Interview franchise Bazarland

Interview de Bernard Lévy, directeur général

Bernard Lévy - le

: Pour quelles raisons le hard discount dans le domaine du bazar possède les mêmes perspectives que dans l’alimentaire ?

Bernard Lévy : Dans l’alimentaire, le hard discount détient 13 à 14% de parts de marché, selon les études. Il représente 4000 points de vente en France, et les 15 enseignes du marché ouvrent actuellement 300 à 400 magasins par an. Aujourd’hui, les trois enseignes qui se détiennent l’essentiel du marché du hard discount, dont Bazar Land, totalisent environ 500 points de vente. Le hard discount peut suivre le même chemin que l’alimentaire, pour deux raisons.
Tout d’abord, le prix lui-même. Bazar Land propose des produits 5 à 40% moins chers que dans la distribution classique. Ces articles ne sont pas des articles de marques, d’où l’absence de surcoût classiquement liée à une marque telle que la publicité. Ces articles n’en demeurent pas moins de qualité, étant notamment réalisés aux normes françaises et européennes en matière de sécurité.
Seconde raison : les différents débats en cours sur le pouvoir d’achat. Les consommateurs sont désormais dans une démarche de recherche de magasins proposant des articles moins chers. Ils ont commencé ce mouvement avec l’alimentaire, en validant le fait qu’ils pouvaient obtenir des produits de qualité à moindre coût, et le poursuivent maintenant avec les produits non alimentaires. Le discount devient une culture.

Comment Bazar Land entend profiter de ce mouvement des consommateurs ?

D’ici dix ans, le nombre des enseignes dans le hard discount du bazar, qui se compte sur les doigts de la main, sera multiplié par 2 ou 3. L’offre répond encore aujourd’hui à la demande du marché, et nous désirons maintenir notre avance sur la concurrence. Sur ce secteur, nous sommes la deuxième enseigne développée en franchise de France. Notre objectif est d’atteindre la centaine de magasins d’ici 5 à 6 ans pour couvrir le territoire français de manière cohérente et de devenir leader sur notre marché.
Sur les quinze derniers mois, nous avons constaté un développement de la notoriété sur le plan national, auprès des investisseurs comme des clients. Notre enseigne propose 10.000 références dans le domaine de l’équipement de la personne et de la maison, ainsi qu’une quarantaine de gammes saisonnières et une vingtaine d’opérations publicitaires par an.

Comment comptez-vous vous développer ?

Nous nous développons notamment par cooptation. En effet, de nombreux franchisés possèdent déjà un magasin dans d’autres réseaux de franchise, situés sur les secteurs de l’alimentaire, du meuble, du jardinage ou du bricolage. Ils ouvrent un magasin Bazar Land en complément de leur activité initiale. La plupart d’entre eux ont su se positionner sur un secteur porteur au moment où il le fallait. : il y a 35 ans, il fallait ouvrir un supermarché alimentaire, il y a 25 ans un point de restauration rapide, et il y a 15 ans un hard discounter alimentaire. Désormais, il faut ouvrir un magasin de bazar discount. Tous ces formats de commerce se sont de plus intégrés dans la durée.
Autre axe de développement : les indépendants du bazar discount sans enseigne, qui sont 1500 à 2000 en France. Leur intérêt de rejoindre notre enseigne est d’être moins fragile face à la concurrence, et de recevoir l’apport de notre notoriété et de nos structures. Aujourd’hui, le commerçant doit aussi être chef d’entreprise et intervenir sur le juridique, la comptabilité, la communication… il lui est impossible de bien faire tous ces métiers. En rejoignant Bazar Land, l’indépendant peut confier tous ces travaux à la Centrale de l’enseigne et ainsi se concentrer sur son point de vente, en ne faisant que du commerce.

Un mot de conclusion ?

Il y a des métiers qui se créent et qui ont le vent en poupe, et le bazar discount en fait partie. Quand nous nous implantons sur un secteur, d’autres investisseurs se montrent immédiatement intéressés, comme cela a été encore le cas récemment à Montaigu. Nous « essaimons » ainsi, de proche en proche, tout en respectant la zone de chalandise de nos points de vente, d’environ 30.000 habitants.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

Soyez le premier a donner votre avis (note moyenne: 0/5)

Discount : solderie bazar et destockage : ces entreprises en croissance recrutent

Franchise Marché aux Affaires
Marché aux Affaires

Bazar, cadeaux, décoration, arts de la table

Apport 80 000 €

Franchise B&M / Babou
B&M / Babou

Distribution Discount

Apport 3 000 €

Franchise Bazarland

Soyez prévenu dès que cette enseigne recrute des franchisés sur notre site.

Politique de Confidentialité

Pour créer une franchise Bazarland il faut un apport personnel de 100 000 €.
Vous pouvez également consulter toutes les offres de Franchise bazar et les franchises du secteur Commerces spécialisés.

Interviews

Actualités

Ces enseignes se développent et recherchent des franchisés

Franchise Marché aux Affaires
Marché aux Affaires

Apport 80 000 €

Franchise B&M / Babou
B&M / Babou

Apport 3 000 €