Dossiers de la franchise

Le Commerce Associé en librairie

Publié par , le

S’associer pour être plus fort, cela fonctionne dans le sport comme dans le commerce. Les multiples avantages de s’affilier à un réseau sont passés en revue dans le dernier ouvrage de Michel Choukroun, Le Commerce Associé, publié aux éditions Dunod

Un lancement en présence de Sylvia Pinel

Sylvia Pinel franchiseC’est au Ministère des Finances qu’une conférence de lancement de l’ouvrage a eu lieu le 25 janvier dernier, et de nombreuses sommités étaient présentes ce jour-là, au premier rang desquelles la Ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, venue en voisine de Bercy. Après une introduction de Guy Leclerc, Président de la FCA, Mme Sylvia Pinel a insisté en ouverture sur la bonne santé économique du secteur du commerce associé, dont les « groupements résistent mieux à la crise que d’autres types d’activité organisés différemment. Dans une conjoncture difficile, on enregistre une progression de 4,1% quand le commerce en général progresse de 2,5%. Et ces groupements représentent aujourd’hui près de 30% des parts de marché du commerce de détail ».
Quelques mois après sa nomination, Sylvia Pinel confirme la foi qu’elle porte dans le commerce en réseau, comme le prouve l’annonce de sa venue sur l’édition 2013 de Franchise Expo Paris (24 au 27 mars à la porte de Versailles).

Le Commerce Associé décortiqué par la FCA

Après le départ de la Ministre, place à un plateau réunissant Alexandra Bouthelier (Déléguée Générale de la FCA), Jean-Louis Bancel (Président du Crédit Coopératif), Odile Marion (Directrice Editoriale chez Dunod) et Michel Choukroun, auteur de l’ouvrage et consultant dans la distribution. Pour Jean-Louis Bancel , le commerce associé est un système vertueux, car il « permet à tout un chacun d’accéder à un poste de direction, sans être passé nécessairement par une sacro-sainte Grande Ecole ».
Michel Choukroun est revenu quant à lui sur la sélection de 40 personnalités interviewées pour son ouvrage : « Je devais couvrir 30 secteurs d’activité afin de donner une photographie exacte de l’activité, et j’ai opté pour des réseaux aux caractéristiques très différentes (jeunes, anciens, de périphérie, de centre-ville…), afin de souligner la diversité qui règne dans le commerce associé ».

9 grands patrons devisent sur les perspectives du commerce associé

Suite à la présentation de l’ouvrage, le public a pu assister à une table ronde où ont témoigné 9 patrons d’enseignes de tous secteurs, donnant leur sentiment sur l’avenir économique à moyen terme et sur les conséquences sur leur métier du développement du e-commerce et du drive.
L’entente était quasi-unanime sur les difficultés économiques rencontrées tout au long de l’année 2012, même si de l’avis général, les groupements s’en sortent bien mieux que les indépendants. C’est ainsi que Bernard Cadeau, Président d’Orpi, note que même si l’immobilier a connu des difficultés en France, son réseau a terminé le dernier exercice avec un solde net positif d’agences.
Puis le débat s’est focalisé sur les mutations qu’entrainent les nouvelles technologies.
Le Drive, phénomène prenant de plus en plus d’ampleur, est analysé par Serge Papin, PDG de Système U, comme un « système ne fonctionnant que si la technologie est performante, ce qui nous oblige, et c’est tant mieux, à moderniser nos magasins. Nous croyons dur comme fer à ce procédé, dont le chiffre d’affaires double chaque année chez nous ».

Ces enseignes rentables recrutent
Franchise ERA IMMOBILIER
ERA IMMOBILIER

Agence spécialiste dans l'achat, vente, location

Apport 50 000 €

Franchise ORPI
ORPI

Premier réseau immobilier Français + de 1250 agences

Apport 40 000 €

Franchise Keymex France
Keymex France

Le futur de l'immobilier commence ici

Apport 150 000 €

Franchise Guy Hoquet l'Immobilier
Guy Hoquet l'Immobilier

Franchiseur d'Agences Immobilières

Apport 40 000 €

Et Michel-Edouard Leclerc, Président des Centres portant son nom, de conclure à propos d’internet,  en déclarant que « la question n’est plus de savoir si on se met au e-commerce ou pas, mais de savoir si on laisse les autres y aller à notre place. Il faut le voir comme une formidable opportunité de diversifier notre offre ».

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

0 vote