Dossiers de la franchise

Les réponses à la crise des artisans et des commerçants

Publié par , le
Résultats de l’Observatoire du Commerce et de l’artisanat réalisé par l’Ifop pour Médicis

La mutuelle retraite des indépendants Médicis a dévoilé le 12 mai dernier les résultats de la quatrième vague d’enquête de « L’observatoire du commerce et de l’artisanat » réalisée par l’Ifop auprès des commerçants, des artisans et du grand public. Cette enquête montre une légère baisse de l’inquiétude des Français, même si celle-ci demeure haute. L’étude souligne également les attitudes réalistes et volontaristes des commerçants et artisans dans un contexte difficile.

L’étude de l’Ifop révèle que 62% des commerçants et 73% des artisans se déclarent satisfaits de l’activité économique de leur société, soit une hausse de 4 points par rapport à la vague du baromètre de novembre 2008, même si cela reste inférieur aux chiffres observés en mai 2008, où 70% des commerçants se déclaraient satisfaits de leur activité. Ces chiffres tendent à montrer une stabilisation de la situation économique.

Pour les trois-quarts (74% exactement) des commerçants et près de 80% des artisans, les pouvoirs publics ne sont pas à l’écoute de leurs préoccupations professionnelles. L’écrasante majorité d’entre eux (96%) considèrent même que le plan de relance de 26 milliards d’euros n’aura qu’un impact négligeable sur leur activité. Il faut dire que seulement 700 millions d’euros de ce plan seront dévolus aux artisans et aux commerçants. Une exonération de charges sociales pendant cinq ans pourrait lever leur amertume, et leur permettre d’embaucher un ou plusieurs CDI plus facilement.

L’emploi reste au cœur des préoccupations des métiers interrogés, et 16% des artisans et 13% des commerçants ont embauché un ou plusieurs salariés depuis le début de la crise économique en septembre 2008, la moyenne s’établissant à 1,9 salarié embauché, ceci correspondant à des créations de cas pour plus de la moitié d’entre eux. Et ces chiffres devraient augmenter au cours des mois à venir, puisque 11% des commerçants et 6% des artisans désirent engager du personnel avant la fin de l’année.

82% des Français déclarent fréquenter autant les commerces qu’en janvier dernier, ce qui montre que le changement de comportement des consommateurs semble ralentir. De manière plus pragmatique, seuls 44% des commerçants constatent une stabilité de fréquentation.

L’ouverture des commerces le dimanche est loin d’être une priorité, et elle n’est pas considérée comme un moteur de développement de l’activité, puisque seulement 6% des personnes interrogées serait favorables à une telle mesure. Plus de la moitié des sondés (58% précisément) souhaitent limiter par des lois plus coercitives l’extension des grandes surfaces en zones périphériques des villes.

Pour conclure, cette étude se révèle être une demi-surprise : malgré le contexte (+38 % d’agressions contre les commerces en 2008, la crise..), les commerçants gardent la tête froide, continuent de gérer et restent attentifs. Ils ont toutefois le sentiment que les pouvoirs publics leur tournent le dos, et ils regrettent qu’on ne soutienne pas plus encore les porteurs de projets qu’ils sont. Ils réclament un effort supplémentaire de la part du gouvernement, notamment en direction de l’allègement des charges sociales, des aides aux cessions/transmissions, des retraites et de la formation (inexistante à l’heure actuelle pour les commerçants).

Au final, cette enquête bat en brèche les idées reçues sur les commerçants : qu’ils soient franchisés ou non, ils ne semblent pas atterrés par la crise, mais souhaitent la combattre avec la vigueur et la force de réactivité qui leur sont propres.

Ces résultats sont tirés de « l’observatoire des commerces et de l’artisanat », réalisé par Médicis avec l’Ifop. L’étude a été menée du 23 au 25 avril 2009 auprès de 1000 artisans et commerçants et du grand public.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

0 vote