Dossiers de la franchise

Franchise : trouver le local idéal

Publié par , le

Outre l’implication du chef d’entreprise et la pertinence du concept, la réussite d’une franchise passe également par l’adéquation concept/local. Ainsi, pour qu’un commerce fonctionne bien, l’emplacement doit être adapté au concept développé.

Dans la plupart des grandes métropoles, créer un fonds de commerce s’avère très difficile. Le plus souvent, le franchisé devra donc reprendre un commerce existant. « A Paris par exemple, il y a peu de foncier sauf dans les nouveaux quartiers. Par ailleurs, pour certaines activités, comme la restauration, il existe peu de créations puisque souvent les copropriétaires ne souhaitent pas accueillir ce type d’activité dans leur immeuble », expliquait Lucie Pollina, Conseillère transmission à la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris, lors de la dernière édition de Franchise Expo Paris.

Trouver un local : Aller là où se trouve le besoin

Pour cette spécialiste, trouver un fonds de commerce c’est avant tout trouver un bon emplacement. Pour le futur franchisé, il s’agit de procéder avec méthode. « Dans un premier temps, il faut bien étudier le concept de manière à déterminer dans quelle zone de chalandise il va pouvoir être implanté. A Paris comme dans les grandes villes, il s’agit d’aller là où la clientèle se trouve car vous n’allez pas créer le besoin mais aller là où il se trouve. » Le premier travail consiste donc à déterminer, à partir du DIP (Document d’Information Précontractuel), le positionnement du concept et à cibler le lieu où se trouve la clientèle potentielle. « Il s’agit de bien déterminer à qui s’adresse le concept avec un but : établir quelques zones où l’activité a du potentiel. C’est à partir de ce moment que l’on peut affiner la recherche sur les zones établies.Les m² et la configuration des locaux sont importants mais la clientèle supposée sur le territoire l’est encore plus. » Ensuite, le franchisé doit mener une étude sur le territoire déterminé en recensant l’offre existante mais aussi l’accessibilité de la zone, sa démographie ou encore le mode de vie de la population. Il ne faut pas éluder l’étude des projets d’implantation d’enseignes locomotives, de construction de nouvelles habitations, d’implantation d’infrastructures scolaires, de construction d’équipements collectifs ou encore de construction de bureaux lors de l’étude de la zone. Car tous ces éléments peuvent avoir une influence sur l’activité du futur commerce.

Les éléments à prendre en compte

Ces enseignes rentables recrutent
Franchise Le Jardin des Fleurs
Le Jardin des Fleurs

Fleuriste en libre-service

Apport 50 000 €

Franchise Carrément Fleurs
Carrément Fleurs

Entreprendre dans la composition florale

Apport 60 000 €

Franchise Hyperburo
Hyperburo

Vente multicanal de fournitures et mobilier de bureau

Apport 50 000 €

Franchise Le Cercle de la Vap
Le Cercle de la Vap

Un concept innovant de boutiques spécialisées en cigarettes électroniques et e-liquides construit autour de quatre piliers fondamentaux : qualité, conseil, accompagnement et service

Apport 20 000 €

Pour trouver son local, il existe deux marchés. Le premier, classique, des annonces et un second, moins évident, des commerçants ayant le désir plus ou moins affirmé de céder leur affaire. Pour accéder à ce second marché, il est essentiel de s’adresser à un professionnel en lui donnant un cahier des charges strict. « Lorsque le franchisé a identifié un local, il doit encore se demander s’il est bien adapté au concept développé. » De nombreux franchiseurs assistent leurs franchisés dans cette étape cruciale. Certains possèdent même un service dédié à cette activité. C’est le cas du chocolatier Réauté Chocolat . Ainsi, les équipes de l’enseigne détectent les lieux et les emplacements des futurs points de vente. Avec des critères précis. Le réseau implante ainsi ses points de vente dans des ZAC, en périphérie des agglomérations de plus de 50 000 habitants, sur des surfaces de 250 m² environ. Toutes les questions liées à la viabilité du projet sont étudiées par les équipes internes qui gèrent également les travaux et l'aménagement du magasin.

