Dossiers de la franchise

Salariés, ils sont devenus franchisés

Publié par , le

La franchise constitue un excellent moyen d’entreprendre, notamment pour les salariés qui veulent se lancer. Avec un accompagnement et de la formation, ces derniers peuvent en effet créer leur entreprise en minimisant les risques. Découvrez le témoignage de quatre franchisés ex salariés.

Salariés, ils sont devenus franchisésAlexandre Petit, franchisé Cash Express, s’est lancé à 26 ans. Après des études de cuisine effectuées par passion, il est entré dans le monde actif en rejoignant l’entreprise Phone Régie. « Pendant cinq ans, j’ai acquis de l’expérience, j’ai évolué et puis j’ai eu l’opportunité de faire une formation de trois mois pour apprendre à monter son entreprise », témoigne celui qui a choisi de devenir franchisé alors qu’il avait 25 ans. « J’ai choisi la franchise pour être épaulé. L’appui d’un réseau pouvait m’aider sur la partie métier et me permettait d’aller plus vite. »

Olivier Bigeard, franchisé Keep Cool est un autodidacte. Cuisinier de métier, il a évolué dans le secteur de la grande distribution au poste de directeur de magasin et de responsable de secteur pour le groupe Casino pendant 20 ans. «J’ai beaucoup appris dans la grande distribution. Il y a deux ans, j’ai quitté ce secteur pour devenir franchisé Keep Cool. D’anciens collaborateurs avaient franchi le pas avec cette enseigne et, suite à leur expérience, j’ai décidé de rencontrer le franchiseur. »

Jean-Luc Kersac'h est devenu franchisé Diagamter quand, à 45 ans, il s’est demandé ce qu’il allait faire ces 20 prochaines années, après avoir été directeur des ventes d’une grosse entreprise américaine. « J’ai réfléchi pendant un an à ce que j’étais capable de faire et comment mettre à profit mon expérience. J’ai analysé mes forces et mes faiblesses et puis je me suis orienté vers le secteur du diagnostic immobilier. »

Anne Lety, franchisée Le Jardin de Fleurs, a eu une brève expérience d’entrepreneuriat en franchise à 20 ans en Irlande dans l’enseignement du français, puis a effectué sa carrière professionnelle dans le secteur des ressources humaines. « Ma première expérience entrepreneuriale m’avait conforté dans le fait qu’un jour je créerai ma société. Mais je voulais d’abord acquérir de l’expérience et une maturité professionnelle. » La franchise l’a finalement rattrapée. « J’avais envie de changer de métier et d’aller vers une société à taille humaine où je pourrais voir l’impact de mes décisions sur mon activité. »

Trouver sa franchise

C’est sur le salon Franchise Expo paris qu’Alexandre Petit a trouvé son réseau. « Je m’intéressais au secteur de l’achat vente et j’avais pris rendez-vous avec les principaux acteurs. Pour le premier, je n’avais pas assez d’apport personnel et j’avais une vision différente du marché et de la manière de l’aborder avec le deuxième. Sur le stand de Cash Express, j’ai reçu un excellent accueil et j’ai senti que nous avions la même philosophie. »

C’est également sur le salon Franchise Expo Paris que Jean-Louis Kersac’h a trouvé son franchiseur. « J’ai rencontré un franchisé qui avait le même parcours que moi un an avant. Nous avons longuement échangé et je pense que cette conversation, ainsi que celle j’ai eue avec le franchiseur, a déclenché mon envie d’entreprendre avec Diagamter. »

Après avoir rencontré le franchiseur de ses anciens collaborateurs, Olivier Bigeard s’est renseigné sur le modèle économique et la rentabilité du concept Keep Cool. « J’ai aussi étudié les enseignes concurrentes puisque la remise en forme est un secteur très concurrentiel. J’ai trouvé que Keep Cool était une enseigne différenciante. A partir de là, j’ai suivi le parcours traditionnel d’intégration. » Olivier Bigeard ouvrira son deuxième centre sous enseigne Keep Cool en octobre et a déjà programmé l’ouverture d’une troisième unité.

Anne Lety a eu l’opportunité de se former au métier de fleuriste via une formation Fongecif alors qu’elle était encore salariée. « J’ai longtemps cherché le domaine qui m’intéressait. Quand j’ai choisi celui de la fleur, j’ai rencontré tous les franchiseurs du domaine et rencontré beaucoup de franchisés. Le réseau Le Jardin des Fleurs est celui dont le discours du franchiseur m’a paru le plus cohérent », témoigne-t-elle.

L’aide du franchiseur

Alexandre Petit, franchisé Cash Express, était jeune et a du mal à lever des fonds pour créer sa franchise. « Je n’avais pas d’expérience dans la gestion d’un commerce et j’avais peu d’apport personnel. J’ai rencontré une dizaine de banques. Durant tout ce processus, le franchiseur m’a appuyé sur la création du business plan. Ensuite, quand mon associé a décidé de quitter l’aventure au bout de six mois, il m’a aidé à recruter pour que je puisse me concentrer sur la gestion de l’entreprise, ce que faisait auparavant mon partenaire, et non plus seulement sur de la partie achat. »

De son côté, Jean-Louis Kersac’h profite pleinement de la veille permanente effectuée par son réseau. « Nous sommes positionnés sur un métier très technique et je bénéficie d’un vrai support avec une direction technique et une direction informatique. Nous pouvons aussi compter sur les autres franchisés pour échanger des informations et se dépanner, c’est très rassurant. »

Olivier Bigeard assure quant à lui avoir été accompagné à toutes les étapes de son projet, et plus particulièrement pour la partie financement. Une aide qu’Anne Lety a aussi pu apprécier. « Les franchiseurs ont la capacité de nouer de bonnes relations avec les banques. Ces dernières, qui disposent désormais quasiment toutes d’un pôle franchise ont une vraie connaissance des franchises, et cela aide énormément les franchisés en recherche de financement. »

Propos recueillis lors d’une conférence animée par François Simoneschi à l’occasion du salon Franchise Expo Paris

Quittez le salariat pour la franchise!
Franchise Le Jardin des Fleurs
Le Jardin des Fleurs

Fleuriste en libre-service

Apport 10 000 €

Franchise Agenda Diagnostics
Agenda Diagnostics

Réseau leader sur le marché du diagnostic immobilier depuis 25 ans

Apport 15 000 €

Franchise Cash Converters
Cash Converters

Achat et vente de produits d'occasion aux particuliers

Apport 50 000 €

Fitness Park
Fitness Park

Salles de sport dernière génération

Apport 200 000 €

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Note moyenne 4.5/5 basée sur 1 votant