Dossiers de la franchise

Financement, contrat, tout ce qu’il faut savoir avant de vous lancer en franchise

Publié par , le

Nous vous proposons un petit guide des dépenses à prévoir et de la législation à étudier dans le cadre du lancement de votre franchise. De quoi sélectionner le projet qui vous correspond le mieux dans votre projet de création d’entreprise.

Droit d’entrée, royalties, apport personnel…

Droit d'entrée, royalties, apport personnelDerrière ce jargon se cache des postes de dépenses très concrets, dont certains sont prélevés une seule et unique fois quand d’autres sont à verser tout au long du contrat.

  • Droit d’entrée : il est réclamé par le franchiseur avant l’ouverture du magasin, et il sert notamment à financer la formation et les frais de publicité permettant de faire connaître le point de vente sur une cible géographique locale. Il peut être pris en charge par des organismes de financement sur demande.
  • Royalties : il s’agit d’un pourcentage (entre 2 et 10%) prélevé chaque mois sur le chiffre d’affaires réalisé, donnant le droit d’utiliser le nom de l’enseigne et ouvrant également l’accès à une assistance de la part du franchiseur, de la formation ou encore la visite d’animateurs réseau.
  • Redevances de publicité : pesant entre 0.5 et 5% du chiffre d’affaires hors taxes, les redevances de publicité étaient auparavant incluses dans les royalties. Elles font désormais l’objet d’un prélèvement séparé pour plus de transparence.
  • Investissement global : cela représente l’ensemble des sommes à apporter pour ouvrir sa franchise, à l’exception du coût du local éventuel, certaines franchises n’en nécessitant pas. On y inclut donc le droit d’entrée, les frais d’aménagement du point de vente, le matériel informatique, le stock initial, les frais de création d’entreprise, le besoin en fonds de roulements (BFR). Le franchisé apporte généralement 30% de l’investissement global, le restant étant supporté par un prêt bancaire.

Trois documents : le Code de Déontologie Européen, le DIP et le contrat de franchise

  • code de déontologie européenLe DIP : le Document d’Information Pré-contractuel doit obligatoirement vous être remis dès le départ par le franchiseur, qui vous laisse alors trois semaines de réflexion avant de signer et de vous engager à 100%. A noter que toute enseigne souhaitant exposer sur le salon Franchise Expo Paris doit présenter un DIP conforme et validé par les instances (la Fédération française de la franchise). C’est un gage de sérieux incontournable pour les candidats.
  • Le Contrat de franchise : il s’agit de la règle du jeu, qui traduit noir sur blanc la stratégie d’implantation du réseau. Il est renouvelable et en principe non négociable. Sa durée s’échelonne entre 5 et 7 ans en moyenne.
  • Le Code de Déontologie Européen : n’a pas de caractère contraignant, mais il harmonise les différentes législations des pays de l’Union. Son étude peut s’avérer importante si vous optez pour une franchise d’origine étrangère.

Financement, contrat, tout ce qu’il faut savoir avant de vous lancer en franchiseEn devenant franchisé, vous bénéficiez immédiatement d’une notoriété, d’un accès à des achats négociés, d’une formation et d’un savoir faire.

Mais pour cela, il vous faut réellement souhaiter devenir votre propre patron, ce qui peut s’avérer chronophage. Aussi est-il nécessaire de monter son projet en plein accord avec sa famille.

Auto-évaluez-vous en gardant à l’esprit que ce sont essentiellement des qualités de bon commerçant et de bon manager qui sont requises.

Autre point important, gardez à l’esprit qu’il vous faut ressentir une vraie affinité avec le produit ou le service que vous commercialisez, avec le concept que vous choisissez mais également avec le franchiseur lui-même.

Article tiré de la conférence présentée sur le salon Franchise Expo Paris 2018 par Boris Flèche, Responsable Formation à la Fédération française de la franchise.


Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Note moyenne 4.5/5 basée sur 2 votants