Quel commerce ouvrir dans un village ?

ouvrir un commerce de village

Si le commerce de périphérie se développe particulièrement bien ces dernières années, les zones rurales et les petits villages offrent de belles opportunités à ceux qui veulent recréer du lien social. Et si les franchises aiment mailler les grandes métropoles, nombreuses sont celles qui souhaitent s’implanter au sein des petites villes. Alors quel commerce ouvrir dans un village ?

A l’heure où l’on parle beaucoup de la désertification du centre-ville, le commerce de proximité a un vrai rôle à jouer dans la revitalisation des villages. Supérette, boucherie, boulangerie, bar tabac, ou encore services à la personne constituent autant de commerces indispensables au bien-être des personnes âgées ne pouvant plus se déplacer, aux actifs ne souhaitant pas prendre leur véhicule et parcourir des kilomètres pour trouver les biens de première nécessité, tout comme aux jeunes ne disposant pas du permis de conduire pour se déplacer.

Quel sont les besoins en commerce dans un petit village ?

On appelle village une agglomération composée de peu d'habitants. Il s’agit d’un ensemble d'habitations assez important pour regrouper une unité religieuse ou administrative, mais plus petit qu'une ville. Ouvrir un commerce sur ce type d’implantation nécessite de réaliser une bonne étude de marché et un business plan réaliste. Il convient dans un premier temps d’étudier les besoins sur la zone et d’y étudier la concurrence. Il faudra également analyser l’investissement nécessaire pour être sûr de pouvoir atteindre son point mort et réaliser des bénéfices. Et si l’on pense que seuls les commerces de proximité peuvent trouver leur clientèle, ce n’est pas tout à fait vrai. Car la demande est plus vaste et de nombreux réseaux de franchise ont adapté leur modèle pour pourvoir s’implanter sur des zones rurales de faibles densité. Des enseignes de fitness, de rééquilibrage alimentaire ou encore de salon de coiffure ou institut de beauté ont imaginé des formats dédiés aux petites villes.

Quelles sont les enseignes souhaitant mailler les petites villes ?

boulangerie village

Le secteur de la boulangerie fait bien évidemment partie de ceux qui trouvent leur place en zone rurale. Des enseignes comme La Mie Câline, Boréa ou Brioche Dorée recherchent des candidats. Les apports personnels nécessaires varient de 60 000 à 120 000 euros. Avec un avantage pour ce type de commerce : la possibilité d’entreprendre en couple.

Les supérettes ont compris l’intérêt de s’implanter au cœur des petites villes. Ces épiceries de proximité sont accessibles à partir de 5 000 euros d’apport pour Carrefour City, Carrefour Express, 8 à Huit ou Carrefour Contact. D’autres enseignes telles que Spar, Proxi, Vival ou Le Petit Casino peuvent également proposer des opportunités d’implantation dans les villages.

Le service à la personne, secteur créateur d’emplois, peut à la fois satisfaire les habitants des zones rurales mais également ceux qui cherchent à travailler. Il existe dans ce domaine de multiples réseaux spécialisés ou généralistes. Les enseignes dédiées à la garde d’enfants (Babychou Services, Family Sphere, Kangourou Kids, Nounou ADOM…), dans le ménage-repassage (Shiva, Adèle), d’assistance aux personnes âgées (Petits-Fils, Age d’Or Services, Aquarelle, AD Seniors…) de portage de repas (Les Menus Services) ou plus généralistes (O2, Générale des Services, APEF, Centre Services, AXEO Services, Confiez-Nous, Vivaservices…) mais également de location de matériel médical (Bastide, Cap Vital Santé, Distri Club Médical) ont toutes leur place dans les zones rurales avec un avantage pour le créateur d’entreprise qui souhaiterait ouvrir sa franchise : le ticket d’accès reste accessible avec ce genre de réseaux.

D’autres réseaux peuvent être intéressés par les petites communes. Cela peut être le cas de certaines enseignes de fitness mais aussi des instituts de beauté ou des centres de rééquilibrage alimentaire.

Rentabilité : ouvrir un commerce dans un village est-il rentable ?

Il faut savoir qu’un commerce installé dans un village réalisera certainement moins de chiffre d’affaires qu’une grosse unité implantée en centre commercial, retail park et au cœur d’un grand centre-ville mais les enjeux sont différents. En ouvrant un commerce de proximité dans un village, on peut recréer du lien social et participer pleinement à la revitalisation d’un territoire. Et les résultats peuvent s’avérer payants dès lors que le franchisé est impliqué et arrive à fidéliser sa clientèle, voire à la diversifier avec les habitants des communes des alentours. L’avantage d’ouvrir son commerce dans un village est également de bénéficier d’un bail commercial à un coût intéressant, permettant ainsi d’augmenter sa rentabilité.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

0 vote