Avant de s’engager avec un propriétaire, il faut bien étudier les documents pré contractuels en demandant le plus tôt possible le contrat de bail, les trois derniers bilans, l’acte d’acquisition du fonds initial et les éventuels nantissements du fonds de commerce. « Sans connaissances particulières, il est recommandé de se faire conseiller pour le contrat de bail. Un mauvais bail peut en effet entraîner des conséquences dramatiques. Enfin, il convient de ne pas faire d’offre sans avoir étudier tous les documents. »

Emplacement : les spécificités des franchiseurs

Lorsqu’il recherche un local, le franchisé doit bien entendu tenir compte des critères du franchiseur. Et toutes les enseignes ne recherchent pas le même type d’emplacement. Ainsi, Memphis Coffee , historiquement implanté dans les zones de loisirs, s’installe également sur des zones entrantes de villes, à fort flux de véhicules alors que le spécialiste du prêt-à-porter ?Karl Marc John cible, pour ouvrir ses boutiques de 40m², les axes principaux de commerce des villes de plus de 50 000 habitants. Autre exemple incontournable : Monceau Fleurs . Le spécialiste de la distribution de fleurs et plantes en libre-service a construit son parc de points de vente sur des axes pénétrants et sortants en emplacement n°1bis ou 2, sur des superficies comprises entre 100 et 150 m² avec une zone de chalandise d’un minimum de 25 000 habitants. Mais le franchiseur possède un autre critère déterminant : ses magasins doivent se trouver en angle et doivent être pourvus d'une grande vitrine et d'un large trottoir. Autant d’éléments que le franchisé doit prendre en compte s’il souhaite se lancer avec l’enseigne.
Franchise Karl Marc John

Fonds de commerce, droit au bail, pas de porte : des notions fondamentales à maîtriser

Lorsqu’il désire se lancer, le franchisé peut choisir d’acheter les murs d’un local si ses moyens financiers sont suffisants ou de le louer. Dans ce cas, il doit la plupart du temps payer un pas de porte ou un droit au bail pour conclure son bail commercial. Et il est important de bien maîtriser les spécificités de ces termes car le fonds de commerce, le droit au bail et le pas de porte sont trois notions bien spécifiques.

Ainsi, le pas de porte se paie au propriétaire des murs lorsque l’on conclut le bail. Il s’agit, dans ce cas, de l’une des clauses du bail et c’est un montant qui vient en complément du loyer convenu avec le propriétaire. Le droit au bail s’acquitte auprès du locataire sortant, en cas de reprise d’un bail existant. Il s’agit, dans ce cas, d’une clause du contrat de cession de bail.

Le franchisé ne peut donc être amené à payer à la fois un pas de porte et un droit au bail.

On parle de fonds de commerce lorsque l’acquéreur achète non seulement le droit au bail mais aussi la clientèle de son prédécesseur et donc, d’une certaine manière, son chiffre d’affaires. ?Le franchisé peut également opter pour la location d’un local sans avoir à verser de pas de porte ou de droit au bail. Dans ce cas, le loyer est généralement plus élevé puisqu’il inclut à la fois le montant de la valeur locative des lieux et l’amortissement d’un droit d’entrée qui n’est pas versé à la conclusion du bail.

Formation création d’entreprise : se former à la franchise

La Fédération Française de la Franchise, partenaire de l’Observatoire de la Franchise, propose des formations à destination des franchiseurs, mais également des franchisés et futurs franchisés. Sur place ou à distance, le prix des cours démarrent à partir de 50€ seulement, et permettent d’être rapidement opérationnel. A découvrir directement sur le site dédié

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

72 personnes ont donné leur avis sur cet article (note moyenne: 4/5)