Dossiers de la franchise

Comment évaluer la rentabilité de son projet en franchise ?

Publié par , le

Dès que l’on pense à créer son entreprise en franchise, on doit être conscient des coûts que cela va engendrer. Car monter une franchise nécessite un investissement, parfois lourd selon le secteur et l’enseigne choisis. Pour s’engager en toute connaissance de cause et en ayant une idée précise de la future rentabilité du projet, il convient d’analyser certains éléments.

Les éléments financiers liés à l’enseigne

Comment évaluer la rentabilité de son projet en franchise ?La première étape consiste à analyser les frais nécessaires à l’intégration du réseau. Rejoindre une franchise représente en effet certains coûts.

Le droit d’entrée

Le droit d’entrée est versé lors de la signature du contrat. Son montant varie entre 0 et plus de 50 000 euros selon les réseaux. Le franchiseur doit vous indiquer ce que couvre ce droit d’entrée. Ainsi, il intègre parfois le coût de formation, parfois la formation est facturée en plus du droit d’entrée.

Les redevances

On les appelle aussi royalties. Elles représentent un pourcentage du chiffre d’affaires réalisé par le franchisé et sont prélevées mensuellement. Elles oscillent entre 4 et 15% selon les réseaux. Ces redevances servent à rémunérer l’accompagnement continu qu’apporte le franchiseur.

La redevance communication

Selon les enseignes, cette redevance communication varie entre 1 et 5% du chiffre d’affaires réalisé chaque mois par les franchisés. Ce montant prélevé sert à financer toute la communication nationale ou locale mise en place par le franchiseur.

Prendre en compte le coût de son emplacement

Pour choisir le bon emplacement, il convient de réaliser une étude de marché. Cette dernière va permettre de déterminer si le projet envisagé est viable sur la zone d’implantation choisie. Ensuite, il faut absolument se faire aider du franchiseur ou d’un agent immobilier spécialisé pour aller négocier le loyer ou le droit au bail du local choisi. Attention : on a coutume de dire que le coût d’entrée et d’occupation de ce local ne doit pas excéder plus de 10% du chiffre d’affaires réalisable.

Quand on choisit le local, il faut également déterminer précisément le coût de la mise au concept. Ce montant varie d’une activité à une autre.

Choisir sa structure juridique

Un futur franchisé a le choix de créer une entreprise individuelle ou une société. Il doit donc choisir la structure juridique qu’il va prendre. La plupart du temps, les franchisés optent pour une SARL ou une SAS pour créer leur entreprise. Il existe des conséquences fiscales et sociales liés au choix de la structure juridique, se faire accompagner sur ce sujet peut donc sembler pertinent.

Faire son business plan

C’est en réalisant son business plan que le futur franchisé va déterminer si son projet est viable. Le business plan doit comprendre une présentation complète du candidat. L’enseigne choisie, comme le secteur d’activité, doivent également y être longuement présentés. Le business plan doit également apporter des éléments financiers obtenus à partir des éléments de marché et des chiffres fournis par le franchiseur et obtenus dans ses unités pilotes.

  • La réalisation du business plan permet de présenter :
  • L’opportunité réelle que représente le réseau que vous avez sélectionné
  • La réalité et la cohérence du projet
  • L’évaluation de vos compétences managériales, de gestionnaire, de vendeur…
  • La qualification du marché
  • Les risques et atouts de l’activité
  • Les chances de succès
  • La dimension financière du projet et sa faisabilité
  • La projection dans l’avenir de votre franchise

Donner de l’importance au besoin en fonds de roulement

Aussi appelé BFR, le besoin en fonds de roulement revêt une importance fondamentale, notamment pour les activités où il existe un décalage entre le démarrage et les premiers encaissements. Le BFR représente le montant qu'une entreprise doit financer afin couvrir le besoin résultant des décalages des flux de trésorerie correspondant aux décaissements (dépenses) et aux encaissements (recettes) liés à son activité.

Les éléments de financement du projet

Pour créer une franchise, il faut des ressources personnelles car aucune banque ne va financer un projet si l’entrepreneur n’apporte pas de fonds propres. La règle veut que ce montant que vous apportez, l’apport personnel, représente environ 30% de l’investissement global nécessaire à la réalisation du projet. Les franchisés ayant peu d’argent disponible peuvent se tourner vers des réseaux qui nécessitent des moyens financiers limités. Ainsi, des secteurs comme le service à la personne réclament un apport personnel réduit. L’autre solution pour compléter ses fonds propres est de faire appel à ses proches ou de faire entrer un associé dans le projet. Il existe également des aides publiques, que vous pouvez solliciter auprès de France Initiative par exemple ou auprès de l’Adie dans le cadre de la micro franchise.

Comment évaluer la rentabilité de son projet en cours ?

Une entreprise franchisée est considérée comme rentable quand le cumul des résultats nets avant impôt (RNAI) qu’elle a dégagés depuis le début de l’exploitation du concept, devient supérieur à l’apport personnel du franchisé.

Pour les experts, le ratio principal à prendre en compte est donc le résultat engendré par la franchise une fois toutes les charges payées (produits, coût de l’emplacement, emprunts contractés, coût du personnel, redevances prélevées par le franchiseur. Il faut également déduire l’éventuel salaire du dirigeant.

Le résultat net de la franchise peut atteindre, avant impôts, entre 5 et 15 % du chiffre d’affaires, c’est parfois plus, parfois moins.

Le retour sur investissement en franchise, c’est-à-dire la durée qu’il faut pour récupérer sa mise de départ, est généralement estimé à 5 ans.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Note moyenne 5/5 basée sur 1 votant