porteurs de projet. Si l’engament financier personnel est déterminant, d’autres critères sont regardés de près. Comme la capacité à convaincre et à défendre son projet.

Nous aimons les entrepreneurs et notamment ceux qui s’entourent pour lancer leur projet.

Franchise : comment financer son projet ?Cette déclaration de François Schultz, responsable du pôle franchise de BNP Paribas, peut rassurer ceux qui souhaitent entreprendre en franchise et qui ont besoin d’un partenaire banquier pour financer leur projet.

Pour le banquier, « appartenir à un réseau évite de reproduire les erreurs déjà commises et augmente grandement le taux de survie des entreprises ». C’est pour cela que BNP Paribas travaille avec quelque 600 franchiseurs disposant de plus de 50 points de vente. « Nous connaissons les modèles économiques des franchiseurs avec lesquels on travaille et nous nous efforçons d'en rencontrer le plus possible», rappelle François Schultz.

Financement franchise : l’apport personnel ne doit pas être le seul critère de sélection des futurs franchisés

Pour Laurence Pottier Caudron, créatrice du réseau de travail temporaire Temporis qui regroupe 150 agences franchisées et réalise 350 millions d’euros de chiffre d’affaires, l’apport personnel ne doit pas être le seul critère déterminant dans l’obtention d’un prêt bancaire car, selon elle, « ce qui fait la réussite d’un franchisé, c’est sa capacité à choisir le réseau qui lui correspond le mieux. » La chef d’entreprise n’hésite d’ailleurs pas à entrer de manière minoritaire au capital de ses franchisés pour les aider à se lancer, avec une sortie prévue avant le quatrième exercice comptable.
Ainsi, l’apport personnel doit être considéré comme un pré requis mais pas un critère de choix. D’autant plus qu’il existe des solutions de financement complémentaires, comme les prêts d’honneur, monter un pacte d’associés, le crowfunding… Le financement sous forme d’obligation commence également à se développer mais reste cher.

Chez Cash Express, on a pensé plusieurs formats de points de vente, ce qui permet une grande variation en termes d’apport personnel. L’investissement global varie ainsi de 150 à 400 000 euros. « Pour notre activité de commerce, le franchisé doit investir sur du stock et a un besoin en fonds de roulement important », explique Arnaud Guerin, co-fondateur de la franchise Cash Express.

Aides financières : les banques regardent l’engagement financier du porteur de projet »

Non, on ne peut pas créer sa franchise sans mettre un peu d’argent sur la table.

Pour François Schultz, ce qui est déterminant dans l’obtention d’un prêt bancaire, c’est l’engament financier du futur franchisé. « Cela nous permet d’apprécier la motivation du porteur de projet. Par ailleurs, le montant du capital à financer doit servir d’amortisseur au fil du développement de l’entreprise. » Si BNP Paribas réclame généralement 20 à 30% d’apport personnel minimum, François Schultz confie qu’il lui est arrivé de financer des projets avec seulement 15% d’apport personnel mais aussi plus de 50% dans le cas de certains gros projets dans la restauration. Ce qui compte le plus pour l’expert, c’est la capacité du futur franchisé à vendre son projet et le contenu de son business plan. « Clairement, la capacité à convaincre peut faire toute la différence. ».

Pour réussir sa levée de fonds, il faut donc avoir confiance en son projet et une forte conviction. Pour préparer au mieux ce rendez-vous bancaire déterminant, la franchise Mail Boxes Etc. a prévu une journée de formation dédiée à la réalisation du business plan et des sessions de coaching en interne où le futur franchisé peut effectuer la présentation de son dossier. L’entreprise a également commencé à travailler avec l’organisme Monte Ta Franchise qui joue le rôle d’un fonds d’investissement en abondant un apport personnel supplémentaire.

Grâce à ce partenariat, les futurs franchisés peuvent se contenter d’un apport personnel de 10%, de l’ordre de 10 à 15 000 euros pour monter leur projet.

Chez Cash Express, on travaille en amont le rendez-vous bancaire avec la réalisation d’un état local du marché qui permet de vérifier le potentiel d’activité sur la zone choisie par le franchisé pour exercer.

Et comme le rappelle Laurence Pottier Caudron, tout le travail effectué par les franchiseurs pour se faire connaître auprès des pôles franchise des banques compte aussi. « Il s’agit d’avoir une bonne réputation. Pour cela, nous ouvrons nos portes aux banquiers et nos contrôleurs de gestion internes réalisent régulièrement des audits que nous pouvons présenter. » La chef d’entreprise donne un dernier conseil aux futurs franchisés. « N’allez voir la banque avec qui vous souhaitez vraiment travailler qu’après un ou deux rendez-vous avec d’autres organismes. Cela permet aux futurs franchisés de mieux préparer les questions auxquelles ils n’auront pas su répondre les premières fois. »

Propos recueillis sur le salon SME

L'observatoire vous recommande :
Franchise Temporis
Temporis

Travail temporaire et interim

Apport 60 000 €

Franchise Basilic & Co
Basilic & Co

Pizzas de terroir de qualité, faites maison

Apport 25 000 €

Franchise My Big Bang
My Big Bang

Ouvrez votre studio d'électro-stimulation avec My Big Bang. Un concept révolutionnaire et rentable.

Apport 30 000 €

Franchise Mail Boxes Etc.
Mail Boxes Etc.

Expédition, graphisme, impression, domiciliation

Apport 40 000 €

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Note moyenne 4/5 basée sur 6 votants