Interview franchise Del Arte

Un entretien avec Louis Le Duff, politique de développement

Louis Le Duff - le

Louis Le Duff vient de publier chez Albin Michel, un ouvrage sur la franchise. Docteur en Sciences de Gestion et auteur d’une thèse très remarquée sur la franchise, il expose ici ses motivations, quelques unes des raisons de ses succès et donne à tout entrepreneur l’envie de suivre ses pas. Un entretien avec un entrepreneur pas comme les autres.

: Quelles recettes appliquez-vous pour réussir un tel développement en France et à l’étranger ?

Louis Le Duff : Tout d’abord, le groupe est composé de professionnels hautement qualifiés, formés et partageant la même motivation : la confiance et la satisfaction du client. Par ailleurs, nous attachons une attention toute particulière à nos gammes de produits qui sont de grande qualité, variés et qui évoluent en permanence.
Ensuite, et cela va de soit, ce sont les clients qui font la réussite d’une entreprise.
Nous sommes sur des produits qui correspondent parfaitement à la consommation mondiale. L’uniformisation du commerce, l’image des produits français font que nous surfons sur cette vague. Il est clair que les modes de vie ont tendance à s’uniformiser. J’ai tendance à comparer ce qu’est Starbucks dans le domaine du café avec ce que nous réalisons dans la viennoiserie. Les gens ne veulent plus passer deux heures pour déjeuner, ils recherchent un service plus souple, plus rapide. Dans tous les pays, on a tendance à faire la journée plus ou moins continue. Ceci est vrai aux Usa, en France, mais également à Shangaï et dans quelques années, vous constaterez le même phénomène dans les villes chinoises plus reculées. J’en suis convaincu.
Quand on parle de mondialisation, cela ne veut pas dire que tout le monde boit du Coca et mange des hamburgers. Les « produits régionaux » deviennent mondiaux. C’est vrai pour la vodka, comme pour la viennoiserie, les « french fries »… Nos produits se situent dans la tendance, avec le café, les viennoiseries, la pizza, le pain... Je ne connais pas un pays où les gens ne consomment pas ces produits !
De plus, les étrangers achètent un « art de vie à la française ». Nous vendons, par exemple, la Normandie aux américains, dans nos 70 restaurants La Madeleine. Vous savez, les américains ont tous un ancêtre qui a fait le débarquement en Normandie !
Alors, évidemment, nous devons nous adapter à certains modes alimentaires, certaines habitudes, mais c’est cela la franchise.

Vous venez de publier chez Albin Michel, un livre intitulé « Réussir en toute franchise… ». Pourquoi cet ouvrage, quel est son but ?

Les français connaissent mal la franchise. Ils ne savent pas très bien ce qu’elle peut apporter à un créateur d’entreprise. La plupart des livres existants dans ce domaine ont été écrits par des Experts, juristes, financiers, comptables… Ils sont très techniques et concernent des gens qui sont déjà avertis. J’ai donc voulu un ouvrage de vulgarisation, écrit dans un français que tout le monde peut comprendre.
Aujourd’hui, lorsqu’un entrepreneur veut créer son entreprise, s’il le fait en indépendant, il se transforme en véritable kamikaze économique. Il a beaucoup plus de chance de réussir en s’adossant à une franchise. Vous savez, en 25 ans de carrière, depuis le lancement de mon premier établissement, j’ai fait beaucoup d’erreurs, j'ai tatonné pour arriver à créer ce groupe. Aujourd’hui, je peux aider un entrepreneur à ne pas se tromper, parce que j’ai testé, éprouvé mes concepts.
La franchise apporte des outils qui évitent de tâtonner pour trouver la bonne formule, celle qui marche, qui vous fait gagner de l’argent.
C’est un manuel de réflexion qui doit permettre à l’entrepreneur de se poser les bonnes questions et de mettre de son côté tous les atouts pour réussir. Il ne faut pas se leurrer, la décision de rallier tel ou tel réseau ne vient pas des données juridiques, ni même financières. Il s’agit de s’assurer que votre franchiseur va vous transférer un réel savoir-faire.
Mais j’ajoute quand même que ce qui fait qu’une entreprise réussit, c’est le talent de son dirigeant. L’argent n’est qu'une conséquence, qui permet d’aller plus loin.

Quelle est votre politique de développement, notamment à l’étranger ?

Nous sommes surtout présents en Europe Occidentale où nous comptons 90 % de nos implantations, mais le groupe a de grandes ambitions à l’étranger et en Amérique latine notamment. L’Argentine où nous sommes déjà présents, avec 34 établissements ouverts, est un peu notre tête de pont. Dans les mois qui viennent, nous allons également nous implanter au Chili, puis au Brésil, au Venezuela et en Colombie.

Louis Le Duff
Président fondateur du Groupe Le Duff
Docteur en Sciences de Gestion
Chevalier de l’Ordre National du Mérite
Entrepreneur de l’année 1995.

Le Groupe Le Duff
1976 - Création de la 1ère Brioche Dorée à Brest,
1983 - Création des Pizzerias Lucio
1984 - Création de la première usine Bridor à Montréal
1988 - Bridor arrive en Europe
1989 - Rachat du Fournil de Pierre
1995 - Rachat au groupe Accor de Pizza del Arte
2001 - Rachat de La Madeleine aux USA

Le groupe compte aujourd’hui plus de 550 restaurants et boulangeries dont 30 % sont en franchise.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Soyez le premier a donner votre avis (note moyenne: 0/5)

Vous souhaitez devenir franchisé Del Arte ?

Franchise Del Arte
Del Arte

Pizzas, Pastas, et gastronomie italienne

Apport 175 000 €

Pour ouvrir une franchise Del Arte il faut un apport personnel de 175 000 €. Vous souhaitez créer une entreprise dans le secteur Franchise restaurant
Votre projet de création s'oriente vers le secteur pizza ?
Découvrez les meilleures franchises répérées par l'observatoire sur notre page dédiée à la franchise pizza, mais également les chaines spécialisées sur la page franchise Franchise restaurant

Actualités

Interviews