Dossiers de la franchise

Elles sont mamans et franchisées, pourquoi pas vous ?

Publié par , le

La franchise se féminise. Selon la dernière enquête CSA menée pour la Fédération française de la franchise, 44% des franchisés sont désormais des femmes. Elles n’étaient que 36% en 2009. Etre femme et chef d’entreprise n’est donc pas incompatible. Tout comme être entrepreneuse et maman. Sandra Cochemé, franchisée Laforêt, Sophie Gangnon, franchisée Babychou Services et Capucine Brun, franchisée Solvimo, sont toutes mères d’une famille nombreuse. Une situation qui ne les a pas empêchées de se lancer et de réussir en franchise.

Sandra Cochemé, franchisée Laforêt

Ces enseignes rentables recrutent
Franchise La Compagnie des Familles
La Compagnie des Familles

La meilleure compagnie pour vos enfants

Apport 15 000 €

Franchise Montessori NeoKids
Montessori NeoKids

Réseau de crèches

Apport 20 000 €

Franchise La Cabane d'Achille & Camille
La Cabane d'Achille & Camille

Micro-crèches centrées sur le bien-être des enfants

Apport 10 000 €

Franchise Babychou Services
Babychou Services

Garde d'enfants à domicile

Apport 20 000 €

Après un parcours professionnel quelque peu atypique, Sandra Cochemé est devenue franchisée du réseau immobilier Laforêt en 2008. A la tête d’une famille recomposée de bientôt quatre enfants, elle mène de front sa vie personnelle et sa vie professionnelle.

Sandra Cocheme Après des études de mathématiques, Sandra Cochemé a un rêve : devenir pilote de ligne. A 22 ans, en 1996, elle échoue à l’Enac (Ecole Nationale de l’Aviation Civile). Pour des raisons personnelles, elle décide finalement de laisser tomber sa passion et rejoint son père dans l’entreprise de vente et réparation moto qu’il vient de créer. Pour l’aider à passer le cap d’artisan, elle l’épaule dans la gestion, la comptabilité et le commercial. Mais le deuxième rêve de Sandra est de devenir chef d’entreprise. Volontaire et ambitieuse, la jeune-femme saute sur l’opportunité de reprendre à Paris une boutique dédiée à la moto et aux accessoires. Seule, de 1997 à 2001, elle va développer son entreprise. En 2001 naît sa petite Angie. « Mon entreprise reposait entièrement sur moi. Gérer mon bébé et ma société devenait difficile. J’ai décidé de vendre d’autant plus que le contexte du marché de la moto était difficile », explique-t-elle…

Lire la suite

Sophie Gangnon, franchisée Babychou Services

Avoir des enfants et être chef d’entreprise, c’est possible. La preuve avec Sophie Gangnon, franchisée Babychou Services depuis avril 2012 et maman de quatre enfants. Si l’entrepreneuriat la passionne, elle a toujours fait de ses enfants sa priorité. Quitte à se remettre au travail une fois sa maisonnée couchée. Portrait d’une entrepreneuse ET maman à plein temps.

Sophie Gangnon Babychou Le monde de l’entreprise, Sophie Gangnon est tombée dedans quand elle était petite ! A voir ces deux parents gérer leur société, elle a elle aussi attrapé le virus de la création. Ainsi, après des études littéraires, elle fonde avec son mari une société d’importation d’instruments de musique puis un site Internet. Pendant 15 ans, elle s’occupe de la gestion de ces deux entreprises. Son premier enfant Pablo nait en 1990, un an après la création de sa première entreprise. Trois autres suivront : Roméo en 1994, Paloma en 1997 et la petite Dora en 2004. Ce qui n’empêchera jamais notre super maman de poursuivre sa carrière. Quand Paloma a cinq ans, elle marque une pause dans l’entrepreneuriat et se reconvertit en maîtresse d’école Montessori. Une expérience qui va durer six ans. Mais chassez le naturel, il revient au galop ! « Le monde de l’entreprise me manquait terriblement ! »

Lire la suite

Capucine Brun, franchisée Solvimo au Pré-Saint-Gervais

Ayant travaillé durant dix ans dans la filière banque d’investissement du Crédit Lyonnais devenu le Crédit Agricole, Capucine Brun a eu trois filles prénommées Daphné, Scarlett et Calista pendant qu’elle était en poste. Après la naissance de son dernier enfant, elle a changé de carrière choisissant la franchise Solvimo pour se reconvertir.

Capucine Brun Solvimo Après avoir eu sa troisième fille, à 32 ans, Capucine Brun a souhaité se consacrer un peu plus à sa carrière et a commencé à postuler, munie d’un bon CV. « Les entretiens se passaient très bien mais je me heurtais toujours à la problématique des enfants. Cette discrimination m’a vraiment peinée et j’ai décidé de progresser autrement. » Capucine et son époux avaient déjà pensé à la création d’entreprise. « Mon mari, qui envisageait de monter sa boîte, m’a encouragée à me lancer à sa place. En 2008, il avait déjà démarché de manière personnelle des franchises dans le secteur immobilier. Nous sommes partis sur cette idée compatible avec la vie de famille et proche de nos centres d’intérêt. »

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

34 personnes ont donné leur avis sur cet article (note moyenne: 4/5)