Interview franchise Morphocoiffure

Un entretien avec Marc Dugast

Marc Dugast - le

La coiffure autrement ! La bataille que se livrent les grands groupe pour le développement des réseaux de coiffure montre l’importance du secteur. Marc Dugast a conçu un concept qui allie le savoir faire du coiffeur à celui de l’esthéticien et du conseil en beauté. Fervent défenseur d’une beauté plus naturelle et moins esclave des modes, il propose un concept à deux étages qui permet aux franchisés de tester la formule, puis de créer un salon plus proche du Spa que du salon de coiffure. Son analyse sur le secteur ne manque pas de pertinence et montre sa connaissance du marché.

: Quelle est votre analyse de marché de la beauté ?

Marc Dugast : Notre secteur d’activité est très consommateur de charges salariales.
Le taux horaire est très coûteux, il est de l’ordre de 30 à 35 € et une masse salariale bien gérée, dans nos activités est de l’ordre de 50 % du CAht, et atteint souvent 60%.
Et on ne peut indéfiniment augmenter le coût d’une prestation. Le client ne l’acceptera évidemment pas. Alors aujourd’hui ce qui fait vivre un salon, c’est le trafaic et bien entendu la qualité du service.
Toutes les enseignes mettent des procédures pour réduire le temps passé auprès des clients. Ce ne peut être qu’au détriment de la qualité.


D’autre part, nous évoluons dans un secteur, le soin de la personne, qui est morcelé. Coiffure, onglerie, relaxation, bronzage, massages, maquillage… Les instituts regroupent rarement plus de 2 activités. Et chacune est bien entendu consommatrice de main d’œuvre. Il est donc nécessaire de concevoir des concepts qui regroupent plusieurs activités et permettent des économies d’échelle tout en séduisant une clientèle plus nombreuse.
Notre concept de beauté englobe un ensemble de prestations, avec naturellement la coiffure comme activité centrale et morphocoiffure comme spécificité.
Nous rejoignons progressivement le concept du SPA, ce qui pour moi est une priorité.
Je suis convaincu que l’entreprise de services de nos domaines devra englober l’ensemble des soins de la personne.

Quelle est l’évolution que vous prévoyez sur ce marché ?

Il faut apporter une réponse à cette problématique et en même temps répondre à l’évolution du marché.
Notre clientèle attend autre chose qu’une simple prestation. D’ailleurs on le sent bien dans nos salons. Outre la réalisation de la prestation promise, la cliente a besoin d’être écoutée et conseillée.
Et dans le domaine de la beauté, il est possible d’apporter une réponse globale.
Encore un exemple significatif du morcellement du secteur, le métier du relooking est morcelé entre la coiffure, la beauté, le vêtement…
Je pense très sincèrement que le marché ira de plus en plus vers un conseil global. C’est notre objectif.

Parlez-nous de morphocoiffure ?

Je suis parti de l’Etre. C’est lorsque l’on comprend bien ce dont le client a besoin que l’on peut apporter une réponse satisfaisante. Il y a non seulement l’aspect esthétique (coiffure, maquillage…), mais aussi psychologique. Rééquilibrer l’ensemble de l’être, c’est aussi passer par une meilleure hygiène de vie. Si on mange mal, sin on dort mal, le relooking ne sert à rien. Aider quelqu’un à maigrir, c’est aussi trouver une réponse aux causes de son mal être.
Aujourd’hui, les médias parlent tous de « bien-être », mais nous n’en avons jamais été aussi éloignés.
Imaginez, nous sommes dans un monde où même les médecins doivent gagner de l’argent. On en voit les abus en matière de chirurgie esthétique.
Moi, je vais jusqu’à dire que tout le monde ment. L’objectif des professionnels (y compris de la santé) est de faire de l’argent. Et le système est tel que si l’on refuse une prestation à une cliente, parce qu’on estime que ce n’est pas une bonne réponse à son mal réel, elle repart mécontente.
Je pense que les entreprises du secteur seront amenées à revoir leur développement pour diminuer la part de la main d’œuvre dans leurs comptes d’exploitation.

Que proposez vous pour corriger ces phénomènes ?

La réponse que je propose est : chaque femme est belle et je leur explique pourquoi. D’ailleurs, si les canons de la beauté ne se résumaient qu’aux images des magazines, très peu d’hommes et de femmes trouveraient l’amour. C’est heureusement loin d’être une réalité. Quand une femme est bien dans sa peau, naturellement elle devient séduisante.
Il faut que chacun puisse tirer partie de son esprit. C’est de l’être que tout part.
C’est cela notre métier. Et je vais vous dire, c’est tellement plus satisfaisant pour un professionnel.

Quelle est votre méthode ?

Nous partons de l’être et nous utilisons la mode. Mais pas comme une caricature. A bon escient. Nous aidons la cliente à s’identifier à l’image qu’ell se fait d’elle-même.
Alors nous pouvons travailler sur les soins de la personne, sur le bien être, sur l’écoute, la relaxation et ce qui est merveilleux, c’est que cette activité « consomme moins de coûts horaires pour l’entreprise. On peut travailler sur plusieurs cabines, vendre des produits…
Quand vous visitez nos centres, vous comprenez que nous avons un réel processus, des méthodes des outils… un savoir-faire.

Quels sont vos objectifs de développement ?

Nous avons une vingtaine de salons dont 13 sont ce que nous appelons des « Labels » et 7 franchises.
Notre principe, aujourd’hui est de favoriser l’ouverture de centres aui utilisent une partie de notre savoir-faire, sous notre nom, de façon à les préparer, dans un second temps à créer une franchise à part entière.
Quatre Labels viennent d’être créés et quatre autres son en chemin.
D’autre part, des contacts assez avancés ont été pris pour des ouvertures au Japon, en Tchéquie, en Russie, en Pologne et en Espagne.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Soyez le premier a donner votre avis (note moyenne: 0/5)

Les franchises qui recrutent dans le même secteur :

Franchise Equivalenza
Equivalenza

Spécialisée en parfums, cosmétiques et arômes

Apport 30 000 €

Saga Cosmetics
Saga Cosmetics

Le meilleur de la beauté à petits prix !

Apport 50 000 €

Pour créer une franchise Morphocoiffure il faut un apport personnel de . Vous souhaitez créer une entreprise dans le secteur franchise en parfumerie et cosmétique
Découvrez les chaines spécialisées sur la page franchise franchise en parfumerie et cosmétique

Ces enseignes se développent et recherchent des franchisés

Saga Cosmetics
Saga Cosmetics

Apport 50 000 €

Franchise Beauty Success
Beauty Success

Apport 150 000 €

Franchise Equivalenza
Equivalenza

Apport 30 000 €