Dossiers de la franchise

Les enseignements de l’étude de Xerfi pour le FCA à propos du dynamisme du commerce dans les territoires

Publié par , le

Dévoilés le 7 mars 2018, les résultats de l’étude commandée à l’Institut Xerfi par la Fédération du Commerce Coopératif et Associé mettent en lumière le rôle de ce type de commerce dans la dynamisation des territoires et leurs retombées économiques positives à l’échelon local. Retour sur cette étude présentée par Eric Plat et Alexandra Bouthelier, respectivement Président et Déléguée Générale de la Fédération du Commerce Coopératif et Associé.

L'Observatoire vous recommande ces enseignes :
Franchise Netto
Netto

Réseau de distribution hard-discount

Apport 90 000 €

Franchise Sport 2000
Sport 2000

Distribution d'articles de sport et de loisirs

Apport 200 000 €

Franchise Intermarché
Intermarché

Distribution de produits alimentaires

Apport 175 000 €

Franchise Passion Beauté
Passion Beauté

Parfumeries & Instituts de beauté

Apport 100 000 €

Le FCA représente 7% du PIB Français

En commandant cette étude, la FCA souhaitait mesurer l’impact du Commerce Associatif sur la sphère économique dans les zones locales, et notamment le comparer à l’effet des succursales.

« Concernant l’impact du commerce associé, il est indéniablement considérable puisqu’il pèse pour 7% du PIB français » commente Eric Plat en guise d’entrée en matière. Ces 150.3 milliards de chiffre d’affaires représentent 30% du commerce de détail et emploient 546 769 personnes au sein de 45 245 points de vente, tirés par de grands secteurs locomotives comme l’alimentaire (Intermarché, Netto, Leclerc…) ou l’optique (avec des marques comme Optic 2000 ou Atol, cette dernière étant présidée par Eric Plat).

Eric plat Alexandra bouthelie

Des implantations au plus proche des Français

Sur les quatre années allant de 2011 à 2015, si le commerce dans son ensemble a connu une légère baisse de son CA de -0.4% par an, le commerce associé a quant à lui progressé de +.04%, ce qui est remarquable, d’autant que la tendance est identique en 2016 et 2017.

SI l’on se rapproche des agglomérations, on constate que le commerce associé est sous-représenté en Ile de France, en PACA et en Corse « en raison de prix de l’immobilier déraisonnables, qui incitent les succursalistes à installer des flagship stores pas toujours rentables mais bons pour l’image de marque » détaille Alexandra Bouthelier. Certaines coopératives font de même, mais elles ne sont pas légion, à l’instar de l'Intersport de la rue de Rivoli ou du Village JouéClub du boulevard des Italiens, tous deux à Paris.

Conséquence, les commerces associés ont tendance à ouvrir majoritairement dans des villes de taille intermédiaire de moins de 50 000 habitants, voire moins de 10 000, où ils touchent au total 75% de la population française, soit plus que les succursalistes, qui préfèrent les grandes villes, certes plus passantes, mais moins nombreuses, au regard des 36 000 communes existant en France. L’écart de la présence des magasins intégrés et des associés est de 20 points en pourcentage si l’on se concentre sur les communes de moins de 10 000 habitants, ce qui est riche d’enseignements quant au lien économique et social créé par ces boutiques de proximité.

L’étude démontre également la forte représentation des commerces coopératifs et associés au cœur des agglomérations, à hauteur de 65.2%, là où les succursales sont bien moins représentées dans ces zones. Ces données se vérifient sans considérer la taille des villes étudiées, puisqu’on constate ce phénomène aussi bien à Marseille, Lyon et Toulouse qu’à Périgueux, Lannion ou Porto-Vecchio.

Un effet vertueux pour l’économie locale

Le fait que le commerce associatif soit si présent au cœur des villes a un impact très positif en termes de retombées financières pour les communes, puisque tous les bénéfices sont reversés directement localement, contrairement à de grandes chaînes internationales qui pratiquent l’optimisation fiscales via des holdings. Ainsi, par rapport au commerce pris dans son ensemble, 42% des taxes et 48% de l’impôt sur les sociétés proviennent des commerces associés et coopératifs, ce qui est très positif : « Le FCA privilégie le local ou lowcost » résume par un bon mot Eric Plat, en guise de conclusion.

Méthodologie : l’étude XERFI a été menée pour la FCA sur un périmètre constant en agrégeant des données relevées entre 2011 et 2015 en France métropolitaine, et 14 secteurs d’activité ont été analysés, soit 94% du chiffre d’affaires des adhérents à la FCA en 2016.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

0 vote