Dossiers de la franchise

Rencontre avec Gilles Raison, Directeur général de JUST EAT France

Publié par , le | Franchise restauration

La livraison est aujourd’hui omniprésente en France et concerne la quasi-totalité des acteurs de la restauration commerciale, les chaînes bien entendu mais aussi les opérateurs indépendants qui en font un vrai levier de chiffre d’affaires. Leader mondial de la restauration livrée, JUST EAT est aujourd’hui présent dans 13 pays, avec plus de 100 000 restaurants en activité. En France, la société est un poids lourd du secteur et travaille avec 8000 restaurants et prévoit d’en compter près de 10 000 en portefeuille fin 2019.

-Samuel Burner : Quel est le champ d’action de Just Eat ? Combien de restaurants avez-vous en portefeuille à ce jour ? Quelles sont vos ambitions à fin 2019 ?

-Gilles Raison : Présent dans 13 pays et représenté par près de 100 000 restaurants, Just Eat est également un acteur de taille en France, avec un parc de plus de 8 000 établissements, dont une grande partie assure soit même le service de livraison.

Le marché français de la livraison a un énorme potentiel, avec une demande qui ne fait que grossir !

Gilles Raison

Présent dans 2 000 villes en market place, nous assurons également la livraison de repas avec notre partenaire Stuart dans une centaine de villes, avec près de 2500 restaurants, ce qui nous permet de toucher la moitié de la population française avec notre business model hybride.

Il y a donc encore de la marge pour se développer en France. D’ailleurs d’ici 2019, nous pensons avoir près de 10 000 établissements en portefeuille et ce chiffre sera amené à encore progresser dans les prochaines années !

-Samuel Burner : Travaillez-vous beaucoup avec de réseaux de franchise et d’enseignes nationales ? Dans ce cas précis, la négociation se fait avec la tête de réseau ou avec les franchisés directement ?

-Gilles Raison : Les enseignes représentent aujourd’hui moins de 20% de notre activité mais cette part ne fait que grossir car quasiment toutes les marques se mettent à la livraison, en externalisant le plus souvent cette prestation.

N’oublions pas que le client final choisit la plateforme avant l’enseigne, ce qui démontre que les différentes plateformes sont aujourd’hui devenues incontournables. Les clients aiment le changement et sont devenus multi-restaurants. Ils peuvent ainsi grâce au online, avoir accès à une grande diversité de recettes et d’options culinaires. Chez Just Eat, notre ambition est de pouvoir proposer au moins 35 spécialités dans chaque ville où nous sommes implantés.

Avec les enseignes, la négociation se fait parfois avec le siège même, qui voit ainsi la plateforme comme un média additionnel pour l’enseigne. A noter qu’il n’existe quasiment plus d’exclusivité avec une seule plateforme. Les marques veulent en effet être présentes partout. Chez Just Eat, nous avons à peu près 50% de nos clients restaurateurs qui sont exclusifs et uniquement présents chez nous.

-Samuel Burner : Quel regard portez-vous sur le marché de la livraison en France ? Le marché a-t-il fini de se structurer selon vous ?

-Gilles Raison : Le marché français a encore un gros potentiel de développement, surtout si on le compare à certains de nos voisins européens. Par comparaison, il est 4 fois plus petit que le marché anglais. La demande ne va faire que croître d’autant qu’elle est surtout générationnelle, avec une grosse appétence pour la livraison de la classe d’âge 18-40 ans.

Chez Just Eat, l’appli est majoritaire dans la prise de commandes. Le mobile au sens large (web mobile, appli) représente d’ailleurs plus de ¾ des commandes en France. 0 commande par téléphone chez Just Eat mais nous estimons qu’une commande sur deux se fait encore par téléphone, notamment à cause du poids des indépendants qui ne sont pas encore présents sur les sites dédiés. Mais cette pratique est vouée à reculer !

-Samuel Burner : Revenons sur la France. Quels sont les produits qui se vendent le plus d’une manière globale ?

