Dossiers de la franchise

Rencontre avec Florence Soubeyran, Banque Populaire

Publié par , le

Depuis plusieurs années, la Banque Populaire mandate le CSA pour réaliser une étude qualitative très riche sur l’évolution de la franchise et sa perception par le grand public en partenariat avec la FFF. A l’issue de la publication des chiffres de la 8ème edition le 7 décembre dernier, nous avons rencontré Florence Soubeyran, la Responsable Franchise et Commerce Associé de la Banque Populaire. Entretien.

1- Samuel Burner : En introduction, pouvez-vous nous rappeler pourquoi la Banque Populaire est-elle si impliquée dans la création d’entreprise et la franchise en particulier ?

Florence Soubeyran :Créées par et pour des entrepreneurs, les Banques Populaires ont toujours soutenu ceux qui entreprennent. Les artisans, les TPE et les commerçants sont ainsi le cœur historique de la clientèle de la Banque Populaire. Nous sommes un groupe mutualiste avec des sociétaires qui sont eux-mêmes des entrepreneurs. Cela fait plus de 12 ans qu’il existe un pole franchise et commerce associé au sein des Banques Populaires. Nous avons été les premiers à créer un pôle dédié. Aujourd’hui, nous avons été suivis par toutes les autres banques. Cela prouve donc bien que nous avons tous intérêt à accompagner la création en franchise, un modèle économique qui a bien fait ses preuves.

2- Samuel Burner  Justement, qu'apporte selon vous la franchise dans un projet de création d'entreprise ? Son avantage concurrentiel vous semble-t-il encore plus grand en cette période un peu compliquée économiquement ?

Florence Soubeyran :La franchise s’appuie sur 4 piliers forts : la marque, le savoir-faire, le concept et l’accompagnement. Dans une période économique difficile, pour un entrepreneur le fait de savoir qu’il est accompagné et qu’il bénéficie d’un savoir-faire partagé est rassurant. Il n’entreprend pas tout seul, il bénéficie de l’effet réseau. Dans un tel contexte, c’est sécurisant pour un entrepreneur qui souhaite se lancer.

3- Samuel Burner  En parallèle des chiffres communiqués le 7 décembre dernier, quels sont, selon vous, les grands enseignements de cette 8 ème Enquête Annuelle?

Florence Soubeyran : Cette 8ème édition témoigne d’une grande convergence de chiffres qui mettent en exergue l’attachement au réseau et la force procurée par celui-ci. Cela semble traduire également l’absolue certitude pour les franchisés d’avoir un vrai atout en faisant partie d’un réseau de franchise. Ils sont convaincus de gagner mieux leur vie qu’un commerçant indépendant ou un salarié. La CA médian  des franchisés a encore évolué dans le bon sens en 2011 : 520 K€ (versus 510 K€ en 2010)  43% ont déclaré avoir vu leur chiffre d’affaires augmenter

L’attachement des franchisés à leur réseau est fort. Cela se traduit notamment par le nombre de franchisés qui renouvellent leurs contrats chaque année. Autre indicateur : l’ancienneté moyenne au sein d’un réseau qui avoisine les 12 ans désormais.

La féminisation s’est renforcée également et ce depuis trois ans. 46% des franchisés sont aujourd’hui des femmes, contre 36% en 2009. L’homme quadra en reconversion n’est donc plus l’unique profil type de candidat à la franchise !

4- Samuel Burner. En mot de conclusion, quel sera l’engagement de la Banque Populaire  dans les semaines à venir ?

Florence Soubeyran : Bien entendu, les Banques Populaires n’ont aucun intérêt à rationner le crédit aux entreprises et pas moins dans le cadre de la franchise. Ce modèle sera encore demain une excellente formule de création d’entreprise.

La franchise est un atout pour se lancer. L’encours des crédits des Banques Populaires a progressé de 5 % à fin septembre  2011. En 2012, nous allons continuer à faire notre métier de banquier.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

0 vote