Quel est le profil type du restaurateur qui fait appel à vos services ? Et celui de votre client ?

-Gilles Raison : Le top 3 est trusté par trois produits qui nous sont bien familiers, à savoir la pizza (1ère position), le sushi (2ème) et le burger (3ème). Suivent les cuisines indiennes et chinoises. Mais de nouvelles tendances émergent et montent en puissance à l’image du tacos à la française et du vegan. La demande de produits comme les bowls augmente également mais cela est plus saisonnier.

Notre clientèle type se trouve dans la tranche d’âge des 18-40 ans. La clientèle jeune, étudiante ou jeune active, est très addict à la livraison même s’il ne s’agit parfois que de petites commandes.

Signalons que parmi les 25-40 ans, on trouve une clientèle de jeunes actifs, avec une forte proportion de population féminine.

-Samuel Burner : La livraison est historiquement très présente sur le segment de la restauration rapide. Avez-vous réfléchi à une stratégie de conquête pour développer l’activité avec les acteurs du service à table ?

-Gilles Raison : Les choses ont évolué ces dernières années et la livraison n’est désormais plus considérée comme un dépannage. Elle est entrée dans les mœurs et est souvent considérée comme faisant partie intégrante d’une soirée. Commander son repas devient une habitude.

Historiquement les grandes chaînes de restauration rapide s’y sont mises progressivement. Pour les acteurs du service à table, les choses sont un peu différentes. Ceux qui proposent une vraie cuisine française traditionnelle n’ont pas encore connu un vrai succès en livraison.

Pour les autres, une réflexion globale est à mener. Ils vont devoir sans aucun doute réfléchir à l’intérêt de créer des cartes et recettes spécifiquement conçues et adaptées pour la livraison.

L'observatoire vous recommande :
Franchise Dubble
Dubble

Alimentation saine et plaisirs gourmands

Apport 40 000 €

Franchise Le Club
Le Club

Lieu de convivialité Cosy pour pause gourmande. Offres sucrée et salée.

Apport 75 000 €

Franchise King Marcel
King Marcel

Burgers Gourmands, faits maison et 100% français

Apport 180 000 €

Franchise 231 East Street
231 East Street

Gourmet Burger, l'art du burger de qualité

Apport 100 000 €

Vous pouvez également consulter toutes les offres Hôtellerie Restauration.

Avez-vous apprécié cet article ?
En votant vous nous aidez à améliorer la qualité du contenu du site.

1 personne a donné son avis sur cet article (note moyenne: 5/5)

Les derniers articles du secteur

  • Steak’n Shake fait toujours de la France sa priorité
    19 juin 2019
    Le réseau américain spécialiste du burger de qualité a fait de la France un marché prioritaire. Déjà à la tête de 23 restaurants sur le territoire, l’enseigne mise sur la franchise pour continuer à grandir ...
  • La franchise KAJAHU veut conquérir l’Europe
    13 juin 2019
    Et si la dernière nouveauté du secteur de la restauration rapide provenait de Hongrie et plus précisément de Budapest, avec le concept KAJAHU ? Après 7 ans d’exploitation et 2 unités en activité à ce jour ...
rejoignez ces réseaux en croissance

Réseau de fast food américain, burgers

BURGER KING®

Réseau de fast food américain, burgers

Apport 250 000 €

Pizzas de terroir de qualité, faites maison

Basilic & Co

Pizzas de terroir de qualité, faites maison

Apport 30 000 €

Cantine Vietnamienne Chic

Phood

Cantine Vietnamienne Chic

Apport 70 000 €

Boulangerie, Pâtisserie industrielle, Restauration Boulangère.

Le Pain du Jour

Boulangerie, Pâtisserie industrielle, Restauration Boulangère.

Apport 80 000 €

Papeterie magasin, fournitures de bureau et scolaire

ROUGE PAPIER

Papeterie magasin, fournitures de bureau et scolaire

Apport 30 000